« Fais dodo »

En renseignant dans notre base de données en ligne, le portail rhônalpin du patrimoine oral, une partie de la collection sonore du musicien et collecteur Jacques Bardot, nous sommes tombées sur ces quelques notes de cette illustre berceuse enjoignant Colas à faire dodo pendant que maman est en haut, papa en bas,  en promesse du chocolat…on connaît la chanson. Mais justement, les quelques notes entonnées par Germaine Panel dans le micro de Jacques Bardot s’échappent du « si-la-sol-sol-la-sol-la-si » que nous avons presque tous eu la joie de souffler dans notre flûte à bec d’écoliers :

Le Fais Dodo de Germaine Panel, habitante de Véranne dans la Loire, enregistrée le 14 février 1984 par Jacques Bardot, s’éloigne franchement de la mélodie familière dès la 4e note. À la fin du deuxième vers, on est passés en mode mineur. S’agit-il d’une variante du traditionnel « Fais Dodo » comme la plupart d’entre nous le connaissent ? D’une deuxième voix prévue pour une interprétation polyphonique ? La suite ne nous renseigne pas car Mme Panel passe aussitôt à l’interprétation de « Dodo Ninette » (ou »Berceuse pour petites filles sages ») : une curieuse berceuse traditionnelle où il est question de catherinette, d’amandes et de marteau, qui mériterait que l’on s’y attarde dans un prochain billet.

Visuel : « Fais dodo Colas mon p’tit frère » (détail), peinture de Louis-Maurice Boutet de Montvel (1851-1913)

Une sonothèque des accents de la francophonie

André Minvielle, cet « universel griot des Pyrénées, rappeur du Béarn, batteur, bretteur, rhéteur, ténor lyrique, Mariano de bistrot, mariole de campagne, enfant naturel d’Archie Shepp et de Boby Lapointe, de Deleuze et de Lubat » (comme le décrit presque exhaustivement Francis Marmande) : voilà près de douze ans qu’il sillonne les cafés, marchés, salles à manger de France et de Navarre (mais surtout de Midi-Pyrénnées) pour collecter ici et là les « accents de la francophonie, des langues de France et autres langues à suivre… ».  « Suivez l’accent« , c’est l’ensemble des machineries numériques, des boîtes à sons de bric ou de broc qu’André Minvielle et ses fidèles comparses inventent au cas par cas pour faire résonner ces « alphabets du corps social », pour « réveiller les mémoires locales » et surtout pour questionner l’accent, son étrange étrangeté et les assignations identitaires qu’il peut éveiller en chacun de nous.

Le fruit des centaines d’heures de collectes sonores réalisées depuis 2004 est pour une large part en ligne, dans un format édité, monté et mixé : on peut ainsi naviguer dans la sonothèque des accents de la francophonie suivant un classement par région puis par département. D’autres entrées thématiques bien moins fournies mais non moins alléchantes proposent des « voix d’ici de là » (que l’on entend plus souvent mais que l’on ne prend pas toujours le temps d’écouter) et « d’autres voix à suivre » (entre le Mexique et le Val d’Aran).

Si le travail de collecte semble s’être ralenti depuis quelques années, « Suivez l’accent » continue de vivre au travers de projets éditoriaux, de conférences, d’expositions itinérantes ou virtuelles, et bien sûr à chaque concert d’André Minvielle qui ne se déplace plus sans ses boîtes à accents, sorte de « boîtes à meuh » délivrant les voix déconditionnées et déterritorialisées qui ont croisé ses oreilles de polyglotte.

Work in progress

En 2016, nous nous plongeons dans la numérisation, le traitement documentaire et la mise en ligne des collections sonores des structures membres du réseau documentaire dédié aux archives sonores en Rhône-Alpes.

