La délaissée

Cette semaine nous vous proposons de plonger dans un thème récurent des musiques traditionnelles : celui de la belle abandonnée par son amant trompeur… Ce thème s’illustre notamment à travers un chant : « La délaissée ».

Il existe une pluralité incroyable de versions de « La délaissée », un thème qui a voyagé, s’est déformé mais qu’on retrouve dans une multitude de collectages depuis un siècle. D’où vient il, y a t-il une « version originale » ? Ce qui interpelle c’est la variété d’interprétation d’un thème qui a navigué d’une montagne à l’autre. Fruit de la transmission orale, il se promène de région en région sans jamais cesser d’évoluer. De la Bretagne au Berry en passant par les Hautes-Alpes, « La délaissée » est présente partout avec des paroles très proches mais des mélodies qui diffèrent souvent.

Ce chant peut s’apparenter à la notion de « chanson-type », implicitement développée dans les publications du chercheur Patrice Coirault. Ce concept se construit en opposition avec l’idée d’une version originale préexistante. Les chansons traditionnelles collectées sont le résultat visible d’un long processus de transmission provoquant des modifications permanentes. Plusieurs chansons appartiennent à un même type si elles évoquent un même sujet, si plusieurs vers sont similaires et qu’elles sont construites de manière analogue.

Comme on peut l’observer en comparant ces bribes de partitions, les trois airs présentés ici de « La délaissée » ne sont pas joués dans les mêmes gammes, ne comportent pas les mêmes carrures ni les mêmes lignes mélodiques.

Je suis la délaissée – version collectée par Charles Joisten auprès de Jean-Baptiste Alphand
Je suis la délaissée – Chanson traditionnelle du Vaud
Arthur Rossat, Les chansons populaires recueillies dans la Suisse Normande, Bâle, Société suisse des traditions populaires, Lausanne, Foetisch Frères, 1917, vol 1, p 54-55, musiques.

Cette chanson apparaît à une dizaine de reprises sur la Base Interrégionale du Patrimoine Oral, à chaque fois dans des versions différentes.

Toutes parlent d’un thème universellement traité : la trahison d’un amant qui choisit une rivale. La jeune fille abandonnée par son premier amour, reproche à son amant sa fourberie et ses mensonges. On y parle de son désespoir qui fait bientôt place à la colère, c’est la vengeance de la belle qui s’apprête à tuer son amant avant de se donner la mort. Teintée d’une certaine morale, la chanson met en garde contre l’amour volage : « souvenez vous toujours, restez belle jeunesse, fidèle à vos amours ».

Une version collectée par Charles Joisten auprès de Jean-Baptiste Alphand (partition ci-dessus) en 1957 à Val-des-prés dans le Dauphiné (Hautes-Alpes) nous laisse seulement entendre deux couplets distincts.

“Je suis la délaissée” par Jean-Baptiste Alphand – voir la notice complète ici

« Je suis la délaissée,

qui pleure nuit et jour,

Celui qui m’a trompée,

c’est mon premier amour »

« Je pleure, je deviens pâle,

Je le vois chaque jour,

Auprès d’une rivale,

Qui lui parle d’amour »

Une autre version nous vient du Fonds Jean et Mauricette Delahaye, enregistré entre 1974 et 1984 dans la Manche et documenté et mis en ligne par l’association La Loure. Si le premier couplet est identique à celui de Jean-Baptiste Alphand, cette version allonge considérablement le récit puisque elle compte dix couplets. Ils mettent en scène le désarroi de la belle qui cherche à se venger en punissant par la mort son amant trompeur.

“Je suis la délaissée” par M. Recher – voir la notice complète ici

Enfin une version est disponible sur l’Atlas Sonore n°21 publié par le CMTRA : Voix des Alpes du nord. Elle a été collectée auprès de Maurice Philippe Avrillier (dit « Philo ») par Guillaume Veillet en 2006 à Esserts-Blay (Basse-Tarentaise, Savoie) et figure dans les archives de l’association Terres d’Empreintes. Elle comporte cinq couplets.

“Je suis la délaissée” par Maurice Philippe Avriller

Aujourd’hui, plusieurs musiciens professionnels se sont saisit de ce texte et l’ont réarrangé.

Evelyne Girardon est allée chercher une version de « La délaissée » dans Les chants et les chansons valdôtains (Centre d’études Francoprovençales René Villien de St-Nicolas, Val d’Aoste) dans son album Répertoire en 2005. Elle nous donne à entendre une version qui contraste avec les précédentes de par son ton plus léger.

“La délaissée” par Evelyne Girardon

En 2018 c’est au tour du trio vocal Louise de nous livrer une nouvelle interprétation. Leur version de référence vient d’Andrée Duffault, une chanteuse du Berry née en 1920 (disponible dans Andrée Duffault : portrait d’une chanteuse du Berry, les Thiaulins de Lignières, Beta Production).

Clémence Cognet, Mathilde Karvaix et Béatrice Terrasse ont imaginé un « canon » singulier ou les couplets s’enchaînent en cascade. Les mots se font écho, ricochent et se répondent pour mieux se retrouver. Cette interprétation originale est à l’image de leur album : un fantastique bijou musical où la polyphonie revisite avec brio les chansons traditionnelles.

“La délaissée” par Louise

Crédit photo : Louise, pochette de l’album éponyme


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.