Chibreli, Chibrela !

Chibreli, Chibrela !
Les filles sont malades
Chibreli, Chibrela,
Elles n’en guériront pas !
Tra la la la la la la la la la la

Quels pas de danse pour l’humour noir ? Le Chibreli pardi !

Au sein du Portail régional du Patrimoine oral, on recense trois versions de « Chibreli » issues du fonds Sylvestre Ducaroy. Deux sont interprétées à la vielle tandis que la troisième, celle que vous trouverez ci-dessous, est jouée à l’accordéon par Victor Dagot, discret mais important musicien et danseur de Saint-Julien-sur-Suran (Jura).

Enquête auprès de Victor Dagot – voir la notice détaillée

Bien moins connu que d’autres danses populaires, le Chibreli est une danse des plus réjouissantes, généralement exécutée lors du bal de clôture des fêtes votives. Est-ce dû à ses origines étymologiques supposées ? L’on dit en effet dans le Bourbonnais que le terme Chibreli viendrait du latin caper qui signifie chèvre et dont les pas de danse seraient en rapport avec les sauts de l’animal. Pour d’autres, le Chibreli se disant également « Chibeurli », cela renverrait à l’expression italienne in cimbérli introduite en France par les ouvriers piémontais du Creusot et qui signifie « de belle humeur ».

Difficile à localiser toutefois, beaucoup se sont accordés à dire que le Chibreli nous venait de l’Est de la France : il se serait notamment répandu en Alsace-Lorraine, en Franche-Comté et dans la Bresse, connaissant bien sûr quelques variations. Des formes proches ont en outre été observées sur le reste du territoire à l’instar du Gibouli breton, où l’on retrouve l’héritage du Chibreli.

L’humour noir peut-il être considéré comme un indicateur géoculturel ? Potentiellement oui, répondait Le Carillon, un hebdomadaire bressan qui a officié entre 1912 et 1914 et qui en mars 1913, consacrait un article au Chibreli. L’auteur y affirmait que les paroles enregistrées dans le Revermont étaient politiquement beaucoup moins correctes que celles de leurs voisins, les Bressans de la plaine :

« Non seulement, ils se réjouissent de savoir les jeunes filles malades mais ils laissent encore percer leur secret espoir de ne les point voir guérir. On ne peut guère être plus railleur. Par contre, les Bressans de la plaine sont bien plus galants que leurs voisins du Revermont. Ceux-ci n’hésitent pas à mettre la grammaire sous leurs sabots pour le simple plaisir d’être agréables aux demoiselles. Ils chantent donc (…) : Elles n’en mouriront pas ! »

Et, si les paroles portent à rire, il en est de même de la danse (décidément !) : ce même article du Carillon révèle en effet comment le Chibreli était utilisé par les musiciens à fins d’épuisement :

« [Ils] s’en servaient habituellement pour se débarrasser des danseurs infatigables. Quand, vers deux ou trois heures du matin, ils se trouvaient infiniment las de souffler ou de tourner la manivelle, ils proposaient le Chibreli (…) Et comme ces diables de ménétriers le recommençaient indéfiniment, les couples rendus, exténués, demandaient bientôt grâce et chacun s’allait coucher »

Jugez plutôt :

Et bonne semaine à tous ! (Avec toutes nos excuses d’avance pour cet air légèrement obsédant qui vous poursuivra peut-être quelques jours…)

Pour en savoir davantage sur le Chibreli :
Paul Carru, « Le Chibreli », Le Carillon n°13, 29 mars 1913, disponible en version numérisée sur le site Mémoire et actualité en Rhône-Alpes


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *