Chant de deuil Bété

Cette fin de semaine de la Toussaint nous donne une belle occasion de tendre l’oreille aux chants et sonorités qui dans le monde entier, sont chargés d’accompagner les défunts dans l’au-delà, et leurs proches dans leur deuil. Cette archive sonore nous emmène en Côte d’Ivoire avec Maguy Zogbo, chanteuse franco-ivoirienne et villeurbannaise depuis près de trente ans. Nous avons rencontré Maguy une première fois en 2010, puis une seconde fois en 2014, quelques semaines avant la tenue d’une soirée organisée par Le Rize et le CMTRA consacrée aux musiques sacrées, pendant laquelle elle a livré au public plusieurs chants de veillée funéraires, dont celui-ci :

Auteure et interprète, Maguy définit sa musique comme « tradi-moderne », la modernité étant principalement liée ici à la présence d’instruments amplifiés. Mais elle est aussi connue pour les veillées funéraires qu’elle anime au sein de la communauté ivoirienne de l’agglomération lyonnaise. Ce chant est un appel au réveil qui s’adresse en premier lieu aux femmes du village. Interprété très tôt le matin, aux alentours de 4h30 par une proche du défunt, il apostrophe d’abord le coq : « tu fais comprendre au coq que je ne dors pas (…) tu n’as pas à me réveiller, c’est moi qui vais te réveiller » ; puis, les cousines et les sœurs : « réveillez-vous, pour que l’on puisse veiller mon frère, ma sœur… ». La musique se poursuit et interpelle celles qui savent plonger « pour retrouver ce qui est tombé dans l’eau », et s’achève sur « ça c’est mon petit tabouret, je l’ai perdu aussi, trouve le moi ».

Maguy Zogbo reconnaît toutefois que cette pratique n’existe presque plus et d’autant moins à Lyon où les rites funéraires ont, dans leur expatriation, en partie perdu leur sens originel pour recouvrir d’autres significations, d’autres formes de pratique et de partage.

« Certains pensent que l’on est contents alors que c’est notre façon de pleurer ». Dans la tradition ivoirienne, et notamment chez les Bété (peuple vivant essentiellement au Centre-Ouest de la Côte d’Ivoire), il est fréquent qu’une personne ne soit enterrée que plusieurs semaines après sa mort. Il est en effet important d’attendre que les enfants ou les proches puissent avoir le temps de rejoindre le lieu des funérailles, mais aussi que l’argent soit suffisant pour que ces dernières soient à la fois dignes et festives.

C’est à l’occasion des veillées que chaque membre de la communauté verse sa contribution et que l’on vient chanter la mémoire du défunt : issu du « polihet », un style musical qui accompagne les joies et les peines du quotidien, la complainte a pour objectif de réveiller les émotions, d’évoquer l’histoire familiale du mort, et de se remémorer la vie de ses ancêtres. Si ces veillées peuvent durer en Côte d’Ivoire jusqu’à trois jours en fonction de l’importance et de la notoriété des personnes décédées, elles sont plus courtes ici à Lyon, et davantage dédiées à l’urgence de rassembler les fonds nécéssaires au rapatriement du corps au pays. Mais Maguy témoigne du rôle encore central du chant durant ces veillées : c’est par lui que « ceux qui restent » se connectent au sacré et accompagnent le mort dans l’au-delà.

Pour aller plus loin…
Gérald Arnaud, « Un pays fou de culture », Africultures, Septembre 2003, P.111 à 120

Visuel :
Photo libre de droit – Bruce Emmerling


Une réflexion sur « Chant de deuil Bété »

Répondre à Brigitte Sands Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.