La diffusion des archives sonores

Comment valoriser le patrimoine sonore et le rendre accessible au plus grand nombre, et pourquoi le faire ? Quels types d’informations et de descriptions doit-on attacher aux documents afin que ceux-ci soient les plus lisibles possible, y compris pour le public des siècles prochains ? Les outils numériques comportent des avantages certains pour la mise en accès du patrimoine sonore : en attestent les projets présentés par les intervenants invités à la première table-ronde du congrès « Europeana Sound – Le futur des sons historiques« .

Autour de cette table intitulée « De l’enregistrement à l’écoute : pourquoi et comment donner accès au patrimoine sonore ? » étaient ainsi réunis les représentants de différentes structures.

  • Alexis Rossi, directrice médias et accès au sein du plus grand organisme d’archivage numérique du web : « Internet Archive« .
  • Aude Julien-Da Cruz Lima, chargée des archives sonores du Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM / CNRS).
  • Pascal Cordereix, conservateur et responsable du service des documents sonores  au département de l’audiovisuel à la Bibliothèque Nationale de France.
  • Steen Kaargaard Nielsen, professeur associé au département de dramaturgie et de musicologie à l’Université d’Aarhus au Danemark. Il mène un travail de recherche sur les plus anciens enregistrements sonores danois (la « collection Ruben« , enregistrée à Copenhague dans les années 1890).

De quoi alimenter nos réflexions sur la valorisation des sources du patrimoine oral de la région Rhône-Alpes, question qui occupe particulièrement les membres du réseau documentaire régional que coordonne le CMTRA.

Pour aller plus loin…
– Consulter le rapport de la conférence.
– Lire ou parcourir la véritable Bible de l’historienne Florence Descamps : L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, disponible en accès ouvert sur open edition books.
Suivre assidûment le carnet de recherche de Valérie Ginouvès.

Image de Une :
Dot Records, 1968


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *