Chantons en travaillant !

En ces lendemains de fête du travail, les merguez étant digérées et la voix réparée d’avoir trop crié et chanté, nous vous invitons à plonger dans une pratique désormais bien éloignée du monde ouvrier : le chant à l’usine.

*************

Il ne sera pas question aujourd’hui du « Chant des Canuts » ou de « L’internationale », de ces chants de lutte qui constituent autant de références au mouvement ouvrier. Nous vous proposons plutôt de découvrir les chansons entonnées en chœur en travaillant pour donner du cœur à l’ouvrage et rythmer le travail.

Car chanter en travaillant était, jusque dans la première moitié du XXe siècle, une pratique collective répandue à l’usine. Dans les ateliers de tissage notamment, qui employaient essentiellement des femmes, les chansons résonnaient et accompagnaient le mouvement des bras et le vacarme des machines.

En parcourant le fonds Charles Joisten (conservé au Musée Dauphinois et que le CMTRA a documenté en 2016) difficile de passer à côté d’Alexandrine Gaillard, dite « Tante Sandrine », qui a chanté son répertoire à la fin des années 1950 au micro de l’ethnologue. Ses chansons, « Tante Sandrine » disait les avoir toutes apprises à l’usine de Briançon :

Extrait du témoignage d’Alexandrine Gaillard – Voir la notice détaillée

« Voilà que chacun prenait son travail, pour tricoter, pour coudre, puis c’était tout assis par les bancs, oh, c’est qu’y-z’étaient peut-être plus de trois cents, là. Alors ça chantait tout ». L’usine est ainsi le lieu où se construit un répertoire de chansons commun. Loin d’être figé, il s’enrichit d’années en années au gré des passages d’ouvrières, venues parfois de loin travailler pendant la morte saison agricole, et qui emportent avec elles les chants de leurs pays.

On y chante tout, nous dit Tante Sandrine. À regarder de plus près son répertoire, les chansons d’amour sont en bonne place, mais on y trouve également des chants de conscrits, des complaintes sur le pays, ou encore cet air qui prévient les « vieilles carcasses » souhaitant se remarier : soit il payent « les droits de la jeunesse », « ou bien Tcha-ri-va-ri ! » (pour plus d’informations sur ce rite d’autrefois, consulter l’article fourni de Lucien Barou à télécharger ici).

Chanson: « Dis-donc, vieille carcasse » – Voir la notice détaillée

A l’usine, on apprend autant l’air et les paroles des chansons que la manière particulière de les chanter. Car, pour couvrir le bruit assourdissant des machines, les ouvrières chantent moins qu’elles « crient » les chansons, nous raconte Tante Sandrine :

« Quand même il y en avait une, que je l’ai aimée beaucoup, cette chanson […]. Et je l’ai aimée cette chanson-là, on la criait tous les Samedis… »

Si, paraît-il, siffler en travaillant permet de mettre à contribution une armée d’animaux pour nous épauler dans notre labeur (la preuve dans cette vidéo), chanter à l’usine offre une possibilité d’évasion face à la répétition des gestes et la dureté des tâches. Surtout, chanter en chœur crée une complicité entre les travailleur(se)s, un échange et un partage constitutifs d’un sentiment d’appartenance collective.

« On se répondait, y avait une bonne ambiance, très bonne. On était comme des sœurs… » (citée par Sylvette Béraud-Williams, « Le chant à l’usine« ,  dans l’Atlas sonore Rhône-Alpes n°7). Certes, force est de constater avec Tante Sandrine que « maintenant il est fermé l’usine », et que le chant a largement disparu des lieux de travail. Mais, si votre bureau est un peu froid, ou que votre voisin à l’atelier ne vous a pas décroché un mot depuis ce matin, n’hésitez plus, chantez !

Pour en savoir + :

Crédits photo : MikesPhotos – Pixabay


Une réflexion au sujet de « Chantons en travaillant ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *