Work in progress

En 2016, nous nous plongeons dans la numérisation, le traitement documentaire et la mise en ligne des collections sonores des structures membres du réseau documentaire dédié aux archives sonores en Rhône-Alpes.

Plusieurs fonds sonores ont déjà été traités et mis en ligne :

D’ici la fin de l’année 2016, un nouveau fonds sera catalogué sur notre base de données en ligne : il nous vient des Archives Municipales de Saint-Etienne, et rassemble des enquêtes sur l’histoire industrielle et sociale des stéphanois, réalisées en 1993-1994

// À suivre sur ce carnet et sur notre base de données en ligne ! //

Image de Une : captation d’un image du film d’animation de Marie-Josée Saint-Pierre : « les négatifs de McLaren » (très bel essai sur les archives sonores et la création cinématographique à visionner en ligne ici)

le duduk arménien

Première résolution de l’année 2016 : ne pas laisser passer plus d’une semaine sans aller à la pêche aux archives sonores, à mesure que notre base de données régionale dédiée au patrimoine oral se remplit (plus d’infos par ici et par là).

L’ARCHIVE DE LA SEMAINE
Rencontre avec Levon Chatikyan, dudukiste arménien

En écho à l’Escale Sonore sur les « Arménie(s) musicales » organisée en partenariat avec le Rize le 3 décembre dernier, nous vous proposons cette semaine de prêter l’oreille au duduk de Levon Chatikyan, né à Achtarak et habitant aujourd’hui à Villeurbanne. Le CMTRA l’a rencontré dans le cadre des collectes consacrées aux « Musiques migrantes de Villeurbanne ». Dans cet extrait, il interprète un extrait des « Larmes de la Mère Arax », un morceau récent (le compositeur serait africain) évoquant le fleuve Araxe, aujourd’hui mitoyen de la Turquie, l’Arménie et l’Iran, et par là-même faisant référence à l’histoire conflictuelle et douloureuse des frontières de l’état arménien.

Le duduk est un instrument à vent à anche double ou simple, généralement fabriqué dans du bois d’abricotier. Il est le premier instrument de musique à avoir été reconnu par l’Unesco « chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’Humanité », en 2005. Cette reconnaissance faisait suite au constat émis par les experts consultés pour cette candidature selon lequel le duduk serait pour les musiciens arméniens l’instrument dont le son représenterait le mieux la chaleur, l’espoir mais aussi la tristesse de leur culture. Ce projet de patrimonialisation avait alors pour but de « sauvegarder la musique traditionnelle pour duduk dans le contexte social, culturel et politique moderne difficile de l’Arménie » (voir résumé du projet).

Important territoire d’exil pour la population arménienne rescapée du génocide de 1915 et les générations suivantes, l’agglomération lyonnaise compte plusieurs Maisons Culturelles Arméniennes, ensembles instrumentaux ou vocaux participant à transmettre la connaissance et la pratique de cet instrument. Levon Chatikyan est professeur de musique au conservatoire du Pays de Romans, Valence (26000). Il enseigne également le duduk à la Maison de la Culture Arménienne de Villeurbanne (69100). Il participe notamment aux représentations de mariage, les anniversaire, les soirées et les fêtes, à l’occasion d’un deuil etc. La rencontre a eu lieu pendant un atelier pédagogique à la MCA de Villeurbanne (69100), l’extrait ci-dessus proposant un extrait de l’interprétation d’un air traditionnel à deux voix.

Consulter ici l’enregistrement complet de la rencontre avec Levon Chatikyan.

Et pour aller plus loin…
> Écoutez le documentaire sonore sur les « Arménie(s) musicales » réalisé par Olivier Minot et le CMTRA en novembre 2015.
> Écoutez la rencontre avec Haïg Sarikouyoumdjian, joueur et luthier de duduk habitant à Bron (son site personnel)
> Consultez le livret du CD « Benik Abovian et Zaven Azibekian, musiciens traditionnels du Tavush », paru en 2002 au label Inédit / Maison des cultures du monde.

