Le Gamou : musiques soufies à Villeurbanne

Cette semaine, l’ « Archive de la semaine » vous emmène à la rencontre des tijânes de Lyon. Tous les ans, les membres de cette confrérie musulmane se réunissent pour célébrer, en chantant, le Mawlid (l’anniversaire de la naissance du prophète Mohamed) lors d’une importante cérémonie religieuse, le Gamou.

***

La Tijâniyya est une des plus importantes confréries musulmane d’Afrique. Créée en Algérie à la fin du XVIIIe siècle, la confrérie a été introduite au Sénégal en 1835 et a connu beaucoup de succès au sein de la population Wolof. À la faveur des migrations internationales, elle a également essaimé dans de nombreuses régions du monde, du Maghreb à l’Indonésie, en passant par l’Europe et l’Amérique du Nord. Dans la région lyonnaise, les tijânes sont essentiellement d’origine sénégalaise, et regroupés autour de la Dahiratoul Moutahabbina Fillahi de Lyon (DMFL), cercle confrérique musulman qui organise tous les ans le Gamou, la plus importante cérémonie religieuse pour les tijânes.

Le Gamou constitue le moment phare de la confrérie Tijâniyya. Au Sénégal, la cérémonie est l’occasion d’un pèlerinage dans la ville Sainte de Tivaouane. En France également, comme dans de nombreux lieux de la diaspora ouest-africaine, les tijânes se retrouvent chaque année à cette occasion pour prier, se recueillir et chanter les louanges du prophète. En février 2010, alors que le CMTRA mène, en collaboration avec le Rize, le projet de recherche Musiques migrantes de Villeurbanne, deux collectrices du CMTRA, Yaël Epstein et Laurie Darroux demandent à assister à la célébration de l’anniversaire de la naissance du prophète, au centre social Charpennes Tonkin de Villeurbanne.

Après avoir rejoint le groupe de femmes, dans une salle adjacente à la salle principale où se tiennent les hommes, les collectrices du CMTRA s’assoient, écoutent et tendent leur micro.

« Lâ ilâha illâ Allâh », chanté par la confrérie Tijâne de Lyon – voir la notice complète ici

La soirée est essentiellement consacrée au à la prière et au chant liturgique, et pendant près de 8h, les fidèles enchaînent les incantations divines. L’extrait ci-dessus, « Lâ ilâha illâ Allâh », que l’on peut traduire par « Il n’y a de Dieu qu’Allah », est très représentatif du répertoire des tijânes. Exclusivement vocal, le répertoire est surtout composé de dhikrs, ces litanies caractéristiques de la tradition soufie, inlassablement chantées en chœur. Conçu comme un moyen de s’élever à la rencontre de Dieu,  l’incantation mène parfois à la transe. Le dhikr remplit alors pleinement sa fonction, comme « technique d’expérience physique de la présence divine », selon l’expression de l’anthropologue Sossie Andézian.

Si la dimension spirituelle de ce répertoire continue de prévaloir lors de fêtes comme le Gamou, au Sénégal ou en France, le répertoire Tijâne est également de plus en plus souvent chanté hors des cérémonies religieuses. A l’instar d’autres traditions soufies, dont la plus connue est peut-être celle des derviches tourneurs de Turquie, les musiques de l’islam interpellent le mélomane occidental tout autant qu’elles fascinent, et font l’objet de nombres de publications et de représentations. En attestent par exemple le succès des « Nuits soufies » organisées  à la Cité de la musique depuis plus de 10 ans, ou encore la tenu prochainement de la première édition du Festival soufi de Paris, ou se succèderont conférences et concerts. Autant d’évènements qui contribuent à donner un dessein tout autre à ces musiques mystiques. À la Philharmonie de Paris, à Tivaouane au Sénégal ou dans les MJC de nos quartiers, pour le plaisir des oreilles ou pour le salut de l’âme, ces mélodies entêtantes n’ont pas fini de résonner.

Aller plus loin :

Crédits photo kevinaramrulloh – Pixabay

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *