Comment l’Auvergne a fait danser Paris

Quel est le point commun entre la cabrette auvergnate, l’accordéon italien et les bals musette de Bastille ? La réponse en un nom : Antonin Bouscatel, un illustre cabretaïre originaire du Cantal qui avec ses amis musiciens de la communauté auvergnate du Paris des premières heures du XXe siècle, va durablement marquer l’histoire de la vie nocturne et de la scène musicale de la capitale.

Ecouter en ligne le documentaire sonore

C’est cette histoire qu’a entrepris de nous raconter l’auteure d’un documentaire sonore de 53 minutes, diffusé par  « La Fabrique de l’Histoire » sur France Culture et consultable en podcast. Péroline Barbet, les auteurs de ce carnet la connaissent bien : réalisatrice et archiviste sonore, elle a été responsable de la conservation et de la valorisation du centre de ressources du CMTRA pendant près de 10 ans. Elle a réunit ici un très riche matériel documentaire fait d’archives sonores et manuscrites, de recherches bibliographiques pointilleuses et d’entretiens récents. Parmi ces témoignages nous retrouvons ainsi la voix d’Eric Montbel, l’un des fondateurs du CMTRA en 1991, collecteur-musicien, spécialiste de la cornemuse à miroir du Limousin.

Se dessine donc entre les lignes de vie de ce fameux “Bousca” une vie culturelle parisienne tanguant entre expansion urbaine et immigrations rurales. La capitale des musiques du monde commence peut-être ici, avec l’invention de métissages culturels alors inédits. Lorsque la cabrette de Bousca rencontra l’accordéon des italiens, ce que nul musicien n’avait fait avant lui, ainsi que les banjos et les rythmes tziganes, s’esquissait alors la naissance de ce qui nous apparaît aujourd’hui comme ce que la France compte de plus “traditionnel” : le bal musette.

Pour aller plus loin…
Voir le livre d’André Ricros et Eric Montbel publié par l’AMTA, 2015 :
Bouscatel – Le Roman d’un Cabretaïre

Image de une : « Bal des trois colonnes au 51 rue de Lappe », collection personnelle André Ricros.

Une petite sieste musicale ?

Dans le cadre du cycle « Jardin du Monde » proposé par le CCO de Villeurbanne, le CMTRA organise le mardi 9 février à 17h30 une sieste musicale afterwork :  une berceuse sénégalaise, un chant judéo-espagnol, une chanson de mariage venue d’Algérie… tous ces morceaux ont été collectés à Villeurbanne. Des comptines, des chansons d’amour, en français, espagnol, bambara et en turc forment un paysage sonore insoupçonné à découvrir.

Elle sera suivie par une « discussion de transat » sur le thème protéiforme des musiques roms et tsiganes, puis par une soirée de concerts à prix libres.

Programme complet et infos pratiques ici.

« Une traversée des Alpes » // Rencontres à Saint-Marcellin les 15 et 16 janvier

Le Parc du Vercors, le CPIE, la ville de Saint-Marcellin et le réseau « Traces-Histoire, mémoire et actualité des migrations en Auvergne-Rhône-Alpes » organisent ce week-end, les 15 et 16 janvier 2016, une série de conférences, table-rondes, films et concerts sur la thématique de la traversée des Alpes, depuis l’époque romaine jusqu’aux mouvements migratoires contemporains.

Avec notamment François Artru, Giles Bertrand, Mino Faïta Yvan Gastaut (historiens), Olivier Clochard, Sandro Rinauro (géographes), Olivier Chavanon (sociologue), Sara Casella Colombeau (politiste), Coline Picaud (auteure de bande dessinée), Zen Zila (chanson Rock-méditerranée), Abdellatif Chaouite (Revue Ecarts d’identité/Traces)

PROGRAMME COMPLET CONSULTABLE ICI

« Fais dodo »

En renseignant dans notre base de données en ligne, le portail rhônalpin du patrimoine oral, une partie de la collection sonore du musicien et collecteur Jacques Bardot, nous sommes tombées sur ces quelques notes de cette illustre berceuse enjoignant Colas à faire dodo pendant que maman est en haut, papa en bas,  en promesse du chocolat…on connaît la chanson. Mais justement, les quelques notes entonnées par Germaine Panel dans le micro de Jacques Bardot s’échappent du « si-la-sol-sol-la-sol-la-si » que nous avons presque tous eu la joie de souffler dans notre flûte à bec d’écoliers :

Le Fais Dodo de Germaine Panel, habitante de Véranne dans la Loire, enregistrée le 14 février 1984 par Jacques Bardot, s’éloigne franchement de la mélodie familière dès la 4e note. À la fin du deuxième vers, on est passés en mode mineur. S’agit-il d’une variante du traditionnel « Fais Dodo » comme la plupart d’entre nous le connaissent ? D’une deuxième voix prévue pour une interprétation polyphonique ? La suite ne nous renseigne pas car Mme Panel passe aussitôt à l’interprétation de « Dodo Ninette » (ou »Berceuse pour petites filles sages ») : une curieuse berceuse traditionnelle où il est question de catherinette, d’amandes et de marteau, qui mériterait que l’on s’y attarde dans un prochain billet.

Visuel : « Fais dodo Colas mon p’tit frère » (détail), peinture de Louis-Maurice Boutet de Montvel (1851-1913)

Une sonothèque des accents de la francophonie

André Minvielle, cet « universel griot des Pyrénées, rappeur du Béarn, batteur, bretteur, rhéteur, ténor lyrique, Mariano de bistrot, mariole de campagne, enfant naturel d’Archie Shepp et de Boby Lapointe, de Deleuze et de Lubat » (comme le décrit presque exhaustivement Francis Marmande) : voilà près de douze ans qu’il sillonne les cafés, marchés, salles à manger de France et de Navarre (mais surtout de Midi-Pyrénnées) pour collecter ici et là les « accents de la francophonie, des langues de France et autres langues à suivre… ».  « Suivez l’accent« , c’est l’ensemble des machineries numériques, des boîtes à sons de bric ou de broc qu’André Minvielle et ses fidèles comparses inventent au cas par cas pour faire résonner ces « alphabets du corps social », pour « réveiller les mémoires locales » et surtout pour questionner l’accent, son étrange étrangeté et les assignations identitaires qu’il peut éveiller en chacun de nous.

Le fruit des centaines d’heures de collectes sonores réalisées depuis 2004 est pour une large part en ligne, dans un format édité, monté et mixé : on peut ainsi naviguer dans la sonothèque des accents de la francophonie suivant un classement par région puis par département. D’autres entrées thématiques bien moins fournies mais non moins alléchantes proposent des « voix d’ici de là » (que l’on entend plus souvent mais que l’on ne prend pas toujours le temps d’écouter) et « d’autres voix à suivre » (entre le Mexique et le Val d’Aran).

Si le travail de collecte semble s’être ralenti depuis quelques années, « Suivez l’accent » continue de vivre au travers de projets éditoriaux, de conférences, d’expositions itinérantes ou virtuelles, et bien sûr à chaque concert d’André Minvielle qui ne se déplace plus sans ses boîtes à accents, sorte de « boîtes à meuh » délivrant les voix déconditionnées et déterritorialisées qui ont croisé ses oreilles de polyglotte.