Château médiéval - Schnauzer

Le “Romancero Sefardi”

Passionnante Eliane Banbanaste ! Si passionnante, que nous retrouvons au sein de la Base interrégionale du Patrimoine Oral deux « enquêtes » qui la concernent. Il y est à chaque fois question de l’histoire qui l’habite, celle des judéo-espagnols, et des musiques qui leur sont liées et dont il sera question cette semaine.

Eliane Benbanaste est issue d’une famille judéo-espagnole de Turquie au sein de laquelle le chant a joué un rôle fondamental dans la transmission de cette culture aux multiples influences. Hispaniste de formation, cette enseignante parle avec beaucoup de nostalgie de l’histoire de son peuple qu’elle a longuement étudiée. Son propos, aussi vibrant qu’érudit, est émaillé de divers chants dont un qui retiendra notre attention cette semaine : le fameux « La rosa enflorece » aussi appelé « Los Bilbìlicos » (Rossignols en judéo-espagnol) qu’elle interprète avec beaucoup d’émotion.

Pour consulter la notice complète : cliquer ici

Paroles (extrait)

La rosa enflorece, en el mes de mayo
Mi alma s’escurece, sufriendo
de amor
Sufriendo de amor

Los bilbílicos cantan, suspirando el amor
Y la pasión me mata, muchigua mi dolor
Muchigua mi dolor
(…)

Traduction (extrait)

La rose fleurit au mois de mai,
Mon âme s’obscurcit, elle souffre d’amour
Elle souffre d’amour.

Le rossignol chante, et soupire d’amour,
La passion me tue, ma douleur redouble
Ma douleur redouble.
(…)

Eliane Banbanaste chantait « La rosa enflorece » à ses deux filles au moment de s’endormir alors que “La Rosa” n’est pas à proprement parler une berceuse. Il s’agit d’un air très représentatif du « Romancero Sefardi » (littéralement, la Romance Séfarade), le répertoire judéo-espagnol par excellence.

L’histoire du peuple judéo-espagnol est celle de la famille d’Eliane Banbanaste. En 1492, après la Chute de Grenade qui a marqué la fin de la Reconquista, les Rois catholiques, Isabelle et Ferdinand, prirent la décision d’expulser toute personne de religion juive qui refuserait la conversion. On estime à près de 200 000 les juifs espagnols qui fuirent ainsi le royaume et qui se dispersèrent entre le Portugal, le nord de l’Europe et, en majorité, vers le bassin méditerranéen, rejoignant un Empire Ottoman en pleine expansion. Au cours de cet exil, ils développèrent une langue propre, à la croisée de l’espagnol, auquel ils ne renonceront jamais, l’hébreu et les différents idiomes avec lesquels ils furent en contact lors de leur périple : turque, bulgare, roumain, serbe, grec, italien, arabe ou encore français… Reflet d’une culture et d’une vision du monde, le « judéo-espagnol » encore parlé aujourd’hui est le résultat de cinq siècles d’exil. La musique, et plus largement les arts, a connu ce même « métissage » : Sami Sadak, dans sa publication « Transculturalité et identité musicale dans les répertoires judéo-espagnols » raconte : « dans ce contexte, la musique judéo-espagnole se présente comme une mosaïque où le sacré coexiste avec le profane, les thèmes juifs avec les thèmes non juifs, l’Orient avec l’Occident, l’ancien avec le nouveau ». Le « Romancero Sefardi » est issu de cette histoire.

Au sein de l’Empire Ottoman, les juifs arrivés d’Espagne s’adaptent rapidement à leur nouvel environnement musical, ces derniers étant habitués aux modes de la musique arabe qu’ils avaient côtoyés sur la péninsule ibérique. Le « Romancero » ou romance, ensemble de poèmes courts écrits en langue castillane au cours du Moyen-Âge et exaltant les valeurs chevaleresques, n’échappera pas à cette acclimatation alors qu’en Espagne, plusieurs pans de cette histoire sont abandonnés. Transmise par voie orale, la Romance abordera au fil des siècles des thématiques plus populaires comme l’amour malheureux, la politique ou encore historique, tout en conservant sa forme littéraire originelle (métrique octosyllabique ou hexasyllabique) et « s’orientalisera » manifestement, notamment au contact des Balkans.

En s’attachant à conserver ce répertoire, les juifs exilés expriment le lien fort qu’ils gardent avec l’Espagne. Eliane explique : « Tous ces chants qu’on a emporté avec nous, tout ce patrimoine musical qui date de cette époque – et qui a évolué aussi dans le temps, il est là comme un pays, comme une terre. Il peuple l’exil ».

Souvent mélancoliques et malgré la douleur exprimée par notre interlocutrice, l’évolution de ces romances séfarades marque toutefois la vivacité d’une culture qui n’a eu de cesse de s’enrichir au gré des tragédies.

A écouter : “la Rosa enflorece” par la soprano Esther Lamandier qui a participé à populariser ce répertoire en France

Visuel : Schnauzer, photo libre de droits

En savoir + :
Sami Sadak, « Transculturalité et identité musicale dans les répertoires judéo-espagnols », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 20 | 2007, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 18 novembre 2016.
– Discographie : Susana Weich Shahal, “cantares y romances tradicionales sefardies de Oriente”, vol. 2, Saga KPD, 10.906, 1993
– A relire : “Pour Ata Horéta” sur le carnet Hypothèses du CMTRA


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.