Arménie(s) musicales

Le documentaire sonore « Arménie(s) musicales » réalisé par Olivier Minot et le CMTRA dans le cadre de l’Escale Sonore du jeudi 3 décembre 2015 est en ligne !

Un documentaire de Laura Jouve-Villard et Olivier Minot
Collectages: Yael Epstein, Laura Jouve-Villard
Avec les témoignages et musiques de Jean Berberian
Alice Bodourian, Levon Chatikyan, l’Ensemble Spitak (Kevork Chekherdemian, Miran Gazarian et Karen Ghahramanian), Haïg Sarikouyoumdjian et Meri Vardanyan.
Visuel : www.maidachavak.com
Durée : 13min25
Production: CMTRA // 2015

« Le plus grand Jukebox du monde »

En Mai 2011, le New York Times annonçait l’ouverture de « la plus grande collection d’enregistrements historiques de tous les temps » disponible gratuitement, et en ligne : suite à la signature d’un accord entre Sony Music Entertainement et la Library of Congress (Washington DC), ce sont plus de 10 000 documents sonores datant de 1901 à 1925, pour une grande part enregistrés par la Victor Talking Machine Company, qui se sont retrouvés consultables en streaming. Ce dépôt vient s’ajouter à celui signé début 2011 avec Universal Music Group, qui pour la première fois dans l’histoire des labels phonographiques avait décidé de déposer l’intégralité de ses collections au « Packard Campus for Audiovisual Conservation », dans l’Etat de Virginie.

Les enregistrements rendus disponibles à ce jour sont classés par genre (musique classique, musique populaire, musique ethnique, musique et discours religieux) dont les intitulés et les frontières gagneraient à être questionnés mais qui facilitent la navigation. Une autre entrée de recherche permet de naviguer dans les collections de collecteurs ou d’institutions ayant déposé leurs fonds à la Library of Congress. C’est ainsi que l’on peut écouter les quelques 444 items sonores de la campagne de collectage du folkloriste Alan Lomax dans les Etats du Michigan et du Wisconsin, en 1939 : c’est par ici.

Une immense part des fonds sonores déposés reste encore à numériser, traiter, et mettre à disposition sur le « plus grand jukebox du monde » de la Library of Congress. Mais parmi les documents disponibles à l’écoute aujourd’hui, il y a déjà de quoi faire : un « Savez-vous planter les choux » enregistré dans le New Jersey au cœur de l’été 1918 (de la « musique ethnique » donc, comme l’indique le critère de genre), ça vous dit ?

Escale Sonore sur les musiques arméniennes

Le CMTRA, en partenariat avec Le Rize – Centre Mémoires et Sociétés de Villeurbanne, organisent le jeudi 3 décembre 2015 à partir de 17h une « Escale Sonore » sur les musiques arméniennes.

En hommage au centenaire du génocide, c’est auprès des musiques arméniennes d’ici que nous ferons escale pour ce dernier rendez-vous de l’année 2015.  De l’art médiéval des bardes jusqu’au jazz en passant par les monodies religieuses et les chants de mémoire et d’exil, les musiques d’Arménie sont à l’image de son histoire et de sa géographie :  à la croisée des langues et des sonorités du Caucase, au cœur des grands rassemblements populaires, et dans l’écho des traumatismes collectifs traversés. Quel rôle jouent-elles dans la transmission d’une histoire et d’une culture communes au sein de la diaspora ? Que sont les musiques traditionnelles d’Arménie d’ici et maintenant, qui les pratique, où résonnent-elles ?

Consulter le programme complet de la soirée ici

Les Escales Sonores sont des rendez-vous trimestriels consacrés aux pratiques et mémoires musicales des habitants de Villeurbanne. A partir de recherches de terrain et d’enregistrements menés par l’équipe du CMTRA, chaque Escale propose un atelier de transmission musicale, un moment d’écoute collective d’un documentaire sonore, des rencontres avec des musiciens du territoire et des concerts.

Crédits illustration :  Maïda Chavak, « Erevan », 2012/2013