26 mai 1944 : Saint-Étienne bombardée par les Alliés

Parmi les derniers venus sur le portail régional du patrimoine oral, le fonds des « Amis du Vieux Saint-Étienne » occupe une place un peu particulière. Ce corpus sonore, que nous vous avions présenté il y a quelques mois, est constitué de plusieurs enquêtes enregistrées au début des années 1990 lors d’ « ateliers-mémoire » organisés par l’association des « Amis du Vieux Saint-Étienne » autour de certains aspects de l’histoire stéphanoise. L’archive de la semaine a déjà été l’occasion de nous pencher sur le thème du « vêtement » à Saint-Étienne, ou encore sur la catastrophe du puits de la Chana. Aujourd’hui, profitons de cette publication hebdomadaire pour revenir sur un événement douloureux de l’histoire stéphanoise : le bombardement du 26 mai 1944.

 ***********

Le 26 mai 1944, dans le but de couper les voies de communication en préparation du débarquement de Normandie, l’aviation américaine bombardait lourdement plusieurs villes du sud-est et du centre-est de la France : Lyon, Chambéry, Grenoble, Nice, mais aussi Saint-Étienne où 440 tonnes de bombes explosives et incendiaires furent lâchées, faisant près de 1000 morts et détruisant plusieurs quartiers de la ville.

Près de 50 ans plus tard, les membres de l’association des « Amis du Vieux Saint-Étienne » organisent une rencontre autour de cet événement marquant de l’histoire stéphanoise. Anne-Catherine Marin, alors conservatrice aux Archives municipales, y assiste et enregistre les échanges. Après une présentation générale du bombardement, le parole est ouverte aux personnes présentes à Saint-Étienne ce 26 mai 1944. Madame Rossignol, alors âgée de 7 ans, témoigne :

Souvenirs du bombardement, Madame Rossignol – Voir la notice complète

Si Madame Rossignol se souvient avec une pointe d’amusement la couleur du visage du conducteur de train (qu’on imagine livide) arrêtant sa locomotive quelques mètres avant la gare de Châteaucreux, ou encore sa mère qui dans la panique fourre son tablier sale dans sa valise avant de partir, d’autres témoignages se font plus amers. Ainsi Monsieur Besson, qui anime la discussion à grand renfort de diapositives, n’hésite pas à parler de « génocide ».

Souvenirs du bombardement, Monsieur Besson – Voir la notice complète

De fait, la violence des bombardements est sans précédent. De nombreux quartiers, autour de la gare de Châteaucreux et de la manufacture d’armes sont complètement détruits (voyez cette carte de la ville sur le Portail de géolocalisation du patrimoine stéphanois). Monsieur Besson témoigne dans cet extrait d’un sentiment d’injustice et d’une incompréhension générale qui se répandent chez les stéphanois au lendemain des bombardements. « La population, à cette époque là, était vraiment bloquée contre les Américains » nous dit-il. Pourquoi avoir largué les bombes de si haut, alors que Saint-Étienne ne disposait d’aucun système de Défense Contre les Avions (DCA), et que le temps était clair ?

Encore aujourd’hui, la violence du bombardement du 26 mai 1944, qui a fait près de 1 000 morts et plus de 20 000 sinistrés, continue de susciter un intense travail mémoriel à Saint-Étienne. A l’instar de cet atelier-mémoire organisé par les « Amis du Vieux Saint-Étienne », plusieurs initiatives ont récemment vu le jour sur la toile, notamment pour sensibiliser les plus jeunes à un bel exemple de ce que l’on nomme désormais pudiquement des « dommages collatéraux » (voyez par exemple cette valise pédagogique virtuelle, conçue par la ville de Saint-Étienne).

Pour aller + loin :

  • Pour une lecture critique des bombardements américains : Howard Zinn, La bombe. De l’inutilité des bombardements aériens, Montréal, Lux, coll. « Mémoire des Amériques », 2011, 96 p.
  • Le témoignage de Maurice Plassard, sapeur-pompier auxiliaire au moment du bombardement de Saint Etienne, sur le portail régional du patrimoine oral

Crédits photos : bernswaelz – Pixabay

Les chants de mai du Mont Pilat

Pour cette seconde archive du mois de mai, restons dans le thème saisonnier et penchons nous quelques instants sur une tradition rurale très ancienne : les quêtes et les chants de mai.

******

Parmi les traditions villageoises autrefois répandues, les chants de quête rythmaient les saisons : à diverses occasions (à Noël ou à Pâques par exemple), des groupes de chanteurs se déplaçaient de maison en maison pour récolter nourriture ou argent. Les chants de mai s’inscrivent dans cette tradition des quêtes. Attestée dans de nombreuses régions (dans la Loire-Atlantique notamment, comme le rapportent nos confrères de Datsum), les quêtes de mai dans nos contrées rhônalpines ont été contées au micro de Jacques Bardot.

Ce collecteur aux multiples casquettes a parcouru le département de la Loire dans les années 1980, à la recherche de chansons, d’airs instrumentaux et de commentaires sur les coutumes de ce territoire qui sont désormais consultables sur la site de la Base inter-régionale du Patrimoine oral. À Pélussin dans le Pilat, une habitante lui raconte ses souvenirs de jeunesse :

Commentaires sur « La chanson du mois de Mai »Voir la notice complète

Dans la nuit de 30 avril au 1er mai, des groupes de jeunes gens parcouraient les chemins, s’arrêtant à toutes les maisons pour y chanter le mai. Les chanteurs ne s’arrêtaient de chanter que lorsque les habitants descendaient pour remplir le panier d’œufs et de lards, qui servaient le dimanche suivant à faire une grande omelette pour les jeunes du village. Les paroles des chants rappelaient souvent le marché aux habitants, en des termes plus ou moins imagés (voyez la menace dans l’extrait ci-dessous).

« Monsieur réveillez vous » – Voir la notice complète

C’était donc avant tout un moment de fête, au sujet duquel l’écrivain Michel Jeury raconte qu’ « on ne dormait pas beaucoup dans nos campagnes, cette nuit-là. Les chiens, excités, aboyaient sans arrêt et se taisaient seulement à l’aube avec les derniers chanteurs » (Michel Jeury, Les gens du Mont Pilat : histoire de Claudia et Joseph, mes parents, Paris, Pocket, 2002).

Pour appréhender tous les enjeux de ces quêtes de mai, il n’est peut-être pas inutile d’écouter un dernier chant de mai, interprété par Germaine Panel dans le cadre d’une soirée organisée par l’association « Visages de notre Pilat » en 1982 (sur cette soirée, voyez cette autre archive de la semaine).

« Là -bas sous l’olivier le rossignol y chante » – Voir la notice complète

Ce dernier chant donne à entendre les deux principaux aspects de cette tradition. Le premier couplet célèbre l’arrivée des beaux jours, « où qu’il fait bon coucher la nuit sans couverture » . Le second évoque des galants, se pressant à la porte des jeunes filles pour leur porter « un joli bouquet, de roses toutes jolies » .

Dans le premier extrait, l’habitante de Pélussin se souvient que les garçons et les filles, « ça se fréquentait pas ». D’autres témoignages laissent cependant penser que, au delà de la célébration du printemps (qui s’inscrit dans une tradition païenne très ancienne et répandue en Europe), les quêtes de mai servaient également à faire se rencontrer les jeunes des hameaux voisins, et jouait vraisemblablement un rôle dans le marché matrimonial local.

Pour en savoir + :

Crédits photos : ARLOUK – Pixabay

Chantons en travaillant !

En ces lendemains de fête du travail, les merguez étant digérées et la voix réparée d’avoir trop crié et chanté, nous vous invitons à plonger dans une pratique désormais bien éloignée du monde ouvrier : le chant à l’usine.