Plusieurs fonds sonores ont déjà été traités et mis en ligne :

D’ici la fin de l’année 2016, un nouveau fonds sera catalogué sur notre base de données en ligne : il nous vient des Archives Municipales de Saint-Etienne, et rassemble des enquêtes sur l’histoire industrielle et sociale des stéphanois, réalisées en 1993-1994

// À suivre sur ce carnet et sur notre base de données en ligne ! //

Image de Une : captation d’un image du film d’animation de Marie-Josée Saint-Pierre : « les négatifs de McLaren » (très bel essai sur les archives sonores et la création cinématographique à visionner en ligne ici)

le duduk arménien

Première résolution de l’année 2016 : ne pas laisser passer plus d’une semaine sans aller à la pêche aux archives sonores, à mesure que notre base de données régionale dédiée au patrimoine oral se remplit (plus d’infos par ici et par là).

L’ARCHIVE DE LA SEMAINE
Rencontre avec Levon Chatikyan, dudukiste arménien

En écho à l’Escale Sonore sur les « Arménie(s) musicales » organisée en partenariat avec le Rize le 3 décembre dernier, nous vous proposons cette semaine de prêter l’oreille au duduk de Levon Chatikyan, né à Achtarak et habitant aujourd’hui à Villeurbanne. Le CMTRA l’a rencontré dans le cadre des collectes consacrées aux « Musiques migrantes de Villeurbanne ». Dans cet extrait, il interprète un extrait des « Larmes de la Mère Arax », un morceau récent (le compositeur serait africain) évoquant le fleuve Araxe, aujourd’hui mitoyen de la Turquie, l’Arménie et l’Iran, et par là-même faisant référence à l’histoire conflictuelle et douloureuse des frontières de l’état arménien.

Le duduk est un instrument à vent à anche double ou simple, généralement fabriqué dans du bois d’abricotier. Il est le premier instrument de musique à avoir été reconnu par l’Unesco « chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’Humanité », en 2005. Cette reconnaissance faisait suite au constat émis par les experts consultés pour cette candidature selon lequel le duduk serait pour les musiciens arméniens l’instrument dont le son représenterait le mieux la chaleur, l’espoir mais aussi la tristesse de leur culture. Ce projet de patrimonialisation avait alors pour but de « sauvegarder la musique traditionnelle pour duduk dans le contexte social, culturel et politique moderne difficile de l’Arménie » (voir résumé du projet).

Important territoire d’exil pour la population arménienne rescapée du génocide de 1915 et les générations suivantes, l’agglomération lyonnaise compte plusieurs Maisons Culturelles Arméniennes, ensembles instrumentaux ou vocaux participant à transmettre la connaissance et la pratique de cet instrument. Levon Chatikyan est professeur de musique au conservatoire du Pays de Romans, Valence (26000). Il enseigne également le duduk à la Maison de la Culture Arménienne de Villeurbanne (69100). Il participe notamment aux représentations de mariage, les anniversaire, les soirées et les fêtes, à l’occasion d’un deuil etc. La rencontre a eu lieu pendant un atelier pédagogique à la MCA de Villeurbanne (69100), l’extrait ci-dessus proposant un extrait de l’interprétation d’un air traditionnel à deux voix.

Consulter ici l’enregistrement complet de la rencontre avec Levon Chatikyan.

Et pour aller plus loin…
> Écoutez le documentaire sonore sur les « Arménie(s) musicales » réalisé par Olivier Minot et le CMTRA en novembre 2015.
> Écoutez la rencontre avec Haïg Sarikouyoumdjian, joueur et luthier de duduk habitant à Bron (son site personnel)
> Consultez le livret du CD « Benik Abovian et Zaven Azibekian, musiciens traditionnels du Tavush », paru en 2002 au label Inédit / Maison des cultures du monde.

Arménie(s) musicales

Le documentaire sonore « Arménie(s) musicales » réalisé par Olivier Minot et le CMTRA dans le cadre de l’Escale Sonore du jeudi 3 décembre 2015 est en ligne !

Un documentaire de Laura Jouve-Villard et Olivier Minot
Collectages: Yael Epstein, Laura Jouve-Villard
Avec les témoignages et musiques de Jean Berberian
Alice Bodourian, Levon Chatikyan, l’Ensemble Spitak (Kevork Chekherdemian, Miran Gazarian et Karen Ghahramanian), Haïg Sarikouyoumdjian et Meri Vardanyan.
Visuel : www.maidachavak.com
Durée : 13min25
Production: CMTRA // 2015