Tchestit praznik

Cette semaine, nous vous proposons l’écoute d’une chanson issue du répertoire traditionnel bulgare interprétée par le groupe Harmonie et enregistrée par le CMTRA au CCVA de Villeurbanne lors de la fête nationale bulgare du 3 mars 2010 organisée par l’association Rhône-Alpes Bulgarie .

L’immigration bulgare en France débute dès la première moitié du 20e siècle et a grandement contribué, au côté de nombreuses autres communautés, au fonctionnement de la machine industrielle en temps de guerre. L’association Rhône-Alpes Bulgarie, basée à Villeurbanne, existe officiellement depuis 2004 mais fonctionne de manière informelle depuis 1998 grâce à l’initiative de quelques citoyens bulgares. Elle compte, au moment de l’enregistrement en en 2010, plus de 300 membres adhérents qui représentent une communauté de 2000 étudiants et d’environ 1300 familles.

La fête nationale de la libération bulgare est le symbole de l’émancipation du peuple bulgare le 3 mars 1878 après une domination ottomane de près de trois siècles débouchant sur une guerre meurtrière qui dura plus d’un an. La coutume veut que, quelques jours avant cette occasion, les bulgares célèbrent la martenitsa, en référence à la légende de Khan Asparoukh : les participants s’offrent des fils blancs et rouges tressés en forme de bracelets, de pompons,  ou de colliers pour se souhaiter santé et bonheur et fêter la venue du printemps. Le jour de la célébration du 3 mars, à Villeurbanne, la communauté bulgare honore cette tradition.

La musique bulgare, très variée selon les régions et périodes de l’année,  s’inscrit dans le vaste répertoire issu des balkans et très fortement imprégné d’une influence turque-ottomane. Une des particularités de ce folklore musical bulgare est d’avoir très tôt suscité un intérêt savant sous fond idéologique. Transcrite vers le milieu du XIXe siècle, cette musique folklorique a fait l’objet de grandes collectes dès le début du XXe siècle. Les travaux de recherche qui en découlent ont permis de sauvegarder, à travers des recueils colossaux (ceux de musicologues connus tels qu’Atanas Badev, Dobri Christov…), la mémoire d’un répertoire ancien qui ne sera pourtant plus joué quelques décennies plus tard. Ces recueils permettront également l’exportation du répertoire à d’autres pays européens (notamment à travers l’oeuvre du compositeur Béla Bartók et ses “mesures bulgares”). L’apport de Stoyan Dzhudzhev, ethnomusicologue reconnu qui étudiera à Paris jusqu’au début des années 30, est également essentiel. Il théorisera cette musique traditionnelle, et inspirera, par la justesse de sa méthode, de nombreux chercheurs en musicologie sur le terrain des Balkans.

Les musiques bulgares, qui, tout comme les danses, n’émanent pas des mêmes sytèmes métriques que les répertoires dits “occidentaux” d’Europe de l’Ouest,  sont caractérisées par le rythme aksak aux mesures asymétriques. Ce rythme permettant une grande liberté de jeu inspirera de nombreux musiciens contemporains sans pour autant que ces derniers soient affiliés au mouvement traditionnel (notamment la génération rock 70’s).

Pour aller plus loin …
> L’article de Nikolai Kaufman, « L’ethnomusicologie bulgare » : les informations de ce billet en sont en grande partie issues.
> La rencontre du CMTRA avec Elsa Ille autour des musiques des Balkans à Villeurbanne.
> La rencontre du CMTRA avec Dimitrina Bertrand, chanteuse bulgare.

Visuel : “Blossoming Magnolia full of tied Martenitsi


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.