Dakka Marrakchya

Nous doublons la mise avec cette deuxième archive de la semaine qui nous est proposée par Yassine Adouiri Alaoui, étudiant en ethnologie  et oudiste qui vient de finir son stage au CMTRA sur des missions de collectage musical. Merci à lui !

La Dakka Marrakchya est un style musical qui s’est principalement développé dans la ville de Marrakech, au Maroc. « Dakka » voulant littéralement dire « frappe rythmique ». Elle se structure en plusieurs parties dont la première, « El ‘aït » (que l’on pourrait traduire par «appel») peut durer jusqu’à quarante minutes de poésie spirituelle chantée sur un rythme lent et des percussions sommaires. Puis, la machine rythmique se met progressivement en route et accélère dans une imbrication complexe d’instruments percussifs : ta’rija, bendir et crotales métalliques. Enfin interviennent les nefars, sorte de longues trompes de cuivre.

Ce contraste rythmique entre les différentes parties de la Dakka en fait un style très polyvalent qui se joue lors de cérémonies religieuses dans un cadre clos et très intime, mais aussi à l’occasion de mariages où la partie rythmée et festive est mise à l’honneur.

Extrait du documentaire « Rythmes de Marrakech » de Izza Genini

Dans le cadre de son projet de recherche et de collectage sur les Musiques migrantes de Villeurbanne, le CMTRA a rencontré en octobre 2009 Salah El Khaldi et Hafid du groupe Coyo de Marrakech. Dans les années 1990, Salah abandonne ses études pour créer un groupe de musiques traditionnelles marocaines formé exclusivement de jeunes (chose assez rare à l’époque, cette musique étant surtout pratiquée par des personnes d’un certain âge). De mariage en mariage, il réussit à se constituer une certaine réputation au Maroc, qu’il sillonne avec son groupe pour animer les fêtes.

La Dakka se jouant à plusieurs, Salah interprète ici un morceau dans le style « gnawa » (très présent à Marrakech également) accompagné de son guembri, sorte de basse afro-maghrébine.

Morceau joué dans le style « gnawa », avec chant et guembri
Voir la notice complète

En France comme au Maroc, le côté festif de la Dakka Marrakchya a pris le pas sur son aspect spirituel. Initialement conçue dans un cadre sacré où elle servait d’accompagnement à un rite religieux au sein d’une confrérie, la Dakka s’est progressivement éloignée de ses origines mystiques pour passer dans le domaine profane. Aujourd’hui, elle est davantage reconnue comme une musique de fête et de célébration, que comme une musique de transe et de recueillement spirituel.

Salah et Hafid se montrent plus définitifs à ce sujet : pour eux, la plupart des gens n’attendent que de la Dakka qu’elle fasse du «bruit», qu’elle soit rythmée, qu’elle fasse danser les foules. Ils déplorent la méconnaissance des aspects moins festifs, plus spirituels  de la « vraie Dakka ». Ce constat ne vient pas de nulle part : lorsqu’on les contacte pour une prestation, nous relatent-ils, les attentes des commanditaires vont généralement en ce sens : de la musique de fête, joyeuse et enlevée. Très rares sont les commandes de « Dakka » appréhendée dans ses aspects plus traditionnels et religieux.

Pour en savoir + :

> Documentaire « Rythmes de Marrakech » de Izza Genini dans la collection « Maroc corps et âme ».
> Ne pas manquer le coffret de 3 DVD « Maroc en musiques » réalisés par Izza Genini également parus aux éditions Ohra en 2011
> Et l’ouvrage de Ahmed Aydoun, 
Musiques du Maroc. Casablanca : éditions EDDIF


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.