*************

Il ne sera pas question aujourd’hui du « Chant des Canuts » ou de « L’internationale », de ces chants de lutte qui constituent autant de références au mouvement ouvrier. Nous vous proposons plutôt de découvrir les chansons entonnées en chœur en travaillant pour donner du cœur à l’ouvrage et rythmer le travail.

Car chanter en travaillant était, jusque dans la première moitié du XXe siècle, une pratique collective répandue à l’usine. Dans les ateliers de tissage notamment, qui employaient essentiellement des femmes, les chansons résonnaient et accompagnaient le mouvement des bras et le vacarme des machines.

En parcourant le fonds Charles Joisten (conservé au Musée Dauphinois et que le CMTRA a documenté en 2016) difficile de passer à côté d’Alexandrine Gaillard, dite « Tante Sandrine », qui a chanté son répertoire à la fin des années 1950 au micro de l’ethnologue. Ses chansons, « Tante Sandrine » disait les avoir toutes apprises à l’usine de Briançon :

Extrait du témoignage d’Alexandrine Gaillard – Voir la notice détaillée

« Voilà que chacun prenait son travail, pour tricoter, pour coudre, puis c’était tout assis par les bancs, oh, c’est qu’y-z’étaient peut-être plus de trois cents, là. Alors ça chantait tout ». L’usine est ainsi le lieu où se construit un répertoire de chansons commun. Loin d’être figé, il s’enrichit d’années en années au gré des passages d’ouvrières, venues parfois de loin travailler pendant la morte saison agricole, et qui emportent avec elles les chants de leurs pays.

On y chante tout, nous dit Tante Sandrine. À regarder de plus près son répertoire, les chansons d’amour sont en bonne place, mais on y trouve également des chants de conscrits, des complaintes sur le pays, ou encore cet air qui prévient les « vieilles carcasses » souhaitant se remarier : soit il payent « les droits de la jeunesse », « ou bien Tcha-ri-va-ri ! » (pour plus d’informations sur ce rite d’autrefois, consulter l’article fourni de Lucien Barou à télécharger ici).

Chanson: « Dis-donc, vieille carcasse » – Voir la notice détaillée

A l’usine, on apprend autant l’air et les paroles des chansons que la manière particulière de les chanter. Car, pour couvrir le bruit assourdissant des machines, les ouvrières chantent moins qu’elles « crient » les chansons, nous raconte Tante Sandrine :

« Quand même il y en avait une, que je l’ai aimée beaucoup, cette chanson […]. Et je l’ai aimée cette chanson-là, on la criait tous les Samedis… »

Si, paraît-il, siffler en travaillant permet de mettre à contribution une armée d’animaux pour nous épauler dans notre labeur (la preuve dans cette vidéo), chanter à l’usine offre une possibilité d’évasion face à la répétition des gestes et la dureté des tâches. Surtout, chanter en chœur crée une complicité entre les travailleur(se)s, un échange et un partage constitutifs d’un sentiment d’appartenance collective.

« On se répondait, y avait une bonne ambiance, très bonne. On était comme des sœurs… » (citée par Sylvette Béraud-Williams, « Le chant à l’usine« ,  dans l’Atlas sonore Rhône-Alpes n°7). Certes, force est de constater avec Tante Sandrine que « maintenant il est fermé l’usine », et que le chant a largement disparu des lieux de travail. Mais, si votre bureau est un peu froid, ou que votre voisin à l’atelier ne vous a pas décroché un mot depuis ce matin, n’hésitez plus, chantez !

Pour en savoir + :

Crédits photo : MikesPhotos – Pixabay

J’ai du bon tabac

Après « La Polka Effrontée » ou « Une chanson douce« , cette archive sonore du mois revient pour démystifier la douceur candide des chansons enfantines ! Nous remercions vivement le musicien et chercheur Claude Flagel pour ses informations complémentaires publiées ci-dessous en commentaires.

Un petit tour au sein du Fonds Sylvestre Ducaroy et nous voici nez-à-nez avec une interprétation à la cabrette de la célèbre chansonnette enfantine, « J’ai du bon tabac » par Pierre Ladone et Raymond Bors.

« J’ai du bon tabac » à la cabrette – Voir la notice détaillée

Enregistrée en 1976 à Ladinhac (Aveyron), par Sylvestre et Agnès Ducaroy accompagnés d’Eric Montbel (co-fondateur du CMTRA), la chanson est interprétée dans sa version instrumentale.

L’origine de « J’ai du bon tabac » est assez floue et remonterait aux alentours du XVIIè siècle. Parfois titré « Père Capucin, voulez-vous danser », cet air répond aux codes du cotillon, une danse à quatre et en carré publiée par Feuillet en 1705. Il serait certes vain de s’employer à retrouver les véritables auteurs de cette chanson populaire, mais deux personnages reviennent invariablement : d’un côté le prêtre, poète et chansonnier Abbé Gabriel-Charles de Lattaignant (1697-1779) et de l’autre, le compositeur, organiste et pédagogue Michel Corrette (1707-1795), qui compose à partir des années 1730 une série de « Concertos Comiques » dont les thèmes musicaux sont empruntés aux airs et chansons à la mode (grand merci à Claude Flagel pour ses précieuses informations complémentaires publiées ci-dessous en commentaire).

On retrouve en effet l’air de la comptine dans le concerto comique de Michel Corrette « La Servante au Bon Tabac », daté de 1733 (avancer la piste ci-dessous jusqu’à 2min32) :

Toute l’originalité de cette œuvre réside dans son instrumentarium  à côté duquel il est difficile de passer : à la composition de l’orchestre à cordes classique à l’époque baroque, Michel Corrette répond par les populaires vielle à roue et musette, qu’il a souvent fait intervenir dans ses concertos comiques et qui sont alors en vogue dans les milieux aristocrates et bourgeois. Ce ne serait pas étonnant, en conséquence, qu’il ait pris la décision de « citer » une chanson elle-aussi tirée du répertoire populaire, même si cela ne prouve rien en la matière.

La référence à l’Abbé de Lattaignant est, quant à elle, d’un humour plus mordant. En cause ? Les neuf couplets supplémentaires qu’il aurait écrit à la suite de la version relativement courte que l’on a conservé en mémoire :

J’ai du bon tabac dans ma tabatière,
J’ai du bon tabac, tu n’en auras pas.
J’en ai du fin et du bien râpé,
Mais ce n’est pas pour ton vilain nez !
REFRAIN : J’ai du bon tabac dans ma tabatière,
J’ai du bon tabac, tu n’en auras pas.

Jugez plutôt  :

Ce refrain connu que chantait mon père,
À ce seul couplet il était borné.
Moi, je me suis déterminé
À le grossir comme mon nez.
REFRAIN

Un noble héritier de gentilhommière
Recueille, tout seul, un fief blasonné.
Il dit à son frère puîné
Sois abbé, je suis ton aîné.
REFRAIN

Un vieil usurier expert en affaire,
Auquel par besoin l’on est amené,
À l’emprunteur infortuné
Dit, après l’avoir ruiné
REFRAIN 

Juges, avocats, entr’ouvrant leur serre,
Au pauvre plaideur, par eux rançonné,
Après avoir pateliné,
Disent, le procès terminé
REFRAIN

D’un gros financier la coquette flaire
Le beau bijou d’or de diamants orné.
Ce grigou, d’un air renfrogné,
Lui dit, malgré son joli nez
REFRAIN

Neuperg, se croyant un foudre de guerre,
Est, par Frédéric, assez mal mené.
Le vainqueur qui l’a talonné
Dit à ce Hongrois étonné
REFRAIN

Tel qui veut nier l’esprit de Voltaire,
Est, pour le sentir, trop enchifrené.
Cet esprit est trop raffiné
Et lui passe devant le nez.
REFRAIN

Par ce bon Monsieur de Clermont-Tonnerre,
Qui fut mécontent d’être chansonné ;
Menacé d’être bâtonné,
On lui dit, le coup détourné
REFRAIN

Voilà dix couplets, cela ne fait guère
Pour un tel sujet bien assaisonné.
Mais j’ai peur qu’un priseur mal né
Ne chante en me riant au nez
REFRAIN

Quelle irrévérence ! « J’ai du bon tabac » est à ce titre une petite chanson bien plus politique qu’elle n’y paraît, laissant entrevoir une belle critique des mœurs de l’époque… à commencer par une injustice vécue par Lattaignant lui-même : son entrée en religion ! En effet, comme le conte son second couplet particulièrement rageur, il était coutume plusieurs siècles durant que l’aîné d’une famille aristocratique hérite du titre et que le second se destine aux ordres. C’est ainsi que Gabriel-Charles de Lattaignant entra au Séminaire et qu’il obtint le titre d’abbé, malgré son peu de vocation religieuse. C’est ainsi avec un certain détachement qu’il exerça ses fonctions : plus connu comme « grand chansonnier » que pour ses prêches, ce disciple de Voltaire et ardent admirateur des femmes laissera derrière lui une importante production littéraire, de la poésie galante au pamphlet politique en passant par l’opéra-comique.

Pour aller + loin :

Crédits photoJebulon sur commons.wikimedia.org

Rumba gitana

Cette semaine, nous vous invitons à partir à la rencontre de Miguel Ney, joueur de rumba, guitariste et chanteur. Né d’un père gitan, Miguel a navigué entre une éducation que l’on pourrait qualifier de « classique » et des échappées régulières vers sa famille du sud de la France, en Camargue. C’est autour de ses vingt ans qu’il s’est identifié à l’esprit gitan, porté entre autres par les figures que représentaient Manitas de Plata et les Gipsy Kings, le conduisant à s’initier à la guitare et à en faire son métier.

Rencontré en février 2009, Miguel Ney a livré au micro du CMTRA plusieurs rumbas, issues pour partie du répertoire de ses cousins, les Gipsy Kings.

Une rumba par Miguel Ney – Voir la notice détaillée ici…
et découvrir plus d’extraits sonores

Manitas de Plata comme les Gipsy Kings ont offert à la « rumba gitana » ses lettres de noblesse en l’interprétant sur les plus grandes scènes du monde entier. De son côté, Miguel Ney joue les soirs dans des restaurants lyonnais et, l’été, dans le sud où il retrouve sa famille.

La rumba est un genre musical d’origine cubaine, davantage marquée par l’usage des percussions que celle dont il est question ici. Lorsque Miguel Ney évoque sa « rumba » il s’agit en réalité de la rumba « catalane », la rumba des gitans catalans, caractérisée par une forte référence au flamenco et la guitare – mais non moins liée à la danse de la Havane.

Los Muñequitos de Matanzas, un groupe de rumba cubaine

La rumba gitane est en effet un mélange entre des rythmes afro-cubains (mambo, cha cha cha…) et les traditions andalouses (flamenco mais aussi fandango) : les palmas – claquements des mains – y remplacent entre autres les congas, soutenues par « le ventilateur », cette façon si caractéristique de frotter les cordes de la guitare tout en frappant sa caisse de résonance. Créée dans les années 1960 dans le quartier gitan de Barcelone, elle s’est particulièrement développée dans le sud de la France entre Perpignan, Montpellier et Saintes-Maries-de-la-Mer, d’où sont originaires les Gipsy Kings.

Et évidemment, difficile de ne pas clore ce billet par ce clip des Gipsy Kings, « Bamboléo » !

A retrouver autour de ce sujet : 

Pour en savoir + :

Crédits photo : Pexels sur Pixabay

Le carnet du CMTRA