Enjeux intergalactiques du patrimoine oral

Le CMTRA a proposé à l’agence spatiale européenne de diffuser sur Mars l’une de ses archives sonores, issue d’une enquête menée en 1993 dans le Parc Naturel des Baronnies en Drôme Provençale.

L’agence spatiale européenne a lancé en mars 2019 une consultation planétaire qui nous concerne de très près, au CMTRA. Leur interrogation est la suivante : quel patrimoine sonore terrien sera-t-il le plus à même de prédire la météo sur Mars ? C’est armé de cette question jusqu’à aujourd’hui non résolue, malgré toute l’audace dont a fait preuve David Bowie en 1973, que la fusée russe Proton-M s’envolera en juillet 2020.

Kazachok, c’est le petit nom tchèque de la plateforme d’atterrissage de cette fusée chargée d’une lourde mission : outre celle, plutôt convenue, de détecter une éventuelle vie sur Mars, Kazachok devra déterminer si les fluctuations du champ magnétique de la planète rouge induisent ou non l’existence d’électricité dans son atmosphère. Pour cela, le robot sera programmé pour transmettre depuis Mars vers la Terre un fichier sonore témoin qui permettra de vérifier la fiabilité du dispositif : si les sons reçus sont identiques au fichier sonore voyageur, les scientifiques pourront en déduire que ce qu’ils captent depuis la Terre est fidèle à ce qui est capté par Kazachok depuis Mars. Leurs mesures électromagnétiques pourront alors être lancées en toute confiance.

Quel sera donc le premier son à parcourir les 1,52 années lumières qui nous séparent de cette nouvelle terre promise ?
Une composition électro-symphonique ?
Une demande en mariage ?
Un message à caractère nationalo-mégalomaniaque ?
L’Internationale ?
Un rire d’enfant ?
Ou encore cette reprise du célèbre tube de l’Affaire Louis Trio ?
Ou peut-être la comptine de l’araignée gypsie radioactive ?

L’agence spatiale européenne a décidé d’organiser un appel à propositions sonores dont le jury de sélection est constitué de tous les concitoyens terriens qui le souhaitent. A l’issue de ce vote planétaire, un seul fichier de 30 secondes sera l’heureux élu intergalactique. Le CMTRA ne pouvait rater une telle occasion de valorisation patrimoniale.

Extraire la perle rare de plus de 1200 heures d’archives sonores collectées par nos équipes ou déposées par nos amis et pères fondateurs depuis 1991 n’était pas une mince affaire. Nous nous sommes finalement tournés vers une collecte réalisée par le conteur, comédien et écrivain Roger Pasturel en 1993 dans le village de Somecure, dans le cadre d’une enquête sur les musiques traditionnelles des Baronnies en Drôme Provençale. Il y rencontre André Clary, un harmoniciste fin connaisseur des répertoires chansonniers, des traditions festives et des patois locaux. Monsieur Clary offrira au micro de Roger Pasturel deux chansons que l’on retrouve dans l’Atlas Sonore n°8 édité à l’issue de ce chantier de collectage ; mais aussi une démonstration stupéfiante (et inédite) des sons les plus marquants de son enfance et de sa jeunesse dans ce hameau du Parc Naturel des Baronnies Provençales : ceux des poules, chèvres, chevreaux et chiens de sa ferme…mais aussi de la Porsche 914 et de la Berlinette bleue de l’épreuve “Montauban-sur-l’Ouvèze – Saint-André-de-Rosans” du Rallye de Monte-carlo.

C’est ce témoignage que nous avons choisi en guise de “message valable pour le monde actuel et pour l’humanité” conformément au règlement du concours établi par les équipes de l’Institut de physique de l’atmosphère de l’Académie des sciences de la République tchèque. Au-delà de la performance aussi spectaculaire que drôlatique de Monsieur Clary, quoi de plus pertinent que cette archive pour incarner les vertus du travail que mènent des millions de terriens oeuvrant dans ce vaste et hétérogène secteur professionnel du “patrimoine sonore” ? Le monde de Monsieur Clary et celui de l’Agence Spatiale Européenne ont certes un écart de circonférence d’environ 237 millions de kilomètres. Mais l’un et l’autre partagent un geste commun : celui de se mettre à l’écoute de notre environnement, des sons, des voix, des langues, des musicalités, du champ immatériel (d’aucuns préfèreront le terme “électromagnétique”) qui nous entoure.

Pour aller plus loin…
Nous vous proposons de ne pas aller plus loin.
En revanche, nous profitons du champ lexical astrophysicophile de ce billet pour attirer votre attention et vous demander de relayer le plus largement possible le lancement prochain de la Chorale Intergalactique dont vous trouverez toutes les informations sur ce lien.
Crédit visuel : compte twitter “Space Goat” (@ItsSpaceGoats)



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.