La chanson de Roland

La chanson de Roland est l’exemple canonique des chansons de geste médiévales, ces longs poèmes épiques retraçant les prouesses de guerriers d’antan, les vertus de la foi et de l’honneur féodal.  Elle relate la fin tragique de l’arrière-garde que Charlemagne avait confié à son neveu et chevalier préféré, Roland.

Ganelon, rongé par sa jalousie de ne pas recevoir de Charlemagne son beau-frère, les mêmes honneurs que celui-ci offre pourtant à Roland, entreprend de trahir le roi des Francs et de monter un guet-apens contre son armée. Attaqué par surprise dans un col des Pyrénées par une armée de sarrasins bien plus forte et préparée que la sienne, Roland préfère mourir en guerrier plutôt que d’appeler à l’aide les troupes de Charlemagne. Quand par ses derniers souffles il fait sonner son cor, il est déjà trop tard : son armée est exterminée ; Saint-Michel, Chérubin et Saint-Gabriel emportent son âme. Il tentera bien de briser son épée sur un rocher pour ne pas risquer qu’elle revienne aux mains de l’ennemi, mais il succombe avant que Charlemagne ne parvienne à lui et ne mène une seconde bataille, victorieuse celle-ci, contre les troupes sarrasines.

De cette légende historique de 4000 vers, il demeure huit manuscrits aux versions différentes et éparpillés dans quelques bibliothèques et musées d’Europe. Il reste également quelques hauts-lieux le long de la route de Saint-Jacques de Compostelle et du col de Ronceveaux, où des rochers écaillés garderaient la marque de l’épée de Roland. Et enfin, il reste quelques chansons. Des chansons populaires composées au XXe siècle, certaines d’auteur bien connus, d’autres d’auteur incertain. C’est le cas de cette Chanson de Roland chantée par Germaine Panel dans le micro de Jacques Bardot en février 1984.  Germaine la décrit comme une “chanson d’école” :

Le noble Charles, Roi des Francs,
Avait passé monts et torrents,
Restait l’arrière-garde
Ayant pour chef Roland le Preux
Voilà qu’ils se hasardent
Au fond d’un val bien ténébreux.

Hélas ! Le traître Ganelon
Avait gardé ce noir vallon
Car une armée immense
Soudain descend des pics voisins,
La lutte à mort commence
Aux cris stridents des Sarrasins.

L’épée au poing, fier et sanglant,
Il crie aussi le bon Roland
Il court dans la bataille
Jonchant de morts le sombre val
Il frappe, il brise, il taille
Partout résonne Durandal.

Blessé trois fois, sire Olivier
Dit à Roland, beau chevalier :
“Sonnez vers Charlemagne,
Sonnez vers lui, sonnez du cor,
Sonnez par la montagne.”
Le bon Roland dit : “Pas encore”

Enfin, percé de part en part
Roland sonna ; c’était trop tard
Autour de lui, dans l’ombre
Râlaient les gens et les chevaux
Vaincu, mais par le nombre,
Roland mourut à Roncevaux.

Le tournant des années 1980 fut faste pour La Chanson de Roland puisque c’est également à cette période qu’Annie Cordy sort son 78 tours “Annie Cordy chante et raconte l’Histoire de France (pour rire)”, dans lequel trône une interprétation bien personnelle du poème épique. Certes, celle-ci dépasse franchement le cadre thématique du portail rhônalpin du patrimoine oral, mais vous en conviendrez, on aurait tort de s’en priver…

Visuel : photo libre de droit de Markus Spiske


2 réflexions sur « La chanson de Roland »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.