Faire sien le répertoire : rencontre avec Joseph Pariaud

L’archive de la semaine retourne dans le fonds Musiques migrantes de Villeurbanne, mis en ligne sur le portail rhônalpin du patrimoine oral et invite à (ré)écouter l’entretien réalisé en 2016 avec Joseph Pariaud, musicien villeurbannais spécialiste des répertoires traditionnels d’Amérique du Sud. Il nous racontait alors comment les musiques d’Amérique du Sud avaient pris place dans sa vie de musicien, et de quelle manière il avait fait sien ce répertoire.

***

Au début de l’année 2016, le CMTRA prépare une  nouvelle escale sonore au Rize, soirée mettant à l’honneur les transfuges et les adoptions musicales, les trajectoires sonores et personnelles,  transnationales et ultramarines : en somme les musiques de cœur et d’adoption. Dans ce cadre, Laura Jouve-Villard rencontre pour le CMTRA Joseph Pariaud, musicien et professeur à l’École Nationale de Musique de Villeurbanne, en charge du cours de musiques sud-américaines. Avant de l’enseigner, Joseph Pariaud a du faire sienne cette musique, et il livrait alors son parcours musical, de la chanson française au folklore argentin.

Son parcours de musicien s’inscrit dans une histoire familiale singulière : alors qu’il n’a que 13 ans, le père de Joseph, professeur à l’ENM, lui présente Jean-Michel Cayre, qui dirige alors la classe atelier Musiques des Andes. Cette rencontre, avec la personne et le répertoire, est déterminante. Il intègre rapidement l’atelier de Jean-Michel Cayre et se passionne pour les musiques andines et le folklore argentin en particulier.

Quelques années plus tard, à 18 ans, Joseph fait un premier voyage en Argentine. C’est l’occasion d’une première confrontation de sa culture musicale avec la réalité de la pratique à la fin des années 2000. Il est frappé, nous dit-il, par l’écart entre le répertoire qu’il a appris en France, principalement produit par des musiciens des années 1950 à 1970, et la modernité des formations qui occupent alors le devant de la scène en Argentine.

Tout déroutant qu’il soit, le voyage reste un acte fondateur du rapport de Joseph aux musiques d’Amérique du Sud. Bien qu’il refuse d’y voir une condition sine qua none de la pratique d’une musique venue d’ailleurs, Joseph Pariaud souligne dans son cas l’importance symbolique du voyage en tant que « pèlerinage » : pour lui, ses voyages en Argentine sont aussi un moyen de dire « j’y suis allé » . Mais surtout, le voyage est avant tout une manière d’incarner un répertoire.

Témoignage de Joseph Pariaud sur le répertoire – voir la notice complète ici

Pour le musicien du XXIe siècle, nous dit Joseph Pariaud, l’enjeu du voyage n’est pas tellement de collecter un répertoire qui ne serait transmissible qu’oralement. De fait, de nombreux enregistrements sont accessibles à distance, grâce à Internet. En revanche, ce sont les voyages et les rencontres dont ils sont émaillés qui donnent du sens au répertoire. Au micro de Laura Jouve-Villard, il livre une anecdote qui illustre l’importance de l’incarnation du répertoire dans son propre récit. Au terme d’une série de rencontres plus ou moins fortuites, il fait la rencontre du Mago Piuman, magicien de formation, qui avait accueilli son maître quelque 20 ans plus tôt. Il passe alors une semaine chez l’homme, à copier une partie de sa collection de vinyles de folklore argentin sur des cassettes. À son retour en France, il chérira ces cassettes, les écoutera en boucle, « des milliards de fois« , jusqu’à les connaître par cœur… avant de se rendre compte que la plupart de ces enregistrements sont disponibles sur Internet.

« Ça a pris […] une valeur inestimable… Alors que j’ai exactement la même chose en mp3 sur mon ordinateur… mais ça n’a aucun sens. Je ne les écouterai pas. Ou peut être un jour par hasard quand quelqu’un va me dire « t’as jamais écouté ça? » […] Et là je vais m’y intéresser, mais ce sera uniquement par le biais de la rencontre « 

Le but du voyage n’est donc pas tant de découvrir un répertoire accessible par ailleurs, mais de lui donner sens en l’inscrivant dans son propre récit personnel, de l’incarner dans son histoire.

Donner du sens au répertoire, et donc à sa pratique, est également passé pour Joseph Pariaud par l’apprentissage de la langue.

Extraits de chansons apprises phonétiquement par Joseph Pariaud- voir la notice complète ici

Adolescent lors de sa rencontre avec Jean-Michel Cayre et du folklore argentin, son apprentissage du répertoire et de l’espagnol sont concomitants. Dans un premier temps, il apprend donc les chansons phonétiquement, tentant de reproduire au mieux ce qu’il entend. Le texte des  premières chansons qu’il apprend ne font pas tout de suite sens pour lui, et ce n’est que bien des années plus tard qu’il allait les comprendre. Se lisent dans l’itinéraire musical de Joseph Pariaud la diversité des niveaux d’appropriation de la musique. À l’émotion esthétique originelle, qui suscite une plongée immédiate et passionnée dans une culture étrangère, succède un processus d’analyse, de compréhension, d’apprivoisement de la complexité et de la richesse de cette musique.

Bien plus qu’une découverte donc, mais une véritable adoption au sens du dictionnaire : « choisir quelque chose pour le faire sien, s’y rallier, y conformer sa vie » .

Pour aller plus loin :

Crédits photos : Still life with a guitar, Juan Gris – Metropolitan Museum of Art


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *