Petit précis sonore de lutherie printanière

Ah, le printemps… Les oiseaux qui chantent, les bourgeons qui éclosent, les balades en forêt… Si au détour de vos excursions printanières, vous croisez saules, châtaigner ou autre noisetier, nous invitons à lire ce qui suit, pour mieux apprécier le potentiel musical de ces essences.

***

Le portail régional du patrimoine oral regorge de ressources diverses et variées : chansons et airs instrumentaux bien sûr, contes, légendes, anecdotes, mais aussi des recettes de cuisine ou des savoir-faire luthiers. Une fois n’est pas coutume, l’archive de cette semaine vous apprend comment fabriquer une flûte à partir d’une écorce de saule.

En 1992, le collecteur Sylvestre Ducaroy est à Bézy, dans l’Ain en compagnie de deux musiciens : Gaston Mettret et d’Aymé Pommateau. Cette enquête donne à entendre de nombreux airs traditionnels à l’accordéon et des témoignages précieux sur l’implantation de l’accordéon en Bresse ainsi que sur le répertoire joué. Aymé Pommateau (que l’on peut entendre chanter par ici ou jouer de la vielle à roue par là) livre alors un témoignage singulier. Il décrit les étapes de fabrication d’une flûte à partir de l’écorce d’une branche de saule :

Description de la fabrication de flûtes en saule – voir la notice complète ici

La marche à suivre est assez simple. Il suffit en premier lieu de se munir d’un bon couteau, et de trouver un saule. Il faut néanmoins être très attentif à la saison : en effet, l’opération ne peut être réalisée qu’au printemps, quand les arbres sont « en sève » , c’est à dire que la sève remonte après le sommeil des mois d’hiver. Le printemps est donc la période idéale, et il est encore temps d’expérimenter cette technique dans les bois.

Une fois le tronçon de la branche coupé, Aymé Pommateau conseille ensuite de frapper tout le tour de l’écorce avec le manche de son couteau, « pas trop fort » , pour la décoller du bois. Il faut ensuite retirer l’écorce en un seul morceau, tailler un petit bout du bois en biseau avant de l’insérer de nouveau dans l’écorce, et le tour est joué (si c’est encore un peu obscur, voyez les différentes étapes illustrées par ici) !

L’instrument ainsi obtenu, somme toute assez rustique, tient finalement plus du sifflet que de la flûte : aucun trou ou système de piston ne permet de moduler le son produit. Dans la suite de l’extrait, Aymé Pommateau évoque cependant d’autres versions plus sophistiquées :

« Il y en a qui faisaient des flûtes : on déroule la peau [l’écorce], et on pique des épines pour la tenir. Au bout, on mettait un « pingnion », comme une anche de clarinette » .

Cette description, un peu mystérieuse de prime abord, semble recouper une technique également utilisée au Auvergne, et sur laquelle l’Agence des Musiques et Territoires d’Auvergne (AMTA) avait produit ce petit film :

Fabrication d’une trompe d’écorce en châtaignier – AMTA

Ces petits instruments de musique rudimentaires, souvent fabriqués par les enfants, sont vraisemblablement très anciens. Dans une version commentée de l’Histoire naturelle de Pline publiée en 1773, l’on notait ainsi à propos de la technique de greffe dite « en flûte » :

« C’est ce qu’on appelle greffer en flûte, parce que cette opération ressemble à ce que font les enfants lorsqu’au temps de la sève ils détachent l’écorce d’une branche pour en faire une flûte ».

Loin d’être anecdotique, cet extrait est révélateur des pratiques d’entretien de ces musiciens collecteurs qui ont enquêté les musiques traditionnelles dans les années 1970 et 1980. Sylvestre Ducaroy comme bien d’autres, collectait tant le répertoire et les techniques de jeu que les habitudes d’accordage des instruments ou encore les savoir-faire luthier…

En conclusion, nous ne pouvons que vous inviter à vous munir de votre plus beau couteau et à vous diriger vers l’arbre le plus proche pour expérimenter ces techniques. Et si vous êtes coincés en ville et que ni saule, ni châtaigner ne daigne pointer le bout de son nez, pourquoi ne pas aller au plus vite chez votre primeur et tenter la fabrication d’un hautbois-courgette-poivron ou d’un violon-poireau…

Vienna’s Vegetable Orchestra – CBS News

Aller + loin :

Crédits photo : Foto-rabe / Pixabay


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.