J’ai du bon tabac

Après « La Polka Effrontée » ou « Une chanson douce« , cette archive sonore du mois revient pour démystifier la douceur candide des chansons enfantines ! Nous remercions vivement le musicien et chercheur Claude Flagel pour ses informations complémentaires publiées ci-dessous en commentaires.

Un petit tour au sein du Fonds Sylvestre Ducaroy et nous voici nez-à-nez avec une interprétation à la cabrette de la célèbre chansonnette enfantine, « J’ai du bon tabac » par Pierre Ladone et Raymond Bors.

« J’ai du bon tabac » à la cabrette – Voir la notice détaillée

Enregistrée en 1976 à Ladinhac (Aveyron), par Sylvestre et Agnès Ducaroy accompagnés d’Eric Montbel (co-fondateur du CMTRA), la chanson est interprétée dans sa version instrumentale.

L’origine de « J’ai du bon tabac » est assez floue et remonterait aux alentours du XVIIè siècle. Parfois titré « Père Capucin, voulez-vous danser », cet air répond aux codes du cotillon, une danse à quatre et en carré publiée par Feuillet en 1705. Il serait certes vain de s’employer à retrouver les véritables auteurs de cette chanson populaire, mais deux personnages reviennent invariablement : d’un côté le prêtre, poète et chansonnier Abbé Gabriel-Charles de Lattaignant (1697-1779) et de l’autre, le compositeur, organiste et pédagogue Michel Corrette (1707-1795), qui compose à partir des années 1730 une série de « Concertos Comiques » dont les thèmes musicaux sont empruntés aux airs et chansons à la mode (grand merci à Claude Flagel pour ses précieuses informations complémentaires publiées ci-dessous en commentaire).

On retrouve en effet l’air de la comptine dans le concerto comique de Michel Corrette « La Servante au Bon Tabac », daté de 1733 (avancer la piste ci-dessous jusqu’à 2min32) :

Toute l’originalité de cette œuvre réside dans son instrumentarium  à côté duquel il est difficile de passer : à la composition de l’orchestre à cordes classique à l’époque baroque, Michel Corrette répond par les populaires vielle à roue et musette, qu’il a souvent fait intervenir dans ses concertos comiques et qui sont alors en vogue dans les milieux aristocrates et bourgeois. Ce ne serait pas étonnant, en conséquence, qu’il ait pris la décision de « citer » une chanson elle-aussi tirée du répertoire populaire, même si cela ne prouve rien en la matière.

La référence à l’Abbé de Lattaignant est, quant à elle, d’un humour plus mordant. En cause ? Les neuf couplets supplémentaires qu’il aurait écrit à la suite de la version relativement courte que l’on a conservé en mémoire :

J’ai du bon tabac dans ma tabatière,
J’ai du bon tabac, tu n’en auras pas.
J’en ai du fin et du bien râpé,
Mais ce n’est pas pour ton vilain nez !
REFRAIN : J’ai du bon tabac dans ma tabatière,
J’ai du bon tabac, tu n’en auras pas.

Jugez plutôt  :

Ce refrain connu que chantait mon père,
À ce seul couplet il était borné.
Moi, je me suis déterminé
À le grossir comme mon nez.
REFRAIN

Un noble héritier de gentilhommière
Recueille, tout seul, un fief blasonné.
Il dit à son frère puîné
Sois abbé, je suis ton aîné.
REFRAIN

Un vieil usurier expert en affaire,
Auquel par besoin l’on est amené,
À l’emprunteur infortuné
Dit, après l’avoir ruiné
REFRAIN 

Juges, avocats, entr’ouvrant leur serre,
Au pauvre plaideur, par eux rançonné,
Après avoir pateliné,
Disent, le procès terminé
REFRAIN

D’un gros financier la coquette flaire
Le beau bijou d’or de diamants orné.
Ce grigou, d’un air renfrogné,
Lui dit, malgré son joli nez
REFRAIN

Neuperg, se croyant un foudre de guerre,
Est, par Frédéric, assez mal mené.
Le vainqueur qui l’a talonné
Dit à ce Hongrois étonné
REFRAIN

Tel qui veut nier l’esprit de Voltaire,
Est, pour le sentir, trop enchifrené.
Cet esprit est trop raffiné
Et lui passe devant le nez.
REFRAIN

Par ce bon Monsieur de Clermont-Tonnerre,
Qui fut mécontent d’être chansonné ;
Menacé d’être bâtonné,
On lui dit, le coup détourné
REFRAIN

Voilà dix couplets, cela ne fait guère
Pour un tel sujet bien assaisonné.
Mais j’ai peur qu’un priseur mal né
Ne chante en me riant au nez
REFRAIN

Quelle irrévérence ! « J’ai du bon tabac » est à ce titre une petite chanson bien plus politique qu’elle n’y paraît, laissant entrevoir une belle critique des mœurs de l’époque… à commencer par une injustice vécue par Lattaignant lui-même : son entrée en religion ! En effet, comme le conte son second couplet particulièrement rageur, il était coutume plusieurs siècles durant que l’aîné d’une famille aristocratique hérite du titre et que le second se destine aux ordres. C’est ainsi que Gabriel-Charles de Lattaignant entra au Séminaire et qu’il obtint le titre d’abbé, malgré son peu de vocation religieuse. C’est ainsi avec un certain détachement qu’il exerça ses fonctions : plus connu comme « grand chansonnier » que pour ses prêches, ce disciple de Voltaire et ardent admirateur des femmes laissera derrière lui une importante production littéraire, de la poésie galante au pamphlet politique en passant par l’opéra-comique.

Pour aller + loin :

Crédits photoJebulon sur commons.wikimedia.org


4 réflexions au sujet de « J’ai du bon tabac »

  1. Un grand merci M. Flagel ! Nous venons d’ajouter ces précisions dans le corps du texte…et leur source en ouverture de ce billet.
    Bien à vous,
    L’équipe du CMTRA

  2. Vielle et musette sont alors en vogue dans l’aristocratie et la bourgeoisie pour jouer une musique se référant au rustique et au champêtre.

  3. Quelques commentaires en toute amitié :
    Le cotillon, contredanse à 4 publiée par Feuillet en 1705, est un des premiers états du modèle français en carré. Sa vogue est attestée jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. J’ai du bon tabac est, musicalement parlant, un cotillon quelques fois titré « Père Capucin, voulez-vous danser ? ».
    En ce qui concerne Michel Corette, il compose à partir des années 1730 une série de « Concertos Comiques » dont les thèmes musicaux sont empruntés aux airs et chansons à la mode. Pour nombre d’entre eux, vielle et musette peuvent jouer le 1er dessus.
    Remarque : il n’est pas inutile, quand on insère un exemple musical, d’en citer les sources (référence de l’enregistrement, interprètes…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *