« Élaboration » des archives sonores à la phonothèque des ATP

La prochaine séance du cycle de conférences SAHIEF – Sources, Archives et Histoire Institutionnelle de lEthnomusicologie de la France – conçu par par Daniel Fabre et proposé par Marie-Barbara Le Gonidec et François Gasnault, aura lieu le jeudi 18 février 2016, de 9h à 12h, salle 9 (2e étage), à l‘EHESS, 105 bd Raspail, 75006.

Le centre de ressources (Phonothèque) et de recherches en ethnomusicologie de la France sous la double autorité de Claudie Marcel-Dubois et de Maguy Pichonnet-Andral (années 1960 – années 1980)

Intervenants : Jacques Cheyronnaud (Centre Norbert Elias), Denis Laborde (Centre Georg Simmel) et Jean Raisky
Discutant : Gérard Nougarol

Avec cette séance se terminera une première série de conférences qui ont porté sur la mise en oeuvre d’un ambitieux programme d’enquêtes ethnomusicologiques, conçu par Claudie Marcel-Dubois et Maguy Pichonnet-Andral, et sur les opérations dites « d’élaboration » mises en oeuvre au retour des terrains.
L‘angle d’approche se déplacera cependant sur la « fabrique » parisienne articulant une structure de conservation et – en théorie plus qu’en pratique – de diffusion d’archives sonores, la phonothèque, et un laboratoire d’étude et de systématisation où devait s’édifier le « corpus des musiques ethniques françaises ».

Les trois intervenants, Jean Raisky, Jacques Cheyronnaud et Denis Laborde, ainsi que Gérard Nougarol, qui avait déjà été le discutant lors de la précédente séance, ont été, plus ou moins longuement, les collaborateurs des responsables du département d’ethnomusicologie ; J. Cheyronnaud puis D. Laborde en ont également assuré la direction, au cours des années 1980. Observateurs-acteurs d’une méthode et d’une pratique, affrontés à la problématique de la relève et d’un infléchissement – voire d’une refondation – du projet épistémologique dans un musée-laboratoire désormais dirigé par Jean Cuisenier, ils apporteront un témoignage critique sur cette entreprise, à la fois institutionnelle et scientifique, qu’on se propose de soumettre à une triple appréhension critique en termes d’ambition, de management et de rayonnement.

Visuel : Claudie Marce-Dubois et Samuel Baud-Bovy au Département d’ethnomusicologie du Musée ATP, Paris, 1978 (photographie issue de l’article de Jacques Cheyronnaud, « Une vie consacrée à l’ethnomusicologie. Claudie Marcel-Dubois (1913-1989) » consultable ici.

« Arriba en la cordillera »

« Arriba en la cordillera« , composée par Patricio Manns et interprétée par Jorge Diaz (guitare) et Juan-Carlos Caroca (chant) lors d’une rencontre avec le CMTRA, enregistrée à Villeurbanne le 23 mars 2010.

L’auteur, Patricio Manns, chanteur-compositeur populaire et également poète-écrivain de renom, est considéré comme l’un des portes-paroles de la résistance chilienne au régime dictatorial d’Augusto Pinochet, depuis le coup d’État de 1973. Après avoir vécu en Patagonie, au Sud du Chili, où il a vu son père se faire assassiner par la police locale, Patricio Manns se réfugie dans la musique. Réfugié, il l’est également par l’exil qu’il a vécu lorsque, contraint très tôt de fuir la guerre civile, il fait escale à Cuba, puis en France, pour finalement s’installer en Suisse.  Malgré cette distance avec son pays d’origine, les chansons qu’il composera durant cette période résonneront jusque sur le sol chilien et dans le cœur de nombreux combattants et exilés, parmi lesquels Jorge Diaz et Juan-Carlos Caroca. Ce dernier se souvient de sa rencontre précieuse et émouvante avec Patricio Manns, ce jour là il chantait ensemble, à Genève.

Arriba en la cordillera – consulter les paroles originales

La souffrance que suscite l’exil, Jorge et Juan-Carlos l’ont tout deux vécue de façon très différente. Ils se retrouvent cependant pleinement dans une expression musicale qui fait revivre, depuis le sol villeurbannais, leurs engagements politiques ainsi qu’une culture chilienne qui ne les a jamais quittés. A eux-deux ils forment le groupe « Pueblo Latino » au sein duquel ils offrent un répertoire sud-américain interprété au chant, à la guitare, aux flûtes et aux percussions.

« Avec beaucoup de poids dans mon cœur, j’ai quitté mon pays. […] Ma façon à moi de retrouver les miens, c’était la musique » Juan-Carlos Caroca. 

Juan-Carlos est le premier à avoir dû fuir le Chili, dès l’instauration de la dictature en 1974. En passant par la Cordillère des Andes il a rejoint l’Argentine. Deux ans plus tard, il s’installe à Lyon et rencontre beaucoup de chiliens, « tous indirectement camarades de cette mauvaise histoire ». Depuis, il n’est jamais retourné dans son pays natal. Juan-Carlos est flûtiste, percussionniste, chanteur, et a étépendant plusieurs années, président d’une association folklorique chilienne à Lyon.

« On est bien loin de chez soi, mais on est nulle part. C’est tant mieux car on a la planète entière. » Jorge Diaz. 

Jorge Diaz a quitté son pays natal plus tard et a donc connu la dictature et la guerre civile, pendant laquelle il a combattu activement.  Il s’estime aujourd’hui particulièrement chanceux d’avoir survécu à cet épisode et admet qu’il existe différentes manières de vivre l’exil. Lui, ne dit pas souffrir du poids de la culpabilité que peuvent ressentir certains autres exilés ayant combattu : « J’ai perdu la guerre, mais c’est tout« . Et la résistance continue, à travers la musique qu’il considère comme une arme de revendication et de mémoire puissante..

CONSULTEZ L’ENREGISTREMENT COMPLