Guitare floue

Rumba gitana

Cette semaine, nous vous invitons à partir à la rencontre de Miguel Ney, joueur de rumba, guitariste et chanteur. Né d’un père gitan, Miguel a navigué entre une éducation que l’on pourrait qualifier de “classique” et des échappées régulières vers sa famille du sud de la France, en Camargue. C’est autour de ses vingt ans qu’il s’est identifié à l’esprit gitan, porté entre autres par les figures que représentaient Manitas de Plata et les Gipsy Kings, le conduisant à s’initier à la guitare et à en faire son métier.

Rencontré en février 2009, Miguel Ney a livré au micro du CMTRA plusieurs rumbas, issues pour partie du répertoire de ses cousins, les Gipsy Kings.

Une rumba par Miguel Ney – Voir la notice détaillée ici…
et découvrir plus d’extraits sonores

Manitas de Plata comme les Gipsy Kings ont offert à la “rumba gitana” ses lettres de noblesse en l’interprétant sur les plus grandes scènes du monde entier. De son côté, Miguel Ney joue les soirs dans des restaurants lyonnais et, l’été, dans le sud où il retrouve sa famille.

La rumba est un genre musical d’origine cubaine, davantage marquée par l’usage des percussions que celle dont il est question ici. Lorsque Miguel Ney évoque sa “rumba” il s’agit en réalité de la rumba “catalane”, la rumba des gitans catalans, caractérisée par une forte référence au flamenco et la guitare – mais non moins liée à la danse de la Havane.

Los Muñequitos de Matanzas, un groupe de rumba cubaine

La rumba gitane est en effet un mélange entre des rythmes afro-cubains (mambo, cha cha cha…) et les traditions andalouses (flamenco mais aussi fandango) : les palmas – claquements des mains – y remplacent entre autres les congas, soutenues par “le ventilateur”, cette façon si caractéristique de frotter les cordes de la guitare tout en frappant sa caisse de résonance. Créée dans les années 1960 dans le quartier gitan de Barcelone, elle s’est particulièrement développée dans le sud de la France entre Perpignan, Montpellier et Saintes-Maries-de-la-Mer, d’où sont originaires les Gipsy Kings.

Et évidemment, difficile de ne pas clore ce billet par ce clip des Gipsy Kings, “Bamboléo” !

A retrouver autour de ce sujet : 

Pour en savoir + :

Crédits photo : Pexels sur Pixabay


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.