Amour, Saz et tradition

Pour cette dernière archive de la semaine de l’année 2018, c’est Elisa Cordesse, étudiante en anthropologie actuellement en stage au CMTRA, qui a été chargée d’aller fouiller dans les foisonnantes archives sonores du portail régional du patrimoine oral. Elle est ressortie de ce singulier bizutage avec une chanson d’amour anatolienne, accompagnée au saz par Osman Adiguzel, musicien villeurbannais originaire de Turquie. 

Entre 2008 et 2013, le CMTRA a sillonné le territoire de Villeurbanne, tendant son micro aux habitants-musiciens dont les parcours et les héritages musicaux reflètent la diversité culturelle de la ville. Parmi les dizaines de personnes rencontrées, dont les témoignages musicaux sont consultables sur le portail régional du patrimoine oral, l’on trouve Osman Adiguzel, un musicien et compositeur originaire d’Anatolie. À notre micro, ce professeur d’économie à la retraite livrait plusieurs chansons accompagnées au saz, dont cette chanson d’amour.

Chanson d’amour d’Anatolie, par Osman Adiguzel – voir la notice complète ici

Au moment d’entamer la chanson, Osman nous prévient : à chaque fois qu’il la chante, il pleure. Et pour cause, cette chanson, qui raconte l’amour d’un homme pour une femme qui n’a de cesse de refuser ses avances, entre en résonance avec l’histoire personnelle d’Osman, qui la chantait à son premier grand amour en Turquie. Le rapport d’Osman aux musiques d’Anatolie est ainsi fondamentalement ancré dans son histoire personnelle. Ces chansons constituent un lien non seulement avec son pays d’origine, mais également avec son histoire la plus intime.

Au cours de l’entretien, Osman nous explique que l’Anatolie est forte de sa tradition musicale, qui évolue entre une dynamique de transmission et de re-création. En effet, l’histoire récente des musiques populaires d’Anatolie est marquée par d’importants processus de re-création et d’hybridation. Dans la première moitié du XXe siècle, les répertoires traditionnels anatoliens ont fait l’objet d’un fort investissement idéologique par l’État turc. Les chantres du nationalisme turc en ont fait un marqueur culturel prétendument “authentique” au service d’un récit national officiel. Le pendant de cette folklorisation a notamment été de gommer les influences “non-turques” du patrimoine musical au profit d’une culture rurale exaltée.

Plus tard, le développement dans les années 60 de l’Anadolu rock (littéralement “Rock anatolien”), heureuse synthèse du rock d’influence anglo-saxonne et des musiques traditionnelles turques, anatoliennes notamment, illustre à merveille le dynamisme de ces traditions musicales. Erkin Koray, figure de proue de ce mouvement allait même créer un bağlama électrique.

Encore plus récemment, d’autres musiciens, en Europe comme en Turquie, s’attellent à perpétuer ce travail de réécriture des répertoires traditionnels anatoliens. Il y a deux ans, la scène des Jeudis des Musiques du Monde accueillait ainsi Derya Yildrim et Grup Simsek, héritière de cette féconde hybridation et artisane de la réactualisation des répertoires populaires d’Anatolie. Sensible comme Osman Adiguzel au triptyque “Saz, Amour et Tradition”, Derya Yildrim et Grup Simsek proposent cette version de la chanson d’amour “Oy, Oy Emime” :

Pour aller + loin :

– Jérôme Cler, Musiques de Turquie, Actes Sud/Cité de la Musique, Arles-Paris, février 2000, 192 p., avec CD encarté.

– Istanbul 1965-1980 : la vague rock du Bosphore, Émission de France culture du 24-11-2017

– L’enquête de Yeon Sue Park et Péroline Barbet (CMTRA) auprès d’Osman Adiguzel, janvier 2011

Crédits photos : Pixabay – Freephotos


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.