COMMENT SONNE LA VILLE ? MUSIQUES MIGRANTES DE SAINT-ETIENNE A EUROFONIK


Vendredi 15 mars 2019, dans le cadre de sa septième édition, le Festival Eurofonik, a ouvert le bal avec une rencontre professionnelle, co-organisée par la FAMDT et le Nouveau Pavillon, sur le sujet des musiques de l’immigration en Europe.

Quelle réalité les musiques de l’immigration ont-elles dans les communautés de nos agglomérations  françaises et européennes ? Quelle place et quelle légitimité trouvent-elles ? Sont-elles cantonnées à des contextes intimes, familiaux, rituels, communautaires ? Quelles interactions avec d’autres mondes culturels ? Quelles influences les autres musiques ont-elles sur ces musicien.ne.s “amateurs” ?

Mélaine Lefront, chargée de l’action culturelle au CMTRA, est venue témoigner pour tenter de répondre à ces questions à travers la focale du projet Comment sonne la ville ? Musiques migrantes de Saint-Étienne  mené entre 2014 et 2017. Ce projet a pris forme dans le cadre d’une collaboration originale entre un centre de recherche universitaire – le Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine (CIEREC) avec Anne Damon-Guillot, maître de conférences à l’université Jean Monnet de Saint-Etienne et enseignante chercheuse en ethnomusicologie – et une association, le Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA).


L’objet de ce travail portait sur la recherche, le recueil et la valorisation des pratiques musicales liées aux parcours migratoires des habitants de la ville de Saint-Etienne (Loire – Rhône-Alpes). Un autre objectif tout aussi notable était recherché, celui de former des étudiants en master 1 musicologie à la pratique du collectage, à la réalité musicale de leur ville.

Quand démarre un projet comme Comment sonne la ville ?, nous ne savons pas à l’avance ce que nous découvrirons sur le territoire, la ville de Saint-Etienne en l’occurrence. Bien sûr, nous avons étudié le territoire, nous savons que tel ou tel quartier est majoritairement peuplé par telle ou telle communauté (les Polonais et les Espagnols au quartier du Soleil, les Magrébins et les Portugais à Terrenoire…). Mais nous ne recherchions pas un répertoire, un type de chants, de musiques en particulier. La valorisation finale n’était pas définie, ce qui laissait encore plus ouvert le champ de la recherche.

De qui parlons-nous, qui cherchons-nous et comment ? Nous ne nous sommes pas vraiment intéressées à ce qui existait « sans nous », nous n’avons pas cherché à rencontrer les musicien.nes qui sont déjà repérés mais justement à aller “dénicher”, repérer, dans les interstices de la ville ceux que nous n’entendons pas en dehors des sphères privées et de l’intime, de la communauté ou de la famille, du foyer parfois même de l’intime resté à l’intérieur de soi pendant des lustres. C’est le cas notamment pour cette chanson, Pepe, partagée pour la première fois par Margarita Saez alors âgée de 90 ans, à son domicile, en présence de son petit-fils. Cette chanson, elle l’avait écrite pour son mari défunt et l’a ressortie ce jour là de sa mémoire, comme “une bulle intacte » [1] et particulièrement touchante.

Margarita Saez, Pepe, collectée par Mélaine Lefront

Parfois, les chanteurs, musiciens rencontrés sont connus dans leur communauté, voire, plus largement sur la scène musicale stéphanoise comme c’est le cas d’Allaoua Bakha, ancien membre du groupe Iznaguen et directeur du centre socio-culturel du quartier Terrenoire de 1979 à 2013, qui compte dans son répertoire la chanson kabyle Ad zzi saâ de Slimane Azem, véritable “bande-son de l’immmigration”[2].

Allaoua Bakha, Ad zzi saâ, collectée par Anne Damon-Guillot, Romain Porquet et Oudom Southammavong

Arrêtons-nous un moment sur la définition de l’“habitant-musicien”, concept familier au CMTRA qui permet, à notre avis, de contourner le clivage professionnel vs amateur qui n’est pas approprié ici. Il ancre le musicien sur un territoire donné, celui de notre rencontre, du terrain de la recherche-action. Ce terme permet d’intégrer à notre champ de recherches des personnes qui ne se considèrent pas comme tel et pour lesquelles nous pouvons véritablement nous poser la question : Margarita est-elle chanteuse ? N’est-ce pas nous qui lui prêtons ce titre ? En tous cas, nous la considérons et la baptisons habitante-musicienne, au même titre qu’Allaoua Bakha entendu précédemment. L’habitant-musicien rappelle les “voisins” rencontrés par Martial Pardo et Mahjouba Mounaïm dans leur Tour du monde en 25 voisins[3] qui, les premiers, ont considéré les pratiques musicales et les musicien.nes de l’immigration dans les termes du voisinage.

En choisissant d’aborder notre recherche-action à travers l’angle des “musiques migrantes” plutôt que celui des musiciens issus de l’immigration, en empruntant le terme à Laurent Aubert dont l’ouvrage Musiques migrantes est paru en 2005, ce sont les musiques que nous mettons au centre et pas le statut des musiciens, ce sont les musiques qui bougent et changent. La notion nous a semblé plus ouverte et permettait d’éviter d’assigner l’habitant à sont statut d’immigré. Nous ne pourrions pas comprendre la musique d’Allaoua Bakha, si nous ne prenons pas en compte, en plus de sa “kabylité”, l’influence forte du folk et du rock dans son parcours musical et même dans sa construction personnelle. Je pense aussi au musicien Rucangola, qui s’était présenté à nous comme un musicien angolais et qui, le jour de l’entretien collecté, n’a quasiment pas parlé de musique angolaise mais de musique brésilienne découverte lorsqu’il arrivait à Lyon et qui se retrouve aujourd’hui comme une spécialité dans sa musique, tout en revendiquant l’apport africain aux musiques sud-américaines. Leur réalité musicale est bien plus complexe qu’on pourrait l’imaginer.

Ces “habitants-musiciens”, il a fallu les chercher !

La partie la plus “importante”, à ne pas minimiser en tous cas, ne pas vouloir aller trop vite et précipiter les choses est celle du repérage, de l’insertion dans la ville. Si cette étape prend du temps c’est bien aussi parce que ces pratiques là ne sont pas très visibles, leurs moyens de communication sont minimes voire inexistants ou en tous cas très locaux, relayés dans un cadre restreint. Cela nécessite alors une présence sur le terrain, ici à l’échelle d’une ville dans laquelle je ne vivais pa moi-même (une heure en train de Lyon). Les étudiants étaient présents sur place mais ne se sont pas investis sur le terrain au-delà de ce qui leur était demandé dans le cadre de leur séminaire intrinsèquement lié au projet. La recherche s’est donc faite via d’autres canaux : le réseau de connaissances,  le service des relations internationales de la Ville, les associations communautaires, culturelles, les centres sociaux, MJC, des balades dans la ville puis, par le bouche à oreille.

Il apparaît donc évident que certaines pratiques musicales n’ont clairement pas de mode d’expression en dehors de leurs propres sphères puisque les personnes ne se considèrent pas elles-mêmes comme musiciennes, chanteuses. Pour éclairer ce propos, je cite souvent l’exemple de l’outil qui ne fonctionne pas, ou tout du moins qui n’a, à une exception prêt, pas fonctionné ici pour trouver, dénicher les habitants-musiciens : le flyer. Pourquoi ? Nous avons réalisé que fonctionner comme cela partait de la supposition que les habitants étaient en mesure de se qualifier eux-mêmes de musicien, de chanteur. Cela partait également du présupposé que nous nous entendions tous sur le mot “musique traditionnelle”, ou encore “musiques migrantes”. Or, ce n’est évidemment pas le cas et surtout, cela ne permet justement pas d’aller rencontrer ceux que nous n’entendons pas déjà dans la ville.

S’il a fallu autant les chercher, sans forcément toujours les trouver d’ailleurs , c’est peut-être que nous n’étions pas assez présents sur le terrain (bien que notre objectif n’ait jamais été de dresser un portrait exhaustif des musiques migrantes de la ville), peut-être aussi parce que les lieux d’expression en dehors des sphères privées ne sont pas si nombreux. Si ces musiques sont moins audibles c’est peut-être encore parce que des personnes ne faisant pas parti de la même communauté ne s’y intéressent pas et ne les entendent donc pas alors qu’elles sont à portée d’oreille. Peut-être aussi enfin parce que ces personnes ne pensent pas qu’elles pourraient intéresser d’autres personnes que celles issues de leur communauté. Et je pose alors la question, ces “habitants-musiciens” cherchent-ils vraiment d’autres modes d’expression ? Il y a évidemment autant de réponses que d’”habitants-musiciens”, puisque la “communauté d’habitants-musiciens” n’existe que dans notre jargon. La réponse de Margarita entendue au début, qui chante des chansons restées intactes sorties de sa mémoire, ne sera pas la même que celles des chanteurs des chorales portugaise ou polonaise qui s’adaptent à leur territoire pour pouvoir exister et qui cherchent à faire connaître leur culture, ou encore de Dechaud Malambu Mundele qui considère sa musique comme un moyen de promotion puissant pour porter un message de paix à travers la défense de l’humanisme et de l’oecuménisme. Dans son cas, ce sont des sollicitations extérieures qui ont fait connaître sa musique, le groupe “Anticyclone Musica” initialement destiné à animer les offices de l’église Sainte-Claire dans le quartier de Montreynaud. S’il fredonne tous les jours ses chansons au travail, il est soudeur textile, il s’est aussi produit récemment au Brise-Glace à Annecy.

Dechaud Malambu Mundele, Aimons-nous les uns les autres, collectée par Anne Damon-Guillot, Maxime Grede, Marine Klinnik, Stecy Cheung A Long et Céline Kollhoff

La collecte, le moment où nous rencontrons les “habitants-musiciens”, le plus souvent à leur domicile, pour enregistrer leur parcours musical et biographique, est un temps d’expression en soi. En prêtant l’oreille à leurs pratiques, nous supposons déjà qu’elles le valent, que l’habitant est détenteur de ce savoir. Ce moment, certes inventé de toute pièce puisqu’il s’agit d’une situation provoquée, permet d’instaurer un climat de confiance, d’intimité, facilitant le récit et le partage par l’habitant-musicien. C’est dans ce cadre familier, entouré de ses objets et instruments que nous enregistrons des musiques de l’intimité et du quotidien. L’émotion est souvent prégnante. Ces temps donnent lieu, la plupart du temps à d’autres rencontres en dehors du domicile, vers un événement communautaire, une fête, un concert dans des amicales laïques, lieux religieux. La collecte est donc un mode d’expression en tant que tel et à la fois une médiation pour nous emmener vers des événements dans la ville, dont n’aurions pas eu connaissance autrement : c’est le cas d’une cérémonie de Noël arménien dans l’église apostolique arménienne ou du nouvel an russe dans une amicale laïque stéphanoise.

La collecte est parfois même le seul cadre de pratique en dehors du cercle familial et ne peut parfois pas en sortir. Je pense aux collectes effectuées auprès de femmes qui participaient au cours de “socialisation” dans la maison de quartier du Soleil. Il a fallu un an pour pouvoir les rencontrer, entre la rencontre avec le directeur de la structure, l’établissement d’un lien de confiance avec les professeures pour qu’elles me laissent m’adresser aux femmes et le jour où les femmes ont accepté de me revoir. Ce fut un moment d’une grande émotion. Les professeures m’ont raconté qu’en remontant en cours, les femmes ont beaucoup pleuré. Quand j’ai proposé à cette femme que sa chanson figure dans le répertoire de l’Atlas sonore, il a fallu qu’elle demande à son mari, furieux de comprendre qu’elle avait déjà chanté en public. La réponse fut négative. Je n’ai pas osé essayer d’aller plus loin, partagée entre un désir de faire entendre la voix incroyable de cette femme et celui de ne pas être intrusive dans l’histoire familiale, culturelle et sans doute religieuse de ce couple.

Et puis il y a l’après collecte ou plutôt, ce qui se trame parralèlement au travail du collectage. Que faisons-nous des recueils, qu’est-ce que cela produit sur le paysage culturel local ?

D’abord, je dois dire qu’il y avait de manière concomitante au projet, un intérêt vif sur les questions des mémoires des migrations. Par ailleurs, le projet a pu voir le jour grâce à l’aide conjointe de la DRAC et de la Région Auvergne Rhône Alpes à travers l’appel à projet “mémoires du XXème siècle / axe mémoires des migrations”. Au fil du projet, sans attendre la fin, nous avons valorisé les pratiques, les musiques des habitants rencontrés à travers la participation à une exposition mise en oeuvre par les Archives municipales de la ville, Saint-Etienne cosmopolitaine, qui retraçait de manière vivante l’histoire des migrations de la ville ; en mettant sur pied une exposition de portraits sonores et photographiques Dévisager des Voix (10 portraits d’habitants-musiciens) exposée dans des cafés, université, médiathèques, musée ; des journées d’études et un colloque international qui faisaient part du travail de recherche en cours tout en présentant d’autres travaux de recherches, projets en cours ; des concerts, boeufs d’habitants au musée de la mine, dans un café associatif, dans des bibliothèques ; un site Internet qui présente, entre autre, 22 portraits sonores d’habitants ; l’Atlas-sonore n°25 de la collection, livre-disque qui présente 10 morceaux accompagnés de 10 textes.

Au cours d’un débat-boeuf organisé dans un café, intitulé “Engagements politiques et musiques migrantes sur la scène musicale stéphanoise des années 70/80”, nous avions réuni des musiciens aux origines et aux répertoires divers, rencontrés depuis le début du projet. La plupart s’étaient côtoyés dans des réseaux culturels, politiques, syndicaux ou amicaux, dans des festivités publiques, dans les bars. La plupart ne s’étaient pas revus depuis 30 ans !

La recherche et ses temps de restitution divers ont été des espaces, des lieux d’expression de ces musiques, de ces pratiques. Ils ont parfois révélé que des interactions existaient déjà sans nous, ou que d’autres n’existeront pas même “après nous”. Ils ont parfois été le moteur, l’impulsion pour relancer des cours de saz dans l’association des turcs alévis de Saint-Etienne par exemple ou encore pour créer une association afin de jouer davantage un spectacle autour des comptines du Maghreb pour une autre habitante. Les morceaux instrumentaux, les chants se sont accompagnés d’un discours construit parfois au fil des rencontres, légitimant les pratiques quand ça n’était pas déjà le cas. L’improvisation Der Vogormya issu de la messe arménienne, jouée sur un cümbüs par Pascal Demirdjian, a pris une autre dimension lorsqu’elle a été jouée et chantée dans la salle des Pendus du musée de la mine : quand Pascal s’arrêta net de jouer pour préciser que ses deux grands-pères étaient morts dans cette mine.

Pascal Demirdjian, Der Vogormya, collecté par Anne Damon-Guillot, Simon Michon et Simon Tardy

Des habitants-musiciens se sont rencontrés avec des pratiques très hétérogènes mais qui se rejoignent souvent dans leur vécu commun de l’expérience migratoire. D’autres ne se sont jamais rencontrés. Des structures de la ville, comme la médiathèque Carnot se sont largement emparées de la thématique en proposant une programmation riche autour des musiques migrantes (un concert d’habitant tous les samedis, des visites de classe, une bibliographie proposée sur la thématique, une cabine d’enregistrement de comptines et chansons mise à disposition des usagers).

Finalement, nous n’avons pas la prétention d’avoir dressé un panorama des musiques migrantes de la ville mais plutôt un portrait partiel marqué par l’idendité hybride de notre équipe, à cheval entre ethnomusicologie et action culturelle, la réalité de nos moyens et les trajectoires, les histoires et les pratiques qu’une quarantaine d’habitants-musiciens ont bien voulu partager avec Anne Damon-Guillot, les 41 étudiants du master musique et musicologie et moi-même. Hybridité que nous retrouvons dans l’écriture à deux plumes de l’Atlas sonore n°25, livre-disque Comment sonne la ville ? musiques migrantes de Saint-Etienne.

Ce vendredi 15 mars à Bouguenais, d’autres expériences, incarnées, vivantes et passionnantes de projets menés autour des musiques de l’immigration ont été partagées et enregistrées. En attendant une communication, une synthèse de ces différentes rencontres, vous pouvez consulter le programme complet de cette journée par ici.

Mélaine Lefront

Pour aller plus loin :

Découvrir le site Internet Comment sonne la ville ? musiques migrantes de Saint-Etienne.

Lire l’article Les Enquêtes de Sainté rédigé par Jean Copans dans la revue Ethnologie française, « Note de lecture », Ethnologie française, 2018/4 (N° 172), p. 751-756. DOI : 10.3917/ethn.184.0751.

Lire l’article publié par Talia Bachir-Loopuyt dans les cahiers d’ethnomusicologie : « Anne DAMON-GUILLOT et Mélaine LEFRONT : Comment sonne la ville ? Musiques migrantes de Saint-Etienne » Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 22 mars 2019.

Lire le nouveau Focus publié lundi 18 mars 2019 sur la plateforme #AuxSons « Migrations, diasporas & Musiques du monde« , écrit par Frank Tenaille, co-fondateur de Zone Franche, le réseau à l’initiative du nouveau webmédia #AuxSons.


[1] Atlas sonore n°25-CMTRA, Comment sonne la ville, Musiques migrantes de Saint-Etienne, Anne Damon-Guillot et Mélaine Lefront, 2018.

[2] Ibid.

[3] Martial Pardo et Mahjouba Mounaïm, Tour du monde en 25 voisins : musiques et récits de l’immigration en Basse-normandie, de 1914 à nos jours, Actes Sud, 1998.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.