Paysages des Vosges - Scapin

La chanson de l’Alsace

La chanson populaire est un genre musical fascinant : miroir d’une époque, d’un territoire et des cultures en présence, elle en dit souvent plus qu’elle ne laisse penser. La Première Guerre Mondiale, extrêmement prolixe en la matière, a fait de la chanson une arme de propagande massive indéniable, présente tant sur la ligne de front qu’à l’arrière. 11 novembre oblige, nous nous sommes penchées sur ce que nos fonds pouvaient révéler de cette période.

Et c’est au sein du Fonds Jacques Bardot que nous avons trouvé notre bonheur. Il s’agit de la « Chanson de l’Alsace », écrite en 1913 par le chansonnier Théodore Botrel et dont nous aurons ici qu’un bref aperçu. Interprétée par une femme inconnue au début des années 1980, cette archive sonore fait encore l’objet de recherches menées conjointement avec Jacques Bardot et l’association « Visages de notre Pilat » à Pélussin.

Découvrir la notice détaillée

Les paroles

Quand nous franchîmes la frontière
Pour reconquérir le pays
Où depuis la guerre dernière
Tant d’exilés sont endormis
Sur un ton nostalgique et tendre
Dans le vent, les sapins chantaient
Nous fûmes surpris de comprendre
Ce qu’entre eux ils se chuchotaient
Des Vosges fidèles
Sombres sentinelles
Comme aux anciens jours
Les sapins d’Alsace
Parlent à voix basse
En français toujours
Toujours !

Le lendemain c’était dimanche
D’un talon sonore et joyeux
Nous martelions la route blanche
Qui descend jusqu’à Montreux-Vieux
Les cloches de chaque village
Carillonnaient à l’unisson
Et nous comprenions le langage
Et leur prière, et leur chanson
Des vertus chrétiennes
Ferventes gardiennes
Comme aux anciens jours
Les cloches d’Alsace
Sonnent dans l’espace
En français toujours
Toujours

Dieu fêté, la journée entière
On nous fêta dans le hameau
Et dédaignant la lourde bière
On nous versa du vin nouveau
Et le vin montant à la tête
Ainsi que “l’eau du cœur” aux yeux
Chacun poussa sa chansonnette
Dans le doux parler des aïeux
Oui, quand il faut boire
O France, à ta gloire
Comme aux jours anciens
Le vin blanc d’Alsace
Fait chanter les races
En français toujours
Toujours !

En rouvrant l’école publique
Aux petits alsaciens ravis
On dicta cette phrase unique
“La douce France est mon pays”
Et tous les écoliers de dire
A leur nouvel instituteur
“Sans faute nous saurons l’écrire
Cette phrase on la sait par cœur !”
Ah ! Vive l’aurore
Qui nous rit encore
Comme aux anciens jours
Fidèle et tenace
Le peuple d’Alsace
Est Français toujours
Toujours ! 

Dans le souvenir de cette femme, ne reste que le souvenir des cloches et de l’école publique et lance à l’issue de son interprétation : « C’était toujours la revanche ! ».

BNF_GALLICA-la_chanson_de_l_alsace_botrel

Écrite en 1913, cette chanson est en effet annonciatrice des événements à venir, la récupération de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine – territoires cédés en 1871 à l’Empire allemand – faisant partie des buts clairement affichés par la France aux débuts du conflit.

Évidemment en faveur d’une Alsace-Lorraine française, « La Chanson de l’Alsace » développe un vocabulaire fier, sûr et conquérant, convoquant aussi bien les éléments naturels (Vosges et sapins), spirituels que culturels (la fierté Et dédaignant la lourde bière / On nous versa du vin nouveau) pour asseoir la position de l’Hexagone.

Quant à son auteur, Théodore Botrel, il est l’un des grands chansonniers de la Première Guerre Mondiale. Né en Bretagne en 1868 mais ayant très tôt rejoint la capitale française, il est connu pour deux aspects de sa « carrière ». Le premier est relatif à son image de « chansonnier breton » qu’il s’est attaché à construire à  ses débuts sur les planches de Montmartre. Mais, ce qui nous intéresse davantage ici, c’est son engagement auprès des troupes durant la Première Guerre Mondiale : trop âgé pour être mobilisé, Théodore Botrel est chargé par le Ministre de la Guerre, Alexandre Millerand, de divertir les soldats français pendant le conflit. Nationaliste convaincu, proche de Déroulède et de la Ligue des Patriotes, il n’eut de cesse de célébrer la revanche, comme en témoigne cet extrait.

Pour aller plus loin :

Visuel : photo libre de droit de Scapin


2 réflexions sur « La chanson de l’Alsace »

  1. Désolée J’ai une question qui n’a aucun rapport à votre chanson mais je demande quand même à tout hazard…Quand j’étais enfant ma grand-mère chantait une chanson dont je me souviens seulement d’une phrase “…l’Alsace et la Lorraine le sol natal perdu depuis longtemps…” J’ai cherché sur youtube sans succès…c’est une chanson qui date début 1900 j’imagine puisque ma grand-mère et née en 1889…Si vous la connaissez ou si vous pouvez me diriger vers un site ou trouver de très vieilles chansons françaises vous me feriez un immense Plaisir…Merci

  2. Ah! la ligne bleue des Vosges qu’il fallait reconquérir. L’école de la 3éme république est arrivée à l’inculquer à des millions de braves types qui sont allés patriotiquement se faire trouer la panse.
    A la fin ils en avaient vraiment marre et cela a donné la chanson de Craonne nettement plus chouette https://www.youtube.com/watch?v=z-yRaEYQNQs

Répondre à Micheline Tremblay Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.