Hommage à Adel Salameh

Il y a quelques semaines, nous apprenions avec tristesse le décès d’Adel Salameh, grand joueur de oud palestinien qui avait posé ses valises depuis plusieurs années à Lyon. Nous l’avions rencontré avec la chanteuse Naziha Azzouz il y a tout juste 10 ans, dans le cadre du projet Musiques du 8. Il nous avait alors parlé de musique et de voyage, d’engagement et de poésie.

Adel Salameh nait en 1966 à Naplouse en Palestine. À l’âge de 18 ans, il quitte son pays pour la Jordanie afin d’y étudier le oud à l’Université de Yarmouk. Plus tard, à Bagdad, il perfectionne son jeu de oud auprès du grand maître Mu’taz Bayati. De cette formation musicale initiale, il tire une une grande maîtrise et une connaissance fine de son instrument, des maqâms et des répertoires traditionnels de cette région du monde. Au cours de l’entretien, il insiste également sur la place importante laissée dans cet enseignement traditionnel à l’expression de la personnalité musicale, à l’interprétation et à l’ouverture. À l’écouter, cette complémentarité entre un ancrage culturel très fort et une incitation à suivre son propre chemin semble constitutif tant de son itinéraire musical que de son parcours migratoire.

Témoignage d’Adel Salameh sur l’exil, recueilli par Françoise Morel à son domicile en 2009

Au début des années 1990, Adel Salameh quitte le Moyen-Orient pour l’Europe. D’abord en Angleterre, puis à Lyon en 2000, son parcours migratoire résonne particulièrement avec son itinéraire de musicien, entre attachement à son pays d’origine et ouverture sur le monde. Citoyen britannique, Européen et Palestinien adopté par une famille lyonnaise d’origine Algérienne, Adel Salameh met à profit ses ancrages multiples pour nourrir sa création artistique. Avec Naziha Azzouz, il investit ainsi le répertoire arabe-andalou du Maghreb, après avoir édifié des ponts entre le monde arabe, l’Inde, le jazz et le flamenco.

Dans ce parcours sans frontière, la Palestine occupe toujours une place centrale. À notre micro, il nous confiait ainsi : “quand quelqu’un vit à l’extérieur, son pays est plus proche de lui“. De fait, ses retours dans son pays d’origine ou encore la poésie de Mahmoud Darwich lui inspirent des compositions qui évoquent l’exil :

“État de siège”, par Adel Salameh, enregistré à son domicile par Françoise Morel en 2009

Cet Etat de siège, mis en vers par Mahmoud Darwich dans la Ramallah assiégé en 2002 au plus fort de la seconde intifada, dit l’horreur et l’absurdité de la guerre, l’angoisse de l’attente mais aussi l’espoir de la paix. Sa traduction au oud par Adel Salameh, tout en finesse, laisse entrevoir un rapport complexe au contexte politique de son pays d’origine. Pour certains musiciens en exil, l’instrument de musique est aussi directement un instrument politique (voir à ce sujet le documentaire sonore du CMTRA sur Musiques et exils latino-américains à Villeurbanne). Adel Salameh, quant à lui, ne se disait pas explicitement militant mais décrivait plutôt un rapport fatalement politique à son pays natal. Fatalement car, nous disait-il en 2009, “je ne voulais pas faire de politique, mais tous les palestiniens sont nés dans la politique… je ne peux pas éviter cette situation” .

Aujourd’hui, la musique d’Adel continue de résonner à travers son importante discographie, mais également sur cette carte sonore du 8ème arrondissement de Lyon où il avait élu domicile, ou encore dans ce documentaire sur le conflit israëlo-palestinien, auquel il avait cédé les droits au motif que “si c’est pour la Palestine, prends toutes les musiques que tu veux, mon ami ! “

Pour en savoir + :

Crédit Photo : Xavier Pagès


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.