Fête_de_la_saint-loup_-_la_polka

Polka effrontée

« Mon papa ne le veut pas
Que je danse, que je danse
Mon papa ne le veut pas
Que je danse la polka »

Cette chanson, collectée par Jacques Bardot en 1984 à Véranne dans le canton du Pilat, fait l’effet d’une vraie petite madeleine de Proust sonore. Qui n’a en effet jamais entendu cette petite ritournelle durant son enfance ? Et à en croire les nombreuses traductions que l’on peut trouver, ce n’est en rien limité au seul territoire français…!

Écoutez plutôt :

Découvrir la notice détaillée 

L’air est légèrement différent de la célèbre comptine pour enfant au sein de laquelle Gugusse avec son violon fait danser les filles et les garçons, mais il est probable qu’il s’agisse en réalité de la même chanson, la seconde ayant été retravaillée à destination des plus jeunes, notamment du point de vue des paroles.

Il y est de toute façon toujours question du même problème : « mon papa ne veut pas que je danse la polka ». Mais pourquoi diable s’y oppose-t-il ? Et à qui s’adresse-t-il ?

Comme le note l’anthropologue Catherine Monnot dans son ouvrage Petites filles d’aujourd’hui, l’apprentissage de la féminité, « rien dans le texte n’indique le sexe du personnage qui chante » alors qu’il est communément admis qu’il s’agit certainement d’une jeune fille (un extrait à lire ici). Et si le père s’oppose à la pratique de cette danse, c’est certainement car la polka se danse en couple… et qu’après avoir gagné toute l’Europe au cours du XIXe siècle, elle s’est aussi extrêmement popularisée. En outre, d’un tempo vif, la polka est particulièrement entraînante : cela sied-t-il aux jeunes gens de l’époque ?

Heureusement, la « morale » de l’histoire est bien moins puritaine… Nous savons en effet tous ce que décide le narrateur face à l’interdiction du père :

« Il dira c’qu’il voudra
Moi, je danse, moi, je danse
Il dira c’qu’il voudra
Moi je danse la polka »

Ou comment une gentille comptine pour enfants est en fait un appel assumé à la désobéissance…

Visuel : Carte postale libre de droit de Hamon

Pour aller plus loin :

  • Catherine Monnot, Petites filles d’aujourd’hui, l’apprentissage de la féminité, Éditions Autrement, 2009

3 réflexions au sujet de « Polka effrontée »

  1. Souvenir de ma grand tante Thérésa, de Saint-Antoine dans l’Isère, qui m’a chanté cette chanson! Dans le second couplet de sa version le sexe du personnage est explicite:

    « Ma maman me dit tout bas
    Ma fille danse, ma fille danse
    Ma maman me dit tout bas
    Ma fille danse la polka »

    Cordialement et merci pour vos intéressantes notes d’archives.

    JME

    1. Merci beaucoup de partager avec nous vos souvenirs et cette version qui effectivement, ne laisse plus aucun doute quant au sexe du personnage!

      Bien à vous,
      L’équipe du CMTRA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *