Quand mon grand-père semait l’avoine

Il n’aura pas échappé aux plus ruraux de nos lecteurs que ces derniers jours, le ballet des moissonneuses-batteuses a repris dans les campagnes. L’occasion pour nous de retourner sonder le portail régional du patrimoine oral à la recherche d’une archive sonore sur le thème des moissons.

***

Entre les commentaires sur les coutumes et costumes liés aux semailles et moissons aux Avénières, et la « Chanson des blés d’or » , notre oreille se trouve une nouvelle fois accrochée par la voix de Germaine Panel. De son ample répertoire collecté par Jacques Bardot à Véranne (Loire) dans la première moitié des années 1980, nous vous avons déjà donné à écouter plusieurs interprétations : « Soin soin » , « La chanson de Roland » ou encore « Sous le soleil marocain« .  Aujourd’hui, penchons-nous sur la chanson en francoprovençal « Quand mon grand-père semait l’avoine », qu’elle interprète au micro de l’enquêteur en février 1984 :

« Quand mon grand-père semait l’avoine » , par Germaine Panel – voir la notice complète ici

Quan mon grand-pôre senôve son avène, (bis)                                                       Senôve la palha,                                                 Senôve lo gran,                                                  Frapa dau pè,                                                  Levôve la man.                                                     A ! la bèla avèna, que Dièu me la ramena !

Quan mon grand-pôre repayôve son avèna, (bis)

Repayôve la palha,

Repayôve lo gran,

Frapa dau pè,                                                  Levôve la man.

A ! la bèlà avèna, Que Dièu me la ramena !

Quand mon grand-père semait son avoine, (bis)
Il semait la paille,                                        Il semait le grain,                                         Il tapait du pied,                                         Levait la main.                                                 Ah ! la belle avoine, que Dieu  me la ramène !

Quand mon grand-père hersait l’avoine, (bis)                                                  Il hersait la paille,                                        Il hersait le grain,                                         Il tapait du pied,                                           Levait la main.                                                Ah !  la belle avoine, que Dieu me la ramène !                                                            

Nous avons là une chanson énumérative : à chaque nouveau couplet, un mot change pour retracer les différentes étapes de la culture de l’avoine : les semis, la moisson, le battage, la mouture, la cuisson du pain et enfin… sa digestion (« Je me souviens qu’à la fin, c’était pas joli ! »  nous dit Germaine) !

Patrice Coirault, qui consacra aux chansons énumératives des pages devenues fameuses, écrivait en 1953 que « leur origine semble se perdre dans la nuit de nos préhistoires, leurs commencements se confondre avec ceux de l’art verbal » . Et de s’interroger : « Leur genre serait-il aussi vieux que le monde des hommes ? » Il est vrai que quelques recherches rapides sur « La belle avoine », qu’on peut ranger dans la catégorie « H – Métiers et travaux (cycliques et saisonniers) » de la classification de Patrice Coirault, nous amènent aux quatre coins de la France et nous font remonter jusqu’au milieu du XIXe siècle. On en trouve ainsi une version collectée par Joannès Dufaud dans le Haut-Vivarais (300 chansons populaires d’Ardèche. Textes et partitions, pages 396-397), plusieurs interprétations d’habitants des Monts du Lyonnais, filmés et visibles sur le site « Francoprovençal des Monts du Lyonnais« , mais également une version collectée lors de l’enquête de 1853 sur la chanson populaire en Normandie.

Ce genre de chanson très ancien a très tôt retenu l’attention de collecteurs de la littérature orale. Déjà en 1880, les collecteurs et éditeurs Achille Montel et Louis Lambert s’étaient penchés sur les chansons énumératives, qu’il voyaient avant tout comme des petites pièces puériles, idéales pour distraire les enfants car extensibles à l’infini, tout en soulignant le rôle pédagogique de ce type de poésie populaire. Ainsi, note Madeleine Béland, « [pour les pionniers de l’étude des chants énumératifs], ces chants donnent une leçon de mots et de logique à l’enfant tout en ayant comme avantage de tuer le temps, dissiper l’ennui et de l’apaiser » .

Leçon de mots et de logique disions-nous, mais également leçon sur la valeur du travail pour le père de Germaine, qui profite de cette chanson pour l’avertir : « Pense le bien, combien avant que ton morceau de pain soit sur la table, ce qu’il a fallu faire » .

Pour aller + loin :

  • Patrice Coirault, « Chansons énumératives et randonnées », dans Formation de nos chansons folkloriques, Éditions du scarabée, 1953, pages 389-484
  • Conrad Laforte, « Poétique des chansons énumératives » , dans Poétiques de la chanson traditionnelle française: classification de la chanson folklorique française, pages 83-105

Crédits photo : AlainAudet – Pixabay


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *