Les facéties du Père Tide, de génération en génération

Cette semaine, nous avons hésité à prendre un angle saisonnier ou thématique… à cheval entre noix, contes et actualité du CMTRA, nous sommes tombés sur Raymonde Favier.  À l’occasion de l’inauguration le 29 novembre du site Internet « Histoires de langues », outil pédagogique autour du conte multilingue, prêtons l’oreille à quelques histoires drôles, enregistrées il y a bientôt dix lustres.
***

À l’heure où les noix se sont séparées de leurs brous et sont tombées de l’arbre, nous pensons aux longues veillées hivernales au cours desquelles on se rassemblait au village ou en famille pour casser les coques.  Et lorsque nous écrivons « noix » dans la recherche avancée de notre chère base inter-régionale du patrimoine oral, voilà que nous tombons sur l’enquête croustillante menée par Charles Joisten auprès de Raymonde Favier, petite fille d’un célèbre, sinon du célèbre conteur de l’Oisans, le « Père Tide », Aristide de son prénom.

Commentaires sur le Père Tide, conteur de l’Oisans par Raymonde Favier, sa petite fille – voir la notice complète ici

Le dénoisillage était une des occasions de s’adonner à quelques petits jeux et de raconter des histoires  croquignolesques à sa famille.  Les plus jeunes, croyant à la véracité de chacune d’entre elles étaient très impressionnés. Le Père Tide les tenait de son père, qui les tenait peut-être lui aussi de son père, qui… bref, au moins quatre générations sont concernées ici par ses « âneries », de l’arrière arrière grand-père au petit fils que l’on entend se faire houspiller tout le long de l’enquête parce qu’il boulotte sans arrêt ! Nous comprenons en tendant l’oreille que Raymonde concerte du regard son fils pour rechercher dans la mémoire familiale. A sa demande, elle décrit, la bouche pleine, des jeux menés avec les noix :

Description des jeux avec noix, par Raymonde Favier – voir la notice complète ici

C’est au cours de son dernier hiver, en 1946, que le Père Tide en a raconté le plus. Cette année là, la Raymonde était plus grande et à 11 ans elle était autorisée à entendre des histoires « bêtes ». Parce que plus tôt, quand le grand-père commençait à raconter des histoires, les plus petits ne demandaient pas leur reste, ils filaient.

Écoutons un peu Raymonde se régaler à raconter une petite histoire de mariage, tout en poursuivant de gronder ici et là son fiston :

Histoire de mariage « cèbiquezefa », par Raymonde Favier – voir la notice complète ici

Vous  vous demandez comment va terminer cette histoire de « c’est moi qui l’a fait » entre Marguerite et Georges ? Dans l’écurie pardi…  mais pour connaître la chute, rendez vous sur le portail rhônalpin du patrimoine oral.

Notons que Raymonde insiste sur la véracité de l’histoire « cette histoire elle est vraie, le grand-père nous a toujours soutenu qu’elle était vraie ».  Alors authentique ou imaginaire ? C’est sans doute en partie l’impossibilité de répondre à cette question qui fait le succès de ces contes et récits populaires. Tout comme ces histoires  burlesques qui se racontent en série, d’un certain Jean Broè qui semble avoir vraiment existé. « Il était du pays ce Jean Broè ! » assurait ainsi Raymonde Favier au micro de Charles Joisten :

Histoire de Jean Broè, par Raymonde Favier – voir la notice complète ici

À cheval entre absurdité et sagesse, ce bonhomme de Jean Broè n’est pas sans rappeler le personnage mythique de la culture orientale, Nasreddin Hodja, le « fou qui était sage »

Pour aller + loin :

Crédits photos : ultraja0 – Pixabay





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.