Le raï de Rabah el maghnaoui

Entre 2010 et 2014, le CMTRA a mené un projet de collecte autour des musiciens de raï de la Place du Pont dans le quartier Guillotière à Lyon. Ce travail a fait l’objet de plusieurs évènements comme l’exposition “Place du Pont production” en partenariat avec les Archives Municipales de Lyon, ainsi que l’édition d’une compilation. Nous avons choisi ce mois-ci de revenir sur un entretien mené par Péroline Barbet avec le chanteur Rabah El Maghnaoui, accompagné par son ami Abbes Hamou, également musicien, et intégré dans le fonds Musiques migrantes de Villeurbanne.

Comme la grande majorité des artistes raï des années 80, Rabah enregistre sa musique sur cassette. C’est en effet le support qui offre la plus grande souplesse de diffusion, car ces cassettes sont vendues parfois le lendemain même de l’enregistrement en studio, sans passer par un véritable éditeur. Elles ont aussi le mérite d’être peu coûteuses et donc vite rentabilisées. Les producteurs font le tour de la région en camion avec leur stock de cassettes pour aller les vendre, en passant dans les marchés et les bazars. C’est un mode de diffusion que l’on a pu retrouver dans beaucoup de genres de musiques populaires entre les années 80 et le début des années 90. On pense notamment au rappeur américain Too $hort, qui opérait exactement de la même manière, avec des cassettes produites et distribuées aussi vite sur des points de vente stratégiques autour de sa ville d’Oakland1.

Extrait de “Je te tadhake jette” de Rabah El Maghnaoui, Fonds Place du Pont Production, CMTRA

Rabah El Maghnaoui lui, est originaire du village de Maghnia en Algérie, près de la frontière marocaine. Le raï est traditionnellement une musique de la région d’Oranie mais Rabah s’est aussi construit en jouant du répertoire marocain, dû à sa plus grande proximité avec le Maroc que de la ville d’Oran, à la darbouka, au bendhir, au luth et à la karkaba. Sa migration en France est aussi celle de son style musical puisqu’il se met à s’accompagner avec de l’accordéon, un synthétiseur et une boîte à rythmes. Cette évolution s’explique par le fait que les instruments électroniques sont vendus moins cher en France. Pour définir son style, Rabah parle de raï aoroubi, “de la campagne”.

Quand on écoute les chansons interprétées par des immigrés maghrébins des années 70-80, il y a toujours une dimension politique en toile de fond. On peut y voir la condition de travailleurs désillusionnés par l’accueil qui leur est réservé et le racisme ambiant de l’époque. Les immigrés maghrébins représentent à partir de la fin des années 70 la plus grande population d’origine étrangère en France, ce qui, adossé à une crise économique (la fin des Trente Glorieuses) et une frustration de certains français liée à la guerre d’Algérie, résulte en une montée du racisme à l’encontre de ces populations2. Par ailleurs, 90% des Algériens étaient ouvriers en France jusqu’en 1980, victimes de méthodes de gestion racialisée de la main d’oeuvre3.

Ces conditions de vie précaires et cette discrimination amènent Abbes à rapprocher le raï du blues américain, qui vient des “bas-fonds”. Les chanteurs de raï en France ont tous en commun ce thème de l’exil et la tristesse d’être loin de leur pays et leur famille. Pourtant, Rabah ne chante que des chansons d’amour, la politique ne l’intéresse pas mais son blues et ses textes empreints de la souffrance de l’exil font inévitablement apparaître la condition du travailleur émigré et immigré.

Les lieux de production des musiciens de raÏ. Voir la notice complète ici.

À Lyon, les musiciens de raï n’ont pas de salles officiellement dédiées à leur représentation, comme peuvent l’être les cabarets à Paris ou Marseille. Leur vie musicale se passe essentiellement dans les bars ou les cafés, lieux de diffusion officieux. Ils se produisent notamment dans les cafés de la rue Sébastien Gryphe dans le 7ème arrondissement de Lyon ou dans la rue Sainte-Catherine en bas des pentes de la Croix-Rousse. Ce cadre officieux et non institutionnel leur confère un statut amateur voire illégitime. Ces cafés sont avant tout des lieux de rencontres, de sociabilisation, on vient prendre des nouvelles du pays, on y boit, on y danse, etc. C’est aussi là que l’on peut se faire engager pour jouer pour un mariage, ce qui représente une partie importante de leur activité.

Les musiciens de raï comme Rabah et Abbes ont aujourd’hui plus de difficultés à vivre de leur art ou même à simplement le faire entendre, les jeunes générations nées en France n’ayant pas connu l’exil et embrassant par conséquent d’autres modes d’expression tels que le rap. Il y a toutefois un regain d’intérêt pour cette musique, matérialisé notamment par l’activité du compositeur et interprète Sofiane Saidi. Ce dernier a d’ailleurs participé à la conférence suivie d’un concert avec le collectif Mazalda, en février dernier à l’Opéra de Lyon.

Sofiane Saidi et le collectif Mazalda en live sur radio Nova

Joachim Devillers, étudiant stagiaire au CMTRA

Pour aller + loin :

Crédits photo :

Rabah El Maghnaoui, Editions Mérabet, 8 rue Diderot 69001 Lyon

  1. https://www.mixcloud.com/Deeply_Rooted/episode-2-get-hyphy-in-the-bay/ à partir de 11:08 []
  2. Gastaut Yvan. La flambée raciste de 1973 en France. In: Revue européenne des migrations internationales, vol. 9, n°2,1993. pp. 61-75. DOI : https://doi.org/10.3406/remi.1993.1355 []
  3. Blanchard Emmanuel, « V. Des travailleurs immigrés (années 1950-1980) », dans : Emmanuel Blanchard éd., Histoire de l’immigration algérienne en France. Paris, La Découverte, « Repères », 2018, p. 75-90. URL : https://www.cairn.info/histoire-de-l-immigration-algerienne-en-france–9782707175977-page-75.htm []

Une réflexion sur « Le raï de Rabah el maghnaoui »

  1. Merci beaucoup de ce très bon texte, une belle synthèse et des exemples pertinents. Voilà un support pédagogique pour parler du raï à Lyon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.