Musique mongole

Dans le cadre du projet mené en partenariat avec Le Rize autour des musiques migrantes de Villeurbanne, le CMTRA a rencontré en 2014 Mandhakh Daansuren, âgé de 20 ans lors de l’enregistrement et originaire de Mongolie, et Stéphane Lovato, enseignant les chants des traditions du monde à Villeurbanne. A cette occasion, le duo a interprété quelques chants longs et diphoniques accompagnés du Morin Khuur, surnommé la “vielle à tête de cheval”, instrument le plus populaire de Mongolie. Ce chant intitulé “prière” est originaire de la Touva et est un appel à la bonne fortune, à la productivité de la terre, à la bonne santé du village, de ses animaux.  Un autre niveau de lecture nous invite à l’écouter sous un aspect spirituel : ici, la prière est un vœu d’harmonie entre l’homme et le monde de ses semblables : les animaux, les plantes…

Mandhakh est originaire du désert de Gobie en Mongolie. Tout comme son petit frère, il apprend à jouer du Morin Khuur dans la capitale, Ulan Bator, où il étudie pendant trois ans à l’école des Beaux Arts. Sa pratique musicale est avant tout une histoire familiale. Dès l’âge de dix ans Mandhakh s’initie à l’instrument auprès de son père, interprète de chants traditionnels longs et professeur de Morin Khuur. Sa mère, musicienne également, joue du yochin (cithare). Depuis plus de vingt ans, ils travaillent tous deux dans les plaines de Gobie au sein d’un théâtre. Petit, Manhdakh n’aimait pas particulièrement chanter, ce n’est qu’une fois arrivé en France qu’il s’initie à la technique diphonique.

Stéphane est habitant de Villeurbanne, chanteur et enseignant de chants traditionnels du monde (Inde, Géorgie, Ukraine, Russie…) qui lui ont été communiqués oralement, au gré de ses rencontres. Aujourd’hui, ce professeur attache une importance particulière à la transmission des chants par l’oralité. C’est au sein du groupe Phenomenon, en 2004, qu’il s’initie au chant mongol. Son chef de chœur, Boris Cholewka, lui transmet le timbre particulier de la gorge,  ce son guttural propre au chant diphonique. Stéphane entreprend ensuite un voyage d’études en République Touva, à la frontière de la Mongolie, où il est introduit auprès du maître de Boris Cholewka. A son retour, il décide de se lancer définitivement sur le chemin de l’apprentissage du chant diphonique qui lui demande une quantité non négligeable de travail, car très éloigné de la pratique vocale occidentale. Alors qu’il désire s’initier au Morin Khuur, Stéphane fait la connaissance de Mandakh.

Le bouddhisme, l’animisme et le chamanisme sont au cœur des sociétés traditionnelles mongoles et imprègnent la pratique musicale. Contrairement à notre apprentissage de la musique occidentale qui sépare la musique profane de celle religieuse, l’espace du sacré en Mongolie est, selon les termes de Stéphane, « l’espace du quotidien, de la nourriture que l’on mange, du cheval que l’on monte, des grandes étendues que l’on observe ». Il n’existe donc pas de différenciation manifeste entre l’espace spirituel et profane. Tout ce qui revêt une importance particulière dans la vie quotidienne des sociétés mongoles est investi d’emblée d’une portée sacrale.

Au sein de cette culture de tradition orale et nomade, la musique est omniprésente, très variée et rythme les étapes du quotidien. Basée sur des gammes pentatoniques et essentiellement vocale, sa pratique s’inspire du quotidien mongol et cherche à reproduire des sons évoquant la nature environnante et sacralisée. Certains animaux notamment sont érigés en totems et beaucoup  de chants leur sont consacrés : le loup a par exemple une importance particulière dans la culture et les légendes ; les chevaux (dont la tête surmonte le manche du Morin khuur),  accompagnent les mongols au quotidien et sont également invoqués dans de nombreux chants. Porteurs d’histoires et de légendes, les chants longs, au fondement de la culture mongole, racontent les grandes épopées, les héros fondateurs. Il existe un répertoire très vaste de musiques traditionnelles (chants courts, chants d’épopée, chants magtaal, de dévotion…), certains étant réservés à la prière bouddhiste et chamanique, d’autres accompagnant les célébrations et danses (notamment la biyelgee.). L’inventaire des instruments traditionnels mongols est aussi vaste que le répertoire qu’ils accompagnent : tambours, cors, flûtes, cordes vibrées… Au côté du Morin Khuur, on compte le Dombra, le khuuchir, le limbe, le shanz, le yatga, le yochin

 Visuel : la Mongolie par Géo.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.