Le fonds Patrice Lejeune

En 2018, le CMTRA a numérisé le fonds de collectage de Patrice Lejeune, collecteur lyonnais disparu prématurément en 2016. Le travail de documentation et de description est en cours et, d’ici à la fin de l’année, ce fonds d’une quinzaine d’heures intégrera le portail régional du patrimoine oral. En attendant, voici un petit aperçu de son contenu.

***

Patrice Lejeune était agronome de formation. Au milieu des années 1970, après un passage par l’Algérie, il rejoint le Parc Naturel Régional du Vercors. Avec le soutien du CNRS, il part alors à la rencontre des musiciens et chanteurs traditionnels du Parc, frappant aux portes de toutes les maisons et de toutes les fermes. Cette démarche de collectage systématique a donné lieu à de nombreux enregistrements, dont une petite partie a été publiée dans l’Atlas sonore n° 15 “Le Vercors” . Cette édition du CMTRA et du PNR du Vercors, parue en 2001,  intégrait une partie du répertoire exceptionnel de Madame Cheval enregistré par Patrice Lejeune à la fin des années 1970. Mais l’enquête auprès de cette chanteuse alors âgée de 90 ans, récemment numérisée, regorge de nombreux enregistrements encore inédits.

Madame Cheval, enregistrée à Saint-Laurent-en-Royans en 1977

Plus nous plongeons dans le fonds, et plus il apparaît que les enquêtes de Patrice Lejeune en Royans débordent largement la question du chant traditionnel. Bien que le corpus drômois soit majoritairement composé de chansons, ce qui témoigne de la réalité des pratiques musicales traditionnelles au moment de l’enquête, Patrice Lejeune questionnait systématiquement ses interlocuteurs sur la pratique instrumentale dans le massif du Vercors. Sûrement marqué par son passage dans le Morvan, où il avait notamment enregistré le vielleux Henri Goguelat, il interrogeait systématiquement les chanteurs et musiciens drômois sur la présence de la vielle à roue sur le territoire. Pour la plupart des personnes qu’il a enregistré, la vielle n’était qu’un lointain souvenir et on préférait lui rappeler que dans la région “on dansait de la bouche”. Patrice Lejeune a cependant enregistré plusieurs instrumentistes, harmonicistes et accordéonistes notamment, tels que Mr Rimet, enregistré à Saint-Martin-le-Colonel.

Rigodon joué à l’accordéon puis chanté par M. Rimet, à Saint-Martin-le-Colonel

Enfin, souhaitant manifestement capter toute l’épaisseur des traditions orales de ce petit bout de Vercors, Patrice Lejeune a également collectés contes, monologues et autres récits légendaires. 

Histoire du sorcier et de l’agneau noir, par M. Rimet, à Saint-Martin-le-Colonel

Les enquêtes de Patrice Lejeune se sont poursuivies dans les années 1970 de l’autre côté du Rhône, en Ardèche et en Haute-Loire, souvent en compagnie de Christian Oller. D’ici quelques semaines, toutes les enquêtes seront consultables sur le portail rhônalpin du patrimoine oral.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.