Jean Rouch, le cinéma et la musique

En 2017, Jean Rouch aurait eu 100 ans. L’occasion de revenir sur le parcours singulier de ce précurseur de l’anthropologie visuelle, et d’évoquer l’actualité du cinéma ethnographique et ethnomusicologique avec le 36e Festival International Jean Rouch, qui débutera le 8 novembre prochain à Paris.

***

Évoluant aux confins de l’ethnographie et du cinéma, Jean Rouch disait de lui  qu’il était « un ethnographe pour les cinéastes, un cinéaste pour les ethnographes« . Et d’ajouter : « C’est une belle façon de me mettre dehors des deux côtés » . En effet, Jean Rouch n’a cessé de dresser des ponts entre les disciplines et les continents, forgeant une œuvre dense qui mêle fiction et document de recherche en adoptant et théorisant une posture cinématographique : on ne fait pas un film « sur », disait-il, mais un film « avec ».

Jean Rouch : Bataille sur le grand fleuve (extrait)

Ethnographe majeur, Jean Rouch fut également un promoteur infatigable du film ethnographique. Dès 1952, il est à l’initiative du Comité du film ethnographique au Musée de l’Homme, association dont le but est  « de collationner, de conserver, de diffuser les films d’intérêt ethnologique existant déjà et de produire de véritables films ethnographiques nouveaux » . Espace de réflexion, de travail et de rencontre, le Comité est également un lieu de diffusion, et organise à partir de 1982 le Bilan du film ethnographique, qui devient le Festival Jean Rouch en 2008 en hommage à son fondateur disparu 4 ans plus tôt.

Tous les ans, le Festival Jean Rouch réunit des chercheurs en sciences sociales, des cinéastes et un large public de passionnés et de curieux, et donne à voir l’actualité du cinéma anthropologique. Parmi les nombreux prix décernés pendant la semaine, le Prix Bartók, doté par la Société Française d’Ethnomusicologie, « récompense les meilleurs films mettant en lumière la pratique de la musique dans son contexte et dans ses significations sociales et culturelles » .

Hugo Zemp, grand nom de l’ethnomusicologie visuelle, notait déjà en 1984 la tension entre les usages scientifiques et « grand public » du cinéma en ethnomusicologie. « C’est une tâche bien difficile que de réaliser des films musicaux satisfaisant à la fois les besoins de la documentation musicale et les aspirations de la créativité cinématographique, les exigences de l’analyse scientifique et la volonté de la communication des émotions, le désir d’apprendre et de comprendre et le plaisir des yeux et des oreilles » nous disait-il alors. Plus de trente plus tard, ethnomusicologues et cinéastes cherchent toujours l’équilibre, comme l’atteste le numéro de le revue Images Documentaires de décembre 2013, qui reprend notamment des extraits de la table ronde organisée à l’occasion des 20 ans du prix Bartók sur le thème « Filmer la musique ».

Le meilleur moyen de juger de la réussite de l’entreprise reste encore de se plonger dans les films. Aussi, en attendant de connaître le lauréat du Prix Bartók de l’édition 2017, nous ne saurions trop vous conseiller d’aller jeter un œil et une oreille aux œuvres primées les années précédentes, dont certaines ont été publiés dans le coffret DVD Around Musics – Écouter le Monde. Cette sélection rend compte tant de la fécondité du cinéma ethnomusicologique que de la diversité des approches et des esthétiques dès lors qu’il s’agit de filmer la musique.

Et en novembre, mois du film documentaire oblige, des projections ont lieu dans toute la France. Aussi, pour ceux qui ne pourraient être à Paris, pourquoi ne pas faire un tour par Toulouse par exemple, où se tiendra du 17 au 19 novembre le festival Peuples et musiques au cinéma ?

Pour aller plus loin :

Crédit photo :  Fonds Jean Rouch, BnF, Département des manuscrits, NAF 28464


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *