« Norouz » ou le Nouvel An iranien

Très belle année 2017 à tous ! Que vous soyez lecteurs assidus de ce carnet ou simplement de passage, le CMTRA vous souhaite beaucoup de joie pour les mois à venir, mais aussi de l’enthousiasme, de l’étonnement, de la curiosité, de l’ouverture et beaucoup, beaucoup, de perles sonores et musicales ! Nous voici de retour pour cette première « Archive de la semaine » de 2017.

Si vous avez fêté avec ardeur ces derniers jours le passage de 2016 à 2017, il y a, vous vous en doutez, de nombreux pays et cultures pour lesquels la nouvelle année n’est pas encore advenue. Nous nous intéresserons donc ici aux 300 millions de personnes dans le monde pour qui le Nouvel An s’appelle Norouz et se célèbre entre le 20 et le 21 mars, jour de l’avènement du printemps.

Nâzie Bertin est née dans une famille kurde en Iran et passe son enfance à Téhéran. En 1986, elle quitte son pays et s’installe à Lyon. Nous la rencontrons en 2009 dans le cadre de la préparation de l’exposition « Musiques ! Voyages sonores à Villeurbanne » conçue en partenariat avec Le Rize. Dans cet entretien, Nâzie évoque avec passion les fêtes de son pays d’origine, où la musique occupe une place centrale. Elle aborde la fête de « Norouz »  en nous livrant une description particulièrement fournie, soulignant ainsi son importance pour les populations qui célèbrent cette arrivée d’un nouveau printemps.

Chants persans : rencontre avec Nâzie Bertin – Voir la notice détaillée

Le 23 février 2009, l’UNESCO a fait de Norouz une journée internationale figurant dans la liste de l’héritage culturel du patrimoine mondial. L’institution décrit Norouz selon les termes suivants : « Le Novruz, ou Norouz, Nooruz, Navruz, Nauroz, Nevruz, marque le nouvel an et le début du printemps dans une zone géographique très étendue, comprenant, entre autres, l’Azerbaïdjan, l’Inde, l’Iran, le Kirghizistan, le Pakistan, la Turquie et l’Ouzbékistan. Il est fêté chaque 21 mars, date calculée et fixée à l’origine en fonction des études astronomiques. ». Cette fête coïncide en effet avec le premier jour du printemps (21-22 mars), au moment où le soleil entre dans le signe du bélier, le premier signe du zodiaque selon le calendrier solaire.

Dans cette enquête passionnante, Nâzie Bertin déroule le fil de trois rituels traditionnels réalisés lors du Norouz iranien :

  • Le Tchâhâr Shanbeh Souri

« Zardie man az tou Sorkhie toua z man » par Nâzie Bertin

Littéralement « Mercredi enflammé », le Tchâhâr Shanbeh Souri se déroule entre le dernier mardi et mercredi de l’année solaire (au mois de mars). Ce soir-là, dans les cours, sur les places ou dans les jardins, des « bouquets de feu » sont allumés en ligne sur le sol. Seul ou par deux, les iraniens prennent leur élan pour sauter au dessus des flammes en entonnant à chaque envolée la même petite ritournelle : « Zardie man az tou Sorkhie tou az man »; « Je te donne ma couleur jaune, tu me donnes ta couleur rouge », le jaune faisant référence à la fatigue, la faiblesse, et le rouge à la force et la vitalité du feu.

  • Les Haft sin

Les Haft sin est une tradition cardinale et séculaire de Norouz. Le soir du 20 mars, les familles se réunissent et dressent une table joliment nappée qui accueillera treize jours durant une série d’objets et parmi eux, les Haft sin : sept objets dont le nom commence par un « s » dans la langue persane et qui ont chacun une symbolique bien précise. On y trouve généralement :

  • Sabzeh, des germes de blé ou lentille qui ont été semés quelques jours auparavant et qui évoquent la renaissance et la vie.
  • Sir, de l’ail pour la santé.
  • Samanou, une crème très sucrée faite avec des germes de blé et qui est symbole de l’abondance.
  • Senjed, un fruit séché du jujubier pour l’amour.
  • Somâq ou baies de sumac dont la couleur rappelle celle du lever du soleil.
  • Sib, une pomme en référence à la beauté et la santé.
  • Serkeh, un vinaigre qui symbolise l’âge et la patience.
  • Sonbol, une jacinthe qui annonce l’arrivée du printemps.
  • Sekkeh, des pièces de monnaie qui font allusion à la prospérité

Nâzie Bertin évoque également la présence d’œufs peints qui sont réalisés à cette occasion, du Coran, du Divân du poète iranien Hafez et précise qu’ensuite, chacun est libre d’y ajouter ce qu’il souhaite.

  • Le Sizdah bedar

Nâzie Bertin cite les paroles de la chanson qui accompagne la mise à l’eau courant des Sabzeh

Le 1er Farvardin ou 21 mars est le 1er jour de la nouvelle année : c’est là que commencent les Eïd didani, les visites à la famille et notamment aux personnes âgées. C’est pour nombre de jeunes iraniens une sorte de Noël où les aînés offrent cadeaux ou argent.

Le treizième jour a lieu le Sizdah bedar (littéralement « treizième dehors ») : les familles ramassent les germes de blé qui ont poussé et se retrouvent à l’extérieur – généralement dans les parcs – pour pique-niquer et jeter à l’eau courante les Sabzeh cultivés. En faisant ainsi, « toutes les maladies, les malheurs, toutes les malchances s’en vont dans l’eau courante ».

Comme le restitue très joliment ce portrait de voyage en Iran produit par Arte, le Norouz est une tradition « pleine de symboles et de poésie ». Pour terminer ce billet, nous vous invitons donc à découvrir ce bref carnet animé de Bastien Dubois.

Pour en savoir davantage sur Norouz et notamment ses racines historiques :

– Hélène Beury et Shahzâd Madanchi, « Regard sur la fête de Norouz : traditions des Perses », La revue de Téhéran, n°77, avril 2012 (en ligne)

– Arefi Armin, « En Iran, un Norouz célébré à l’unisson », Blog Lemonde.fr « Dentelles et Tchador », le 20 mars 2010

Crédit photo : Taksavar


Une réflexion sur « « Norouz » ou le Nouvel An iranien »

  1. C’est quand même assez insupportable que ce peuple perse si fin et si cultivé soit gouverné par une bande d’obscurantistes, misogynes et violents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.