« Lo busseron de Brasse » : variations sur le thème de la femme qui boit

L’archive sonore de la semaine fait sa rentrée ! Cette fois, notre  promenade hebdomadaire dans les fonds sonores en ligne sur le Portail régional du Patrimoine oral s’est arrêtée sur un chant en francoprovençal, enregistré par Sylvestre Ducaroy et l’association des Musiciens routiniers en 1981. On y parle d’un bûcheron bressan et de sa femme, de vin et de maux de crâne.

***

En 1981, le collecteur Sylvestre Ducaroy et ses amis musiciens routiniers organisent les rencontres des musiques traditionnelles à Lescheroux, dans l’Ain. Ils y invitent certains des informateurs qu’ils ont collecté  à se produire en public : Paul et Henri Lambert (illustres musiciens de la « petite montagne » jurassienne dont nous vous avions parlé ici il y a quelques mois), M. Pommatau au chant, Benoît Teppe ainsi que Gaston Mettret se succèdent. Parmi les nombreux airs et chants enregistrés ce jour là, figure la fameuse histoire du « Busseron de Brasse » (« Le bûcheron de Bresse ») :

« Lo busseron de brasse », interprète anonyme – voir la notice complète ici

Fameuse, cette histoire l’est pour plusieurs raisons. Tout d’abord, on en trouve des traces anciennes. Une première version est attestée dès 1749, et l’on en fait mention dans de nombreuses publications du début du XXe siècle : une rapide recherche sur Gallica fait remonter plusieurs résultats intéressants. On retrouve le bûcheron chez Julien Tiersot et ses fameuses Chansons populaires, recueillies dans les Alpes françaises (1903), ou chez le folkloriste Bressan Paul Carru dans un article de 1917. Plus étonnant, la chanson est évoquée dans une publication médicale de 1902 sur « Les boissons hygiéniques – L’eau et la chanson » . Car, comme son titre ne le dit pas, le sujet de la chanson n’est pas le bûcheron, mais plutôt sa femme, et ses problèmes de boisson… jugez plutôt :

Quand lo benhom’vinci du beu
Quand lo benhom’vinci du beu
Trovi sa fènna ivra,
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,

Trovi sa fènna ivra.

Ma peuvra fènna, qu’ôte don ?    Ma peuvra fènna, qu’ôte don ?   Z’ai on gre mau de téta                  Oua, ma fion oua, me n’argua oua, Z’ai on gre mau de téta.

Y don bin venu prontaman                Y don bin venu prontaman                Faut bayre na tisanna                     Oua, ma fion oua, me n’argua oua,  Faut bayre na tisanna.

L’homo, ze n’ai pô tro gran say
L’homo, ze n’ai pô tro gran say
L’aidie me fa malada ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
L’aidie me fa malada.

 […]   

Se ze venivai à meri
Se ze venivai à meri
Enterô m’à la cova ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
Enterô m’à la cova

Leu deu piè contre la paray
Leu deu piè contre la paray
La téta sous la gueille ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
La téta sous la gueille.

Tote le gotte que chèron
Tote le gotte que chèron
M’areuseran la lingua ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,
M’areuseran la lingua.

Quand le bonhomme revint du bois
Quand le bonhomme revint du bois
Trouva sa femme ivre
Oui, ma foi oui, mon âme oui,

Trouva sa femme ivre.

Ma pauvre femme qu’as-tu donc ?          
Ma pauvre femme qu’as-tu donc ?       
   
J’ai un grand mal de tête
Oui, ma foi oui, mon âme oui, J’ai un grand mal de tête.
C’est donc venu bien promptement          C’est donc venu bien promptement           Faut boire une tisane ;                            Oui, ma foi oui, mon âme oui,             Faut boire une tisane.

L’homme, je n’ai pas trop grand soif           L’homme, je n’ai pas trop grand soif           L’eau me fait malade ;                 
Oui, ma foi oui, mon âme oui,            L’eau me fait malade.

[…]

Si je venais à mourir
Si je venais à mourir
Enterrez moi à la cave ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
Enterrez moi à la cave.

Les deux pieds contre la paroi
Les deux pieds contre la paroi
La tête sous le fausset ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
La tête sous le fausset.

Toutes les gouttes qui tomberont
Toutes les gouttes qui tomberont
M’arroseront la langue ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
M’arroseront la langue.

La chanson du bûcheron est également fameuse parce qu’elle reprend un thème bien connu de la littérature populaire : la femme qui boit. Dans la préface qu’il signe à la première édition des Chansons populaires de Charles Guillon, le poète bressan Gabriel Vicaire évoque rapidement ce type de chansons satiriques et bachiques. Après avoir pris soin de noter que le paysan « ne sait ni raffiner l’ordure, ni ciseler l’obscénité » et que « son esprit est, comme lui, lourd, pataud, épais », il souligne que l’ivrognerie des femmes constitue un thème comique important des chansons populaires du département et s’interroge : « Le beau sexe de notre région est-il vraiment animé d’une telle passion pour la dive bouteille? On serait tenté de le croire, tant les histoires de femmes grises abondent chez nous. »

En effet, Charles Guillon a recueilli à la fin du XIXe siècle plusieurs chansons sur ce thème, dont les ressorts comiques  sont incontestables. Cependant, une rapide analyse fait apparaître des aspects plus graves. « Le bûcheron de Bresse », tout comme « La moisson » , ou « Buvons, ma commère » (Charles Guillon, Chansons populaires de l’Ain, vol. 2, pages 345-346) opposent l’ivrogne à son mari, au champ ou rentrant du travail. Dans ces chansons, transparaît en filigrane une condamnation morale de ces femmes oisives et imbibées. Dans « La moisson » par exemple, la Madelon délaisse la maison  et dilapide l’argent du ménage  :

Tandis que nos hommes
Sont à la moissonne,
Vidons-y le tonneau
De ce bon vin nouveau !
[…]
Voilà son mari qui entre
De l’eau jusqu’à mi-jambes
Regarde de tous côtés
Son bouillon renversé.
[…]
Diable ta maladie,
Toi et ta voisine !
Tu as bu tout mon vin,
Tu manges mon butin !

Replacée dans le contexte social et moral de la fin du XIXe siècle, cette condamnation en demi-teinte de l’oisiveté de la femme qui boit fait échos à une production discursive plus large sur l’alcoolisme féminin. Hélène Millot, chargée de recherche au CNRS, note ainsi que « la figure de la femme qui boit prend une importance grandissante dans le discours moral et social, mais aussi dans la littérature […] ».  Dans ce discours, dont l’incarnation littéraire la plus emblématique est sans doute la Gervaise de l’Assommoir, « on assiste ainsi à l’élaboration d’un système de représentations fantasmatiques, qui définit la femme qui boit comme n’étant plus véritablement une femme, et en même temps comme étant l’incarnation primitive et sauvage d’une féminité exacerbée : ce n’est plus une femme, mais une femelle, et c’est par son ivrognerie que la femme révèle la part obscure et inquiétante du féminin, c’est à dire son « hystérie » au sens premier du terme. »

Pour l’interprète qui livra cette chanson au micro des Musiciens routiniers au début des années 1980, il est peu probable que « Lo busseron de Brasse » ait revêtu une telle signification : le caractère comique de la scène prend vraisemblablement le pas sur les condamnations morales. Quoi qu’il en soit, et avec toutes les précautions d’usage (l’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération…), concluons ce billet en vous livrant le dernier couplet de la chanson :

Feille, qu’allo sovan u vin
Feille, qu’allo sovan u vin
Ne torzi po la guille ;
Oua, ma fion oua, me n’argua oua,Ne torzi po la guille.       
Filles, qui allez souvent au vin
Filles, qui allez souvent au vin
Ne tordez pas le fausset ;
Oui, ma foi oui, mon âme oui,
Ne tordez pas le fausset.

Autrement dit : ne bouchez pas le trou du tonneau. Un conseil avisé aux amatrices (et aux amateurs) de grands crus ou d’humbles piquettes.

Pour en savoir + :

Crédits photo : J. Hubert Bonnefoy – Héraldie et Poèsie


Une réflexion sur « « Lo busseron de Brasse » : variations sur le thème de la femme qui boit »

  1. Le fléau de l’alcoolisme chez les femmes a été dramatique fin 19éme début 20 ème heureusement que les hommes eux ne buvaient que de l’eau ferrugineuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *