Soupe de crozets et croziflette !

Il faut le savoir, l’équipe salariée du CMTRA est particulièrement gourmande. L’idée de dénicher parmi les archives sonores de notre Portail régional du patrimoine oral une notice qui ferait référence de près ou de loin à une recette a donc rapidement fait son chemin. Et nous voilà donc parties sur la trace des crozets, ces petites pâtes carrées à la farine de sarrasin qui seraient d’origine savoyardes et qui sont mentionnées au sein de deux enquêtes, toutes deux extraites du Fonds sonore de Charles Joisten déposé au Musée Dauphinois, et dont nous avons documenté une petite partie l’été dernier.

Point de « croziflette » ici (si vous êtes pressés : jetez tout de même un œil au bas de cet article) : il s’agit plutôt de soupe de crozets, dont la recette a été enregistrée le 3 juin 1973 par Charles Joisten auprès d’une habitante de Molines-en-Queyras.

« La recette des crozets à Poligny » – Voir la notice détaillée

« Et la soupe, comment vous la faites avec ça ? »
« Et bien, vous les faites cuire ! (…) Et vous y mettez du bon ! »

LA SOUPE DE CROZETS – Comment y mettre du bon
Ingrédients : crozets, beurre, sel, lait et fromage râpé

  • Faire bouillir une casserole d’eau chaude. Y mettre les crozets et rajouter un peu de beurre et du sel.
  • Quand les crozets montent et restent à la surface, cela signifie qu’ils sont cuits.
  • Rajouter du lait et un peu de fromage râpé.

Cette recette diffère de peu avec celle exposée par Zélie Cohard dans son témoignage relatif aux conditions de vie et de travail des mineurs de la Taillat en Isère, enregistré quelques années plus tard le 13 juin 1977, toujours par Charles Joisten :

« Coutumes et croyances, les trésors cachés et la mine de la Taillat » Voir la notice détaillée

« On mettait ces petits bouts (…) un grain de fromage et puis on mettait de l’eau. Y remuaient bien pour faire fondre le fromage, et puis ils mettaient le beurre, de l’eau et du lait (…) Ils faisaient cette soupe mais très épaisse. Mon grand père disait que la cuillère se tenait droite au milieu !»

Composée de farine (de sarrasin originellement mais on en trouve également de blé dur), d’œuf, de sel et d’eau, la pâte de crozets ressemble à une sorte de pâte brisée, abaissée au rouleau et découpée en petits carrés. Au sujet de sa réalisation « maison » Zélie Cohard raconte : « J’ai encore la planche qui coupaient dessus. Mais moi je ne sais pas faire : c’est une pâte très très dure ! (…) Il faut la couper très vite, il faut avoir bien l’habitude ».

Souvent assimilés à la Savoie, les Crozets seraient en réalité d’origine piémontaise et remonteraient au XIIIè siècle : beaucoup de conditionnels pour une genèse incertaine ! L’étymologie même du terme « Crozet » porte aussi à confusion : en patois savoyard, il y a bien « croé » qui signifie « petit » ; mais en latin, « crux » (croix) qui a donné naissance en savoyard à « crwé »  pourrait aussi renvoyer à la croix que les dauphinoises traçaient sur les pâtes avant de les jeter à l’eau…

Le plat s’est en tous cas répandu et chaque vallée a ensuite développé sa propre recette : à ce sujet, il semble que la soupe de crozets – dont il est question dans les témoignages collectés et présentés ci-dessus – était la nourriture exclusive des mineurs du Pays d’Allevar, à la frontière du Dauphiné et de la Savoie. C’est ce que confirme Zélie Cohard à qui est posée la question de la nourriture des mineurs de la mine de la Taillat : « La soupe de crozets et la polenta ! – Tous les jours ? – Tous les jours ! »

A l’approche de Noël, toutefois, nous ne pouvions vous laisser sans la recette de la « croziflette »… et la version proposée ci-dessous nous a paru tout à fait à propos !

Bon appétit !

La croziflette de Marie et Florence from L’Art de Vivre on Vimeo.

Vous aimez et les archives et la cuisine ?

  • Retrouvez « la recette du mois » publiée sur les formidables « Carnets de la Phonothèque ». Mathilde Bresc, en charge, entre autres, des archives sonores des Alpes de Haute-Provence au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), y reprend les recettes enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain puis les teste elle-même avant de les livrer sur le blog !
  • Découvrez également le « blog du fonds gourmand » de la Bibliothèque municipale de Dijon qui est proposé avec beaucoup d’humour mais avec aussi – et surtout – de vrais bouts d’Histoire dedans !

Visuel : BastienM, photo libre de droits

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *