« Voilà les boches » : mémoire d’une réfugiée de la Grande Guerre

Cette semaine, nous nous arrêtons une nouvelle fois sur le fonds des Amis du Vieux Saint-Étienne, en ligne sur le Portail rhônalpin du patrimoine oral. Cette petite collection, composée de 6 enquêtes menées au début des années 1990 par Anne-Catherine Marin, alors conservatrice aux Archives municipales de Saint-Étienne, renseigne des pans très divers de la mémoire stéphanoise : la mode, les marchés, l’histoire minière ou encore la seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, l’archive de la semaine fait entendre un témoignage précieux sur la grande Guerre, celui de Marie-Thérèse Ponsard, réfugiée à Montbrison en 1914.

***

Marie-Thérèse Ponsard est née à Verdun en 1907. Lorsque Anne-Catherine Marin recueille son témoignage, elle est âgée de 86 ans et se remémore les premières années de la guerre de 14-18, près de 80 ans plus tôt. Forcément, la chronologie est parfois un peu confuse et le déroulé des évènements hasardeux, mais Marie-Thérèse Ponsard livre avec humour plusieurs souvenirs forts de son histoire familiale pendant la guerre.

Au déclenchement de la guerre, la famille de Mme Ponsard réside à Warcq dans les Ardennes, à quelques kilomètres de la frontière belge. Quand, à la fin de l’été 1914, les troupes allemandes envahissent la Belgique et le Nord de la France, Marie-Thérèse Ponsard, sa mère et ses 12 sœurs se mêlent au flot de réfugiés belges et français qui fuient les zones de combat et se dirigent vers le Sud et le centre du pays.

Souvenir de son voyage des Ardennes à Montbrison, en 1914, par Marie-Thérèse Ponsard – voir la notice complète ici

Elle et sa famille embarquent ainsi dans un train en direction de Montbrison, probablement affrété par l’autorité militaire. Mme Ponsard livre des souvenirs très précis de son voyage en train, aux côtés de nombreux autres réfugiés : « Y en avait un plein train ! » Cet épisode marquant a laissé des traces encore vives dans la mémoire de Marie-Thérèse Ponsard, qui ressurgissent au fil de l’entretien :  le plat de lentille qu’on lui avait servi dans le train, le manteau qu’on lui avait donné (« On est partis tout nus !  Tout nus !« ) ou encore la visite d’une infirmière. Autant de souvenirs d’enfance qui nous renseignent, plus d’un siècle plus tard, sur les tentatives de gestion par l’État de l’urgence humanitaire.

À Montbrison, se souvient Mme Ponsard, des femmes attendaient l’arrivée du train sur le quai de la gare. Ces montbrisonnaises se proposaient en effet pour accueillir des réfugiés chez eux, moyennant une allocation délivrée par la municipalité.

Le Montbrisonnais, 16 septembre 1914

Marie-Thérèse Ponsard garde un mauvais souvenir de sa prise en charge par sa famille d’accueil : âgée de seulement 7 ans, elle est alors séparée de sa mère et de ses sœurs.

Elle se souvient également de l’accueil hostile qui fut réservé aux réfugiés à la descente du train.

Souvenir de son arrivée à Montbrison, en 1914, par Marie-Thérèse Ponsard – voir la notice complète ici

Lorsqu’on lui demande pourquoi sa famille avait choisi de se réfugier à Montbrison, Mme Ponsard répond :

« On nous y a amené, Madame ! On nous a pas demandé si on voulait! […] Et savez-vous les premiers mots qu’on a entendu? Voilà les boches ! »

Son témoignage fait écho à l’histoire plus large de l’accueil des populations déplacées pendant la première Guerre mondiale. L’historien Philippe Nivet a travaillé sur les mouvements de population pendant la grande Guerre, et s’est penché sur la formule qui se forge alors dans les départements de l’intérieur pour désigner ceux qui ont fui les combats : les « boches du Nord ». Il identifie plusieurs éléments expliquant la méfiance, voire l’hostilité vis à vis des Français du Nord et de l’Est cherchant refuge, ainsi que leur assimilation à l’ennemi.

D’abord, les réfugiés, bien que Français, sont souvent perçus comme des étrangers : la distance linguistique et culturelle qui peut séparer les populations accueillantes de celles accueillies, conduit parfois à les considérer comme des « étrangers français », d’autant plus lorsqu’ils portent des noms à consonance germanique. À cela s’ajoute un soupçon de compromission, voire de trahison, notamment à l’encontre des femmes soupçonnées d’avoir eu des relations sexuelles avec  des Allemands. Enfin, tout une panoplie de reproches moraux se déploie à l’encontre des réfugiés Français : lâcheté pour avoir fuit devant l’ennemi ; oisiveté pour ne pas travailler et se contenter des secours publics ; déviance enfin avec la mise en exergue de comportements incivils ou délinquants attribués aux populations déplacées.

« Déjà traumatisés par ce qu’ils ont subi avant leur arrivée, les réfugiés se heurtent donc souvent dans les départements de l’intérieur à des situations de nouveau traumatogènes :  la perte des biens et la séparation d’avec leur famille, un logement souvent misérable, une froideur, voire une hostilité des populations du lieu de refuge, une suspicion constante. »

Un  constat qui, plus d’un siècle plus tard, résonne étrangement avec une réalité très contemporaine.

Pour aller plus loin :

Crédits photos : BnF – Gallica – Agence Meurice


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.