Ce que l’école fait aux chansons

Rentrée des classes oblige, nos pérégrinations dans les fonds d’archives sonores publiés sur le portail régional du patrimoine oral reprennent à la recherche de quelques évocations sonores des liens entre l’école et les musiques et danses traditionnelles et populaires.

***

S’il est bien un lieu où l’on chante et danse, c’est à l’école. Les salles de classes et les cours de récréations font ainsi partie de ces lieux qui impriment durablement des souvenirs sonores : chacun garde en mémoire que les moulins tournent et tournent, que les mains tapent et tapent et que les petits poissons nagent aussi bien que les gros.

Si l’on chante tant à l’école, c’est notamment parce que les enseignants mobilisent beaucoup chansons et comptines à des fins pédagogiques : jeux de doigts pour apprendre à compter, chansons d’énumération pour connaître les différentes parties du corps ou encore la comptine de l’alphabet, dont nous gardons tous un souvenir depuis les cours d’anglais au collège, et qui est également chantée en français depuis longtemps dans les écoles, comme le suggère cette enquête des années 1960 en Ardèche.

Sur le portail régional du patrimoine oral cependant, les quelques mentions de chansons apprises à l’école évoquent des usages quelque peu différents de la chanson par l’institution scolaire. Les lecteurs assidus de ce carnet se souviennent d’un billet sur la Chanson de Roland, chantée par Germaine Panel au micro de Jacques Bardot en 1984 et qu’elle disait avoir appris à l’école, à Veranne dans la Loire.

Chanson de Roland, chantée par Germaine Panel – voir la notice complète ici

Cette chanson a été écrite à la fin du XIXe siècle par Maurice Bouchor sur une mélodie traditionnelle basque recueillie et arrangée par l’ethnomusicologue Julien Tiersot, et a été publiée dans un ouvrage en trois volumes intitulé Chants populaires pour les écoles. Au delà de la dimension historique du texte, toute relative, il faut surtout voir dans cette chanson une exaltation du sentiment patriotique, dans le contexte revanchard du dernier tiers du XIXe siècle. En effet, comme le note l‘historienne Isabelle Poutrin :

« La Chanson de Roland […] fut introduite dans les programmes scolaires dans les années 1880-1882, quand Jules Ferry instaura en France l’école primaire gratuite, obligatoire et laïque. On voyait alors dans ce poème épique du début du XIIe siècle, en ces années qui suivaient la défaite de 1871 infligée par l’Allemagne, matière à l’exaltation patriotique de la « douce France », expression récurrente dans la Chanson de Roland.  « 

Plus généralement, la collection des Chants populaires pour les écoles est à rapprocher, dans son contenu, du Tour de France par deux enfants, qui fut utilisé jusque dans les années 1950 comme manuel de lecture dans toutes les écoles françaises. Dans sa première édition de 1877, le voyage de deux orphelins alsaciens à travers le Pays y servait de prétexte à une exaltation de la mère patrie face à l’envahisseur prussien, notamment par une description romantique des différentes régions du pays. Dans le premier volume des Chants populaires pour les écoles, l’on trouvait ainsi, entre la Chanson pour l’Alsace et le Chant du Glaive, une Chanson des Alpes, des Pyrénées, Provençale ou encore une Chanson Flamande.

Toujours dans les années 1980, Jacques Bardot avait enregistré une autre « chanson d’école », qui résonne fortement avec cette histoire. Il s’agit de la Strasbourgeoise, chantée par une femme de Pélussin (Loire) en 1980 :

« La strasbourgeoise », interprète inconnue – voir la notice complète ici

Cette chanson, qui met en scène une alsacienne orpheline face à des soldats allemands, s’achève sur ce vers (non chantée dans cette version) :

Vous avez eu l’Alsace et la Lorraine,

Vous avez eu des millions d’étrangers,

Vous avez eu Germanie et Bohème,

Mais mon p’tit cœur vous ne l’aurez jamais,

Mais mon p’tit cœur lui restera français  !

Au delà de la dimension pédagogique, ou même ouvertement idéologique des chants qui résonnent ou résonnaient dans les écoles, ces derniers assurent une fonction sociale primordiale :  ils constituent un patrimoine culturel commun à des générations d’enfants. Jorge Diaz, musicien Villeurbannais né au Chili témoignait ainsi au micro du CMTRA de l’importance de l’école comme lieu où se diffuse un patrimoine musical ou chorégraphique commun :

Témoignage de Jorge Diaz sur l’apprentissage des musiques et danses traditionnelles au Chili – voir la notice complète ici

Enfin, si l’on s’est surtout centré ici sur les chansons destinées aux enfants, et écrites par des adultes, il ne faudrait pas oublier tous les jeux chantés et autres comptines précédant le jeu (« pic nic douille c’est toi l’andouille ») qui résonnent dans les cours de récréation et appartiennent, ceux-ci, strictement aux enfants.

Pour en savoir + :

Crédit photo : Pixabay – Freephotos

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.