Quand l’élève dépasse le maître

Rencontre algéroise avec Smaïl et Feriel Yedjer

L’archive de cette semaine a été choisie et décortiquée par Elisa Cordesse, stagiaire au CMTRA. Elle a décidé cette semaine de de revenir sur un entretien réalisée en 2010 par Yaël Epstein, dans le cadre du projet Musiques migrantes de Villeurbanne mené en partenariat avec le Rize. Entre 2008 et 2010, des dizaines de collectes ont été menées auprès d’habitant(e)s musicien(ne)s, enregistré(e)s à leur domicile ou au cours d’événements publics, d’ateliers et de pratiques musicales collectives. Cette initiative a permis de documenter l’histoire sociale de Villeurbanne et de souligner la grande diversité d’origines de ses habitants. Ces collectes ont donné naissance à une exposition en 2010 : « Musiques ! Voyages sonores de Villeurbanne« .

L’homme qui parle au micro de Yaël Epstein s’appelle Smaïl Yedjer.

Il est originaire d’Alger où il a grandi et vécu jusqu’en 2003, date à laquelle lui et sa femme décident de venir en France et s’installent à Villeurbanne. Avec leurs trois enfants ils créent un groupe de musique traditionnelle de « nouba » où tous les membres de la famille chantent et pratiquent plusieurs instruments. Smaïl précise : « Cette musique était notre point commun ». Ils perpétuent ainsi la transmission de la musique arabo-andalouse algéroise originaire de Grenade et rompent en même temps, nous dit-il, avec le conservatisme lié à la pratique de ce répertoire longtemps réservé aux élites d’Alger.

Mawal chanté par Smaïl Yedjer – voir la notice complète ici
« Dis à ton ombre que je lui ai fait une grande place dans mon cœur, et remercie-la car sans elle je ne t’attendrais pas, sans elle je partirais »

La musique arabo-andalouse trouve ses origines dans l’exil du musicien Ziriab, qui l’aurait implantée en Afrique du nord et en Andalousie lors de son périple au IXe siècle. Le jeune disciple dut fuir la cour de Bagdad en raison de la jalousie de son maître Ishaq Al Mausili dont la renommée était ombragée par celle du jeune prodige. On lui prête également l’introduction du oud en Europe, la création d’une corde correspondante a l’âme du musicien, et l’utilisation de la plume d’aigle comme plectre. Il ouvre également le premier conservatoire d’Europe accessible à tous, où il enseigne les règles complexes de la nouba, musique savante et caractéristique de l’héritage arabo-andalou.

La « Nouba » qui signifie attendre son tour, est un style musical répondant à des règles strictes : c’est une suite de pièces vocales et instrumentales organisée en neuf mouvements où les musiciens et chanteurs se relaient. Il existe originellement 24 Nouba, chacune correspondant à une heure précise de la journée, de la nuit et exprimant un thème adapté à cette heure employé pour exprimer les états d’âmes : l’amour, la nature, le mysticisme, la poésie, et les hymnes à la gloire de Dieu et de son Prophète. Thèmes encore largement mobilisés dans la musique arabe actuelle, qui peuvent en partie expliquer la pérennité de la pratique de Nouba. Notamment lors des mariages, où on elles sont jouées en fin de soirée pour inviter les auditeurs à la méditation. Malheureusement, une seule moitié du répertoire des Nouba a était préservé jusqu’à aujourd’hui. Longtemps considérée comme une musique d’élite, car transmise au travers d’écoles sélectives et couteuses, elle a engendré des musiques populaires tel que le Chaâbi.

Lorsque Smaïl était jeune, l’usage de l’arabe et des dialectes locaux étaient interdits. Dans le contexte politique et culturel de l’Algérie coloniale, sa pratique musicale lui permettait de s’émanciper d’un carcan politique et symbolique, en se réappropriant au présent ce patrimoine culturel. En France, cette pratique musicale revêt un autre enjeu pour Smaïl, et s’intègre dans un patrimoine culturel et linguistique plus large qu’il s’agit pour lui de transmettre à ses enfants, à la fois comme un lien à son pays d’origine et une matière propice à la réappropriation. Au micro du CMTRA, Smaïl évoque ainsi une activité caractéristique de ce rapport à ce patrimoine : depuis son arrivé en France, il a entrepris un travail de réécriture des contes de son enfance pour pouvoir les transmettre à ses enfants et montrer l’évolution du dialecte local.

Chanson d’amour, par Feriel Yedjer – voir la notice complète ici
 « Par Dieu, la séparation n’est pas difficile. J’ai pleuré les épreuves que j’ai eu à
supporter. Mon cœur déjà compressé et malade, tu as dû supporter une charge
supplémentaire. Mais je reste disponible quoi qu’il advienne. »

Feriel, la fille cadette de Smaïl, évoque l’acquisition du savoir musical dans sa famille, une passation immatérielle de leurs origines. Elle considère que continuer à chanter le répertoire arabo-andalou lui permet de « rester dans le bain », « ne pas perdre ses racines, ne pas oublier d’où l’on vient ».  Cela ne l’empêche pas de s’intéresser à d’autres styles musicaux et de chanter en plusieurs langues.

Smaïl confie qu’il est très heureux d’avoir transmis ce savoir musical à ses enfants, qui sont d’ailleurs plus érudits que lui en arabe classique et en technique musicale, qu’ils ont eu la chance de pratiquer à l’école (scolaire et de musique). Il concède avec fierté que « le porte-drapeau c’est Fifi maintenant », qu’après lui avoir transmis son amour pour la musique, c’est elle qui la fait vivre et grandir.

Pour aller + loin :

Crédits photos : Alger : vue générale prise de la cathédrale : [photographie de presse] / Agence Meurisse – BNF Gallica


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.