La catastrophe du Puits de la Chana

L’archive sonore de la semaine nous emmène vers les territoires mémoriels de Saint-Etienne l’industrieuse, derrière le micro d’Anne-Catherine Marin, et autour des récits des membres de l’association des Amis du Vieux Saint-Étienne. Le CMTRA a réalisé la numérisation et la description de ce fonds documentaire déposé au Archives Municipales de Saint-Etienne, désormais consultable intégralement en ligne sur le portail régional du patrimoine oral.

******************

« Au fond, là où on extrait le charbon, c’est une sorte de monde à part qu’on peut aisément ignorer sa vie durant. Il est probable que la plupart des gens préféreraient ne jamais en entendre parler. Pourtant, c’est la contrepartie obligée de notre monde là-haut. La quasi-totalité des activités auxquelles nous nous livrons, qu’il s’agisse de manger une glace ou de traverser l’Atlantique, de cuire un pain ou d’écrire un roman, suppose – directement ou indirectement – l’emploi du charbon. Le charbon est nécessaire à toutes les activités du temps de paix. Qu’une guerre éclate, et il se fait encore plus indispensable. (…) Nous savons tous que « le charbon est primordial », mais nous ne pensons jamais, ou presque jamais, à tous ce qu’implique l’extraction de ce charbon. »

Georges ORWELL, Le quai de Wigan, 1937, Édition 10-18, p.39.

C’est justement en temps de guerre qu’eut lieu la tristement célèbre catastrophe du Puits de la Chana dans la banlieue de Saint-Étienne, à Villars. Auguste Masson est l’un des rares rescapés du coup de grisou qui frappa le puits – et plus précisément la 14è couche, à 650 mètres sous terre – aux alentours de quatre heures du matin le 21 Janvier 1942. Il livre son témoignage au micro d’Anne-Catherine Marin dans le cadre des « Ateliers mémoires » organisés par l’association des Amis du Vieux Saint-Étienne le 3 novembre 1993 :

Extrait du témoignage d’Auguste Masson – Voir l’entretien complet et la notice détaillée

L’explosion, qui s’est propagée sur une centaine de mètres a fait vraisemblablement plus de soixante-cinq morts et très peu de survivants. Parmi ces derniers figurent notre témoin, Jean-Marie Somet, dont il sera question un peu plus bas dans ce billet, ainsi que Joseph Vinot et son frère, qui est évoqué dans l’entretien disponible à l’écoute.

Vers six heures, les médias annoncent la nouvelle et le travail cesse dans les mines du bassin stéphanois. Il est annoncé qu’une enquête aurait lieu sur le champ pour connaître les causes de cette explosion. Cette conversation enregistrée le 3 novembre 1993 est révélatrice des zones d’ombres qui semblent persister sur cet événement :

Autour de la table, Auguste Masson n’est plus seul : deux personnes prennent la parole, défendant des positions relativement discordantes. Le ton monte au sujet de la raison réelle de l’explosion. Parmi eux se trouve Xavier Charpin, qui eut un rôle important bien que controversé dans la mise en récits et en mémoire de la Chana. Dans son livre L’Adieu Différé, paru en 1972 puis en 1978, l’ex-mineur tente de démontrer que la version officielle donnée par le préfet –  selon laquelle un mineur qui était en train de fumer à l’intérieur de la mine aurait causé l’explosion – est fausse. Selon lui, le fait que l’on ait retrouvé du tabac et du papier à cigarette à côté d’un des corps ne serait pas plausible et la bague du briquet dont il fut question plus tardivement n’aurait jamais été retrouvée. Dans ses lignes comme au cours de cet entretien, Xavier Charpin met surtout en lumière les conditions de travail des mineurs du Puits Chana, où il ne travailla que huit mois et qu’il chercha par tous les moyens à fuir du fait de la dangerosité du site.

La position au sujet de la cause de l’explosion n’est pas partagée par tous : Jean-Marie Somet, lui-même rescapé du 21 janvier 1942 et fondateur du Musée de la Mine de Villars, livre un témoignage qui révèle aussi l’état des opinions : « C’était la guerre et il y avait au fond des gens qui étaient venus des mines de fer où là, on peut fumer au fond. Alors normalement, ils travaillaient au rocher, ça ne risquait rien, mais ce jour là, le moteur qu’on a été changer, c’est eux qui l’avaient apporté et pour manger la portion après, ils avaient arrêté les ventilateurs. En général, toutes les grandes catastrophes, c’est quand des gens viennent d’ailleurs… ». 

Xavier Charpin pourtant, n’en démord pas et justifie sa position dans l’entretien par le contexte social tendu que connaît l’hiver 1942 : il accuse les autorités d’avoir cherché à casser la grève qui menaçait les mines en « rejetant la responsabilité sur un mineur » et en divisant de fait l’unité ouvrière.

Aujourd’hui, les doutes demeurent tandis que la mémoire de ce triste événement se perd progressivement, à mesure que les témoins disparaissent : si la CGT locale fit grève durant 15 ans à chaque 21 janvier, et bien que les commémorations annuelles surent mobiliser les foules, la fermeture progressive des mines et le temps passant ont conduit à un certain essoufflement des formes de commémorations classiques. Toutefois, quelques établissements à l’image du Musée de la Mine de Villars, également appelé Musée Jean-Marie Somet, qui réouvrira en 2017 après plusieurs années de travaux, assureront une certaine transmission de cette histoire locale qui aura marqué toute une génération et plus largement, de nombreux ouvriers d’ici et d’ailleurs dans le monde.

En savoir + : 

Crédits photo : Hangela – Pixabay


Une réflexion au sujet de « La catastrophe du Puits de la Chana »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *