Villes sonores

L’ « extrême complexité de nos rapports aux lieux mobilise tous nos sens », Bailly et Scariati (1999)

Depuis la directive européenne du 25 juin 2002, les villes européennes sont invitées à cartographier les zones de nuisances sonore afin de les prendre pleinement en compte dans les projets d’aménagement urbains. Si cette initiative politique a largement permis de conscientiser l’importance de l’environnement sonore dans l’appréhension des espaces publics, le chemin est encore long pour que l’ambiance (qu’elle soit sonore, olfactive, émotionnelle…) devienne réellement un outil de lecture et de planification des territoires.

Dans le monde universitaire, les recherches ayant pour objet la perception sensible des paysages se multiplient depuis une dizaine d’années, notamment dans le champ de la géographie, de l’architecture et de l’urbanisme. Pour ce qui concerne le sonore, les écrits d’Anthony Pecqueux, Claire Guiu, de Nicolas Rémy, Grégoire Chelkof ou autres  chercheurs affiliés au Centre de Recherche sur l’Environnement Urbain (CRESSON) participent activement à inscrire cette dynamique d’attention en France.

Du côté de la médiation scientifique ou des expérimentations multimédia, les productions sont de plus en plus visibles sur la Toile. Les cartographies sonores des villes se sont imposées comme des outils interactifs permettant de questionner notre rapport aux bruits du quotidien et à l’attention qu’on leur porte. En proposant à l’internaute de se promener virtuellement avec un curseur sur des sons spécifiques captés à des temps/lieux différents, ces outils invitent à nuancer nos conceptions des bruits normaux ou nuisibles de la ville, à porter attention à nos limites d’acceptabilité et à leurs variations, en fonction des temps et des lieux de la ville. Ne pas manquer sur ce sujet l’excellent webdocumentaire “Écologie Sonore, sur la pollution par le bruits et notre incapacité croissante à soutenir le silence”. Certains projets, telle cette carte des sons de Miami, en font des indicateurs de la pluralité des identités culturelles et sociales d’un territoire.

La mapsound est aujourd’hui un outil de plus en plus répandu, qui regroupe à la fois des acousticiens, des designers sonores, des amateurs de captations sonores, des scientifiques issus de branches disciplinaires variées… Les terrains de capture audio sont également multiples, s’il semble que la cartographie sonore se concentre essentiellement sur les territoires urbains, la captation des ambiances sonores existe depuis de nombreuses années dans les espaces sauvages. Quant aux cadres du collectage sonore et aux méthodes de description des enregistrements, il en existe autant que de projets existant, et vont de la mise en ligne de son sans spécification des sources ni des circonstances d’enregistrements (comme dans le cas du projet Aporee), à la description fine, subjective et souvent poétique de la cartophonie du CRESSON, en passant par les dispositifs ouverts de partage de son et de descriptions participatives telles que dans le projet Bruxelles nous appartient.

Quelques exemples de cartographies sonores de villes…
Bruxelles
Montréal
New York
Miami
Mississauga
Paris
Florence

…Et sur des échelles plus vastes
CRESSON
Soundcities
Aporee

Des cartographies sonores illustrant des ambiances du passé…
Les sons historiques de Vienne
La visite de Paris au XVIIIe

Pour aller plus loin…
> L’article sur la “ville sonore” du carnet du CRESSON
> “La figuration cartographique de l’espace sonore” par Joël Chételat
> “Pour une géographie des milieux sonores” par Frédéric Roulier
> Un autre type de cartographie sensible: Le projet d’Elise Olmero 

Visuel : Cartophonie, la cartographie sonore du Cresson


2 réflexions sur « Villes sonores »

  1. Merci beaucoup à l’équipe du CMTRA pour ce billet, et plus largement pour votre engagement dans ces questions qui nous mobilisent… A coup sûr de futures collaborations à imaginer!
    Anthony

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.