The rural jukebox

Sur ce carnet, l’équipe du CMTRA avait pris l’habitude de guetter les projets de jukebox planétaires et autres outils numériques de diffusion de la musique à l’échelle intersidérale, comme ici ou . Mais cette semaine, nous somme ressortis de notre virée sur le portail régional du patrimoine oral avec dans les oreilles un jukebox vieux d’un siècle, enregistré par Jean Blanchard au début des années 1970 dans un café des Combrailles.

Au cours des années 1970, Jean Blanchard sillonne les routes du massif Central, micro à la main et oreilles grandes ouvertes. La trace sonore de ces pérégrinations de jeunesse a été déposé au CMTRA, qui a récemment numérisé, documenté et mis en ligne ce fonds d’archives sur le portail régional du patrimoine oral. Outre le Limousin des violoneux et son Berry natal, Jean Blanchard s’attarde souvent dans ces années dans les Combrailles, région à cheval sur le Puy-de-Dôme, la Creuse et l’Allier. C’est dans ce coin de Massif central qu’il enregistre, en compagnie de son ami musicien Jacques Boisset (partenaire au sein de la Bamboche) ce fameux jukebox d’antan.

Lecture des inscriptions sur un piano mécanique des Combrailles – Voir la notice complète ici

Affiché sur l’instrument, on peut lire le programme des airs ainsi que diverses informations sur sa conception. Il s’agit d’un piano électro-pneumatique fabriqué en France, commercialisé par un une entreprise clermontoise et récompensé dans de nombreux concours. Les pianos mécaniques, d’abord à ressort (entraîné par une manivelle à bras) puis électrifiés, ont commencé à se populariser en Europe dès la seconde moitié du XIXe siècle. Le principe général est assez simple : le ressort ou le moteur entraînent un mécanisme pneumatique, comparable à celui d’un orgue de barbarie et le souffle ainsi produit pénètre dans les trous d’un rouleau perforé, et actionne les marteaux qui frappent sur les cordes du piano.

A l’instar des jukebox de la seconde moitié du XXe siècle, on débloque le mécanisme en introduisant une pièce de monnaie ou un jeton dans l’instrument, ce qui produit un son caractéristique et identifiable, qui débute chacun des enregistrements.

La bourrée en Auvergne, jouée par un piano mécanique des Combrailles –
Voir la notice complète ici

A l’écoute de l’enregistrement, on entend bien le “clac” caractéristique, ainsi que le ronflement du système pneumatique. Pas de doute donc, il s’agit bien d’un instrument “électro-pneumatique”. En revanche, les premières notes de musique surprennent : on entend bien ce qui ressemble à un accordéon, ainsi qu’une timide grosse caisse et une cymbale quelque peu approximative, mais pas de piano – fait pour le moins perturbant dès lors que l’on parle de piano mécanique. En fait, il semble bien que nous ayons plutôt à faire à un “orchestrion” intégrant plusieurs instruments mécanisés dans le but de reproduire l’effet d’un petit orchestre de bal. Il s’agit sûrement là de l’orchestration jazz dont fait mention la fiche descriptive de l’instrument.

Orchestion Oreste/Cecovi –
Source Michel Nallino

Enfin, on lit sur le côté de l’instrument le programme des airs : valses, fox-trot et autres javas, ce sont des airs à danser populaires dans les bals de l’entre-deux-guerres. De fait, les instruments mécaniques ont été des instruments importants de la diffusion (et de la standardisation ) de la musique populaire dans les premières décennies du XXe siècle. Le parallèle avec les jukebox qui ont envahi les cafés à partir des années 60 est alors plutôt facile.

Facile, mais également quelque peu inexact, tant il serait réducteur de limiter l’histoire des instruments mécaniques à ce seul moment historique et musical. Les airs populaires telles que ceux inscrits sur le programme du “piano” enregistré par Jean Blanchard en ont certes profité, mais l’influence des pianos mécaniques fut bien plus large dans l’histoire de la musique occidentale du XXe siècle. En effet, de grands pianistes du siècle dernier ont joué sur des pianos mécaniques reproducteurs, qui inscrivaient sur des rouleaux perforés les notes qu’ils jouaient, mais également les nuances et retranscrivaient en quelque sorte leur jeu. C’est ainsi que des rouleaux de piano pneumatique permettent encore de (presque) entendre jouer Claude Debussy. Les instruments mécaniques ont également influencé la manière de faire de la musique au siècle dernier. Des compositeurs comme Conlow Nancarrow n’ont eu de cesse d’explorer les potentialités rythmiques et mélodiques des pianos mécaniques, et marqué ce faisant la musique contemporaine, de John Cage à Frank Zappa.

Tout à la fois jukebox d’antan, moyen parmi d’autres pour de fameux interprètes de laisser une trace ou terrain de jeu pour compositeur avant-gardiste, l’objet (déjà désuet au début des années 1970) vers lequel Jean Blanchard et Jacques Boisset ont tendu leur micro dans un café des Combrailles révèle finalement des pans importants de l’histoire de la création et de la diffusion des musiques populaires et savantes au XXe siècle.

Pour aller + loin :

Crédit photo : Benny Andrews, Juke Joint – Met Museum


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.