Le Sabar du Sénégal

Chanteuse et danseuse sénégalaise résidant à Villeurbanne depuis 2000, Sokhna Thiam rencontre le CMTRA en 2009 pour échanger autour des pratiques culturelles des griots. A cette occasion elle interprète une berceuse en wolof, chanson qu’elle avait pour habitude de chanter à son fils.

Née dans une famille de griots à M’Bour (ville côtière à 80km au Nord de Dakar), aujourd’hui professeure de danse Sabar à Villeurbanne, et à Lyon au studio de danse de la Compagnie Itchy Feet, Sokhna est également artiste musicienne au côté de ses deux frères au sein du groupe M’bokke-Yi (« La famille ») qui associe une musique traditionnelle sénégalaise à celle généraliste d’Afrique de l’Ouest. Enfant, elle ne suit pas d’enseignement musical dédié, mais s’imprègne dès son plus jeune âge des musiques et danses du Sabar qui rythment son quotidien familial. Débutant dans l’animation des cérémonies de mariages et de baptêmes, Sokhna fut également membre de ballets plus chorégraphiés pour être adaptés à la demande croissante des complexes hôteliers des grandes villes sénégalaises. Cette expérience lui a permis de différencier très tôt le monde des griots, qui se déploie dans l’intimité des familles et de la vie locale, et celle dédiée à un public plus “touristique”. En France, elle relève cette même différenciation lorsqu’elle chorégraphie et modernise le Sabar pour faciliter son apprentissage au plus grand nombre. Pour Sokhna, le Saba ne saurait se comprendre et s’apprendre autrement que de l’intérieur, au Sénégal, dans des cadres familiaux, communautaires, et pédagogiques.

Le Sabar est un terme wolof englobant à la fois une pratique de danse féminine, un ensemble de percussions jouées par les hommes, et plus généralement une cérémonie festive traditionnelle organisée par les femmes sénégalaises. La danse Sabar pratiquée par Sokhna est, contrairement à la majorité des danses d’Afrique de l’Ouest,   exécutée en solo et accompagnée par un ensemble de tambours africains (généralement cinq tambours en bois de dimb).  Traditionnellement les rôles sont ainsi établis : la femme danse et les hommes jouent. La femme tient également une place majeure dans la pratique vocale puisqu’elle accompagne par son chant plusieurs instants de la vie : certaines cérémonies, les tâches domestiques, les berceuses pour les enfants… Même si certains interdits ont depuis été levés, la distinction des sexes dans la pratique musicale et dansée de la culture wolof est une barrière encore rarement dépassée. La danse du Sabar, particulièrement sensuelle, peut être perçue comme un moyen d’émancipation du corps de la femme, un sas de liberté sans risque de jugement, dans une société traditionnelle encore très patriarcale et laissant peu de place à l’expression d’une contestation féminine.

La communauté wolof constitue 40% de la population du Sénégal et sa langue est parlée par environ 80% d’entre eux. Très présente en France depuis les premières vagues d’immigration venues d’Afrique subsaharienne dans les années soixante-dix, la communauté wolof est très attachée à la pratique de ses traditions culturelles qu’elle s’efforce de rendre vivaces sur le sol français. De nombreux organismes culturels, associatifs, permettent de donner une  nouvelle visibilité à cette culture de plus en plus appréciée et transmise à un public extracommunautaire. Mais plus qu’un répertoire musical et chorégraphique, c’est l’art des griots qu’elle a vu évoluer à son arrivée sur le sol français.  Alors qu’au Sénégal la figure du griot est essentielle : mémoire locale, porteur des coutumes et traditions, acteur moral, social et culturel essentiel au paysage sénégalais, connaissant intimement de nombreuses familles… Sokhna estime cette influence moins notable au sein des communautés sénégalaises résidant en France.

Pour aller plus loin…
> L’article de Luciana Penna-Diaw autour de la danse Sabar
> Notre billet autour de la rencontre du CMTRA avec Florent Marciau, joueur de djembé imprégné par la culture griot.
> La rencontre du CMTRA avec Moussa Faye, professeur de Sabar sénégalais et frère de Sokhna Thiam
> La rencontre avec Adama Dembele, griot burkinabé
> La rencontre avec Ibrahima Cissokho autour de l’art du griot et de la kora au Sénégal

Visuel : Sohkna Tiam et son groupe M’bokke-Yi, par l’Association Echalas Danse


Une réflexion sur « Le Sabar du Sénégal »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.