Antonio Canovi et la géohistoire

L’équipe Passerelle/Fab’mem a rencontré Antonio Canovi, géo-historien de l’UniMoRe à l’initiative des « géo-explorations » dans la chaîne italienne des Apennins et en région parisienne. Lors de cette interview, il revient sur l’essence de la géohistoire et sur l’intérêt pour les chercheurs d’explorer les terrains étudiés, notamment à travers l’exemple de ses recherches autour de l’immigration italienne à Argenteuil.

A propos de la géohistoire…

La Géohistoire (terme initialement utilisé par l’historien Fernand Braudel) est une posture scientifique qui articule les deux disciplines de l’histoire et de la géographie autour d’un dénominateur commun : l’espace. Cette branche a connu un regain d’intérêt scientifique dans les années 2000, réunissant des chercheurs qui réfutaient les évidences si peu questionnées de la dichotomie espace / temps. La géohistoire abrite des méthodes diverses qui articulent archives contemporaines et archives plus anciennes. On compte notamment dans ses rangs des partisans de « l’histoire du paysage », ou de « l’histoire environnementale ». Antonio Cavoni insiste sur ce terme de « paysage » qui implique de prendre en compte les perceptions, les représentations esthétiques, et donc d’intégrer la part du sensible dans la codification des espaces, à la manière d’un Titien ou d’autres grands peintres italiens ayant longtemps étudié cette notion.

La géo- exploration : l’approche sensible de l’espace

Au cours de sa carrière de géohistorien, Antonio Canovi a mené plusieurs explorations sur ses terrains d’étude, cherchant à faire parler le présent pour chasser les traces du passé. A Argenteuil (95), en banlieue parisienne, il s’est intéressé à l’histoire de l’immigration italienne de la fin du 19e siècle. Anciennement industrielle, Argenteuil a accueilli une importante communauté regroupée dans des bassins de vie communs, sur ses « collines ». Ces quartiers restés populaires sont aujourd’hui habités par d’autres populations issues de l’immigration (des turcs en majorité). Si au premier abord il semble difficile de percevoir les traces d’une influence culturelle italienne, le chercheur nous invite à aborder les lieux autrement. « Une fois dans Argenteuil il faut se promener à pieds ». Cette promenade ne fait pas simplement office d’imprégnation initiale mais constitue pour le chercheur une véritable méthode de constitution de sources historiques. La géo-exploration consiste à « faire parler » le lieu, ou plutôt les lieux car la ville a de multiples visages. A Argenteuil il retrouve la typologie italienne qui résonne avec les espaces verts (des jardins potagers, des arbres fruitiers…) indicateurs de la présence d’une culture méditerranéenne qui, éloignée de Paris, recherchait un rapport à la terre.

Plus qu’un travail d’exploration solitaire, la méthode d’Antonio Canovi consiste à susciter des interactions : de l’habitant avec son lieu de vie, celles des habitants entre eux, entre le chercheur et les habitants, entre le présent et le passé… La géohistoire insiste sur l’importance de la mémoire vivante des lieux, de l’imaginaire social : la population, ses représentations, sont à prendre en considération au même titre que la trace physique d’un vestige. Pour redonner cette place essentielle à cette histoire orale locale, le chercheur organise des promenades collectives au coté d’habitants d’horizons diversifiés, les interroge, et laisse une grande place aux rencontres fortuites. Il analyse ensuite les « tableaux » des autres : discours, anecdotes, représentations, les silences également qu’il estime parfois plus probants, plus connotés, que la parole elle même.

Au delà de l’histoire orale cette recherche est sensorielle : le travail de reconnaissance des cultures des lieux se faisant par l’ouverture des sens, par le dépassement de la seule vision. Les odeurs dans les rues, au sein des foyers, la répartition des sons… sont autant d’indicateurs humains, identitaires, qu’Antonio Canovi combine à l’analyse du visible.

Pour aller plus loin…
> Lire le résumé de l’ouvrage d’Antonio Canovi Argenteuil Creuset d’une petite Italie-Histoire et mémoire d’une migration.
> Écouter les conférences de Philippe Descola sur « les formes du paysage« , au Collège de France, ou lire ses résumés annuels
> L’article de Nicolas Jacob-Rousseau : « Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ?« , 2009
> L’article de Marie-Luce Gélard : « L’anthropologie sensorielle en France, un champ en devenir?« , 2016

Visuel :
« The Naked City », Guy Debord. Reproduction issue du site du « Laboratoire Urbanisme Insurrectionnel« 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.