L’ASCEM, UNE HISTOIRE DU SPORT corporatiste

En 2015, la biographe Cécile Mathias rencontrait Alain Rigaudie, le vice-président de l’Association Sportive des Compagnons Électro-Mécaniciens (ASCEM). Cet entretien a été réalisé dans le cadre de « Quelle Mémoire », la collecte permanente auprès des habitants de Villeurbanne menée par le Rize. L’ensemble de ce fonds vient régulièrement enrichir la base inter-régionale du patrimoine oral, dont la plateforme Rhône-alpine est alimentée par le CMTRA.

Le cas de l’ASCEM semble assez caractéristique de celui du sport corporatiste français de manière générale. Les évolutions de ce dernier et plus globalement la mutation du monde industriel se retrouvent à travers le récit d’Alain Rigaudie.

L’ASCEM est née en 1921, créée par des apprentis de l’usine de la Buire. La Compagnie Électro-Mécanique (CEM) leur octroie des terrains, en échange de quoi tous les employés, ouvriers comme patrons, peuvent adhérer librement à l’association pour pratiquer le sport qu’ils souhaitent. L’émergence de clubs sportifs d’entreprise est souvent favorisée par les dirigeants en ce début de siècle. Cela participe d’un certain paternalisme industriel, visant à octroyer de meilleures conditions de vie aux ouvriers, en leur fournissant des logements, l’éducation pour leurs enfants, des hôpitaux à proximité, des églises, etc. On ira jusqu’à parler de “ville-usine”, comme au Creusot par exemple. Cette démarche n’est évidemment pas innocente, puisqu’elle profite aussi aux patrons, en améliorant le rendement des ouvriers, tout en leur donnant une meilleure image de leurs supérieurs hiérarchiques. La pratique sportive rentre ainsi dans le cadre d’un certain contrôle du temps libre des ouvriers par les dirigeants, le terrain d’entraînement se substituant parfois au bistro. Les grandes entreprises du début XXe voient donc d’un bon œil les initiatives comme celle de l’ASCEM.

La formation de l’ASCEM pendant la première moitié du XXe siècle. Voir la notice complète ici.

Depuis 1983, c’est l’usine Alstom qui a racheté la CEM, tout en autorisant l’ASCEM à poursuivre ses activités. L’association s’est progressivement ouverte à l’extérieur, et l’on n’avait ainsi plus besoin d’être employé par Alstom pour faire partie du club, créant même des sections pour les enfants et adolescents. On y a vu passé des personnalités sportives notoires comme Ange Padovani (joueur et réformateur de handball français), Aurélie Kaci (footballeuse professionnelle) ou encore Jean-Michel Aulas (président de l’Olympique Lyonnais).

Avant d’être un lieu d’excellence sportive, l’ASCEM était aussi un lieu de rencontres et de mixité sociale, où les ouvriers pouvaient côtoyer leurs dirigeants hors du cadre hiérarchique. Cependant, ce modèle s’est peu à peu effrité, et n’est plus du tout adapté au contexte actuel. Les grandes entreprises avaient autrefois une échelle plus humaine, ce qui pouvait encore favoriser une certaine proximité entre les employés. Or aujourd’hui, les rapports sont nettement plus cloisonnés et la plupart du temps, les ouvriers ne connaissent même pas le chef de l’entreprise pour laquelle ils travaillent. La tradition du sport corporatiste s’est ainsi progressivement effacée du fait de cette évolution, d’autant que la tendance est plutôt à l’individualisme en ce qui concerne la pratique sportive pour les nouvelles générations.

Perspectives de l’ASCEM avec des moyens qui tendent à manquer de plus en plus. Voir la notice complète ici.

Fatalement, le paternalisme industriel n’étant plus de ce temps, les clubs corporatistes voient les entreprises se désengager de plus en plus des projets sportifs qui leur sont affiliés. À Villeurbanne, Alstom a cessé de verser toute subvention et privé l’ASCEM de ses terrains d’entraînement. Là encore, Alain Rigaudie constate que le cas de l’ASCEM est loin d’être isolé, puisque plusieurs clubs de la région ont connu le même sort à partir des années 2000. L’association se trouve ainsi définitivement coupée de ses racines corporatistes, mais tente de prolonger l’aventure malgré tout. En l’absence d’espace d’entraînement, de nombreuses sections n’ont toutefois pas pu maintenir leurs activités, comme le football ou la pelote basque.

Articles du Progrès, en 2015, relatant la destruction du mur de pelote basque utilisé par l’ASCEM.

Aujourd’hui, deux sections subsistent, grâce à la passion des adhérents de longue date comme Alain : la section cyclotourisme dont le siège est à Fontaines-sur-Saône, et la section plongée, basée à Bron. Le fait que les deux sections soient relativement éloignées souligne de manière d’autant plus criante la perte d’unité d’un club né d’une certaine solidarité d’entreprise.

Pour aller + loin :

Crédits photos : pixel2013 sur pixabay.

Coupures de presses trouvées sur pelotebasquerhone.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.