LA JOYEUSE GARGOTTE

Cette semaine, il ne sera pas question de musique mais de mémoire urbaine, autour du témoignage de Chantal Crolla, habitante de Villeurbanne et gérante d’un café historique : la Gargotte. Dans cet entretien réalisé par Cécile Mathias pour le Rize, et intégré au fonds Quelle Mémoire ! en consultation sur le portail régional du patrimoine oral, Chantal Crolla livre l’histoire de l’affaire familiale depuis 1947. Ce faisant, elle évoque des évolutions marquantes de l’histoire populaire de Villeurbanne et des environs, des 3X8 à l’usine Delle à aujourd’hui, en passant par le gang des lyonnais et la « jeunesse magnifique » des années 1970, qui se retrouvait autour de la babasse.

A la fin de l’été 2014, la biographe Cécile Mathias retrouve Chantal Crolla dans le jardin à l’arrière de son café-restaurant « La Gargotte ». La femme lui livre la mémoire de ce café populaire, tenu par sa famille depuis près de 60 ans. En filigrane et tout au long de l’entretien, se déroule une histoire du monde ouvrier et des sociabilités populaires dans la deuxième moitié du XXe siècle.

En 1947, la grand-mère de Chantal propose à sa fille de lui acheter soit une maison bourgeoise du Cours Emile Zola, soit un café situé rue Léon Blum à Villeurbanne. Cette dernière, ne voulant pas « rentrer dans une maison », choisit la seconde option.

La joyeuse Gargotte dans les années 1950, par Chantal Crolla – voir la notice complète ici

Le quartier est alors marqué par la présence de l’usine électrique Delle, installée un peu plus bas dans la rue. Pour accueillir les quelques 500 ouvriers de l’usine, qui travaillent aux 3×8, la mère de Chantal adapte ses horaires d’ouverture : elle sert les premiers cafés à partir de 4 heures du matin, et attend que l’équipe du soir sortent, aux alentours de 23 heures pour tirer le rideau. Le café se présente alors dans la plus pure tradition des cafés jeux de boule. Une clientèle d’habitués y vient boire indistinctement café et vin blanc (« les gens n’avaient pas la même discipline de boisson » nous dit Chantal) et payent chaque vendredi, avec l’enveloppe de la paye.

Alors qu’elle évoque le café de sa mère, qui allait devenir le sien par la suite, Chantal se remémore le quartier ouvrier dans lequel elle a grandit : les sorties d’usine, où des centaines de vélos prenaient le chemin du retour à la maison, les 4 ou 5 bars qui se côtoyaient dans la rue, la coopérative Delle et sa nurserie, les jardins ouvriers. Au moment de l’entretien, Chantal Crolla porte un regard désabusé sur ce qu’est devenu son quartier, où la plupart des commerces ont disparu et ont été remplacés par des bâtiments « sans âme ».

Mémoire de « la Gargotte », par Chantal Crolla – voir la notice complète ici

À la mort de sa mère en 1966, Chantal et sa sœur Éliane prennent place derrière le comptoir de la Gargotte. De la fin des années 60 à aujourd’hui, elles assistent à de profondes mutations du quartier, et plus largement de la société française. Chantal se souvient d’abord de mai 68 : « On a fait les grèves avec eux, on les a aidé, beaucoup aidé » nous dit-elle. Plutôt que de fermer par solidarité avec les ouvriers en lutte, la Gargotte leur ouvre grand les portes, leur offre le café et leur met à disposition pour se réunir. « Le bar c’était chez eux ». Cependant, dès la fin des années 1960 les ouvriers de l’usine voisine fréquentent de moins en moins les bistrots environnants. Delle se dote de selfs et de cantines qui contribuent à changer les habitudes de consommation des ouvriers, et la clientèle de la Gargotte change.

Dans les années 70 et 80, ce sont ainsi les jeunes des quartiers des Buers et de Brosses qui prennent progressivement la place des ouvriers de la rue Léon Blum. Cette « jeunesse magnifique », comme l’appelle Chantal, se retrouve autour du jukebox et du baby-foot (la « babasse »). Puis Chantal note un tournant dans les années 1990 : la jeunesse est devenue « plutôt schmilblick » et ce n’était « plus du tout la même ambiance, plus du tout les mêmes choses ». Sans toutefois développer vraiment ce changement des années 90, Chantal évoque notamment l’apparition de la drogue, qui était absente dans les années 70 et 80. À partir de ce moment, les deux sœurs décident de développer la restauration.

Peu de temps après cet entretien de 2014, la Gargotte a changé de propriétaire. Le témoignage de Chantal Crolla constitue une archive sensible et précieuse, documentant tant la « petite » histoire, familiale et professionnelle, qu’une histoire plus large des sociabilités populaires et des mutations du monde ouvrier au second XXe siècle.

Pour aller + loin :

Le temps des cafés – documentaire du CMTRA sur les cafés de l’immigration maghrébine à Lyon

Les ouvriers à Villeurbanne, de 1850 à nos jours, article de l’encyclopédie de Villeurbanne sur le Rize+

Crédits Photo : Pexels – Pixabay


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.