Jeunesse militante aux Buers

Cette semaine, continuons notre exploration sonore du fonds Quelle Mémoire ! du Rize (que nous avions déjà présenté ici ou ). En ligne sur le portail régional du patrimoine oral depuis 2017, ce fonds est constitué de quelques 65 entretiens avec des habitants de Villeurbanne, et renseigne des aspects divers de la mémoire de la ville. Du fait notamment de l’histoire ouvrière de Villeurbanne, la mémoire militante de la ville y tient une place de choix.
Aujourd’hui, embarquons dans un voyage sonore dans le temps et la mémoire des Buers, quartier populaire de Villeurbanne, avec Muriel Andrieu le Gall, ancienne habitante du quartier.


***

Chaque année, le Rize consacre un temps fort à un quartier de Villeurbanne. En 2015, l’institution villeurbannaise choisit d’établir un focus sur le quartier des Buers, dont le centre social fête ses 50 ans. Durant plusieurs semaines, une vingtaine d’acteurs historiques du centre social se succèdent au micro de Cécile Mathias, biographe chargée par le Rize de collecter des témoignages d’habitants du quartier.

Le point d’entrée de cette collecte, par le biais du centre social, conduit à appréhender le quartier autour des questions de solidarité, d’engagement citoyen et politique, de luttes également. Cette série d’entretiens, réunie en un corpus homogène sur le portail régional du patrimoine oral, livre ainsi une mémoire collective d’un quartier engagé et solidaire. En effet, toute une génération d’habitants, jeunes parents dans les années 1970, a contribué à impulser une dynamique autogestionnaire et solidaire dans le quartier. Comité de quartier, création d’une crèche familiale, engagement au sein du centre social et luttes diverses constituent autant de jalons d’une mémoire collective militante aux Buers.

En avril 2015, Muriel Andrieu le Gall, qui y a vécu son enfance et son adolescence, livre à Cécile Mathias ses souvenirs d’une jeunesse heureuse dans une famille engagée.

Souvenirs d’enfance, par Muriel Andrieu le Gall – voir la notice complète ici

Les parents de Muriel arrivent dans le quartier au milieu des années 1970. S’ils déménagent de leur immeuble du quartier Cusset pour s’installer dans “la cité” de la rue du 8 mai c’est notamment, nous dit Muriel, pour les espaces verts qui bordent les immeubles et constituent un espace de jeu sécurisé pour leurs enfants. Cet attention à leur environnement immédiat rejoint une préoccupation plus large et un combat politique des parents de Muriel Andrieu le Gall pour la protection de la nature et la préservation d’espaces verts au sein de la ville et au service des habitants.

La famille rejoint donc, à l’été 1977, la lutte pour la défense de ce qui allait devenir le parc des Droits de l’homme.

Souvenir de l’occupation du terrain J.-B. Martin, par Muriel Andieu le Gall – voir la notice complète ici

Durant les années 1970, plusieurs projets immobiliers à Villeurbanne rencontrent l’hostilité d’habitants, qui entendent préserver des espaces collectifs au sein de quartier. C’est le cas du terrain dit “de la Saint Famille”, ainsi que de cet espace vert, situé près de la Perralière, et qui appartenait initialement à l’entreprise J.-B. Martin. À la fermeture de l’usine de Villeurbanne, en 1976, le terrain est cédé à une société immobilière qui projette d’y construire des logements de haut standing. Dès le printemps 1977, alors que la municipalité de Charles Hernu est élue, un comité d’habitants soutenu par les écologistes entreprend d’empêcher le projet au moyen, notamment, de l’occupation du parc.

Festive et conviviale, cette occupation se fait en famille. Âgée d’une dizaine d’année à l’époque, Muriel Andrieu Le Gall garde un souvenir joyeux de cette occupation et des merguez grillées. Plus largement, elle se souvient que les enfants sont régulièrement mis à contribution dans ce militantisme de quartier. Aux Buers, ce sont ainsi les enfants qui sont réquisitionnés pour plier et distribuer le journal mensuel du comité de quartier.

Les Buers dans les années 1970, par Muriel Andrieu le Gall – voir la notice complète ici

Rétrospectivement, Muriel livre néanmoins l’analyse d’un certain entre soi, intellectuel de gauche, ouvert aux autres mais incapables de dépasser les importantes inégalités sociales qui façonnent le quartier et la ville. Cette fracture se ressent également plus largement au sein du quartier, entre différents ensembles de logement (La Boube, le Pranard, la “Cité” du 8 mai) et se répercute à l’école, où les enfants se mélangent pas autant que ses parents l’auraient souhaité.

Malgré ces réserves, Muriel conclut l’entretien sur l’impact qu’à eu cette enfance dans une famille militante et dans un quartier mixte et populaire sur sa construction en tant qu’adulte, et mère de famille. C’est en effet pour faire profiter ses filles d’une mixité sociale qu’elle estime salutaire qu’elle a choisi de vivre dans un autre quartier populaire de Villeurbanne : le Tonkin.

Pour aller + loin :
– L’enquête de Cécile Mathias, pour le Rize, auprès de Muriel Andrieu le Gall
– Le corpus “Buers” qui regroupe les 20 enquêtes réalisées sur le quartier par le Rize en 2015
– L’article “Parc des Droits de l’Homme“, par Sandrine Majdar, sur l’encyclopédie collaborative de Villeurbanne

Crédits photos : Le Rize


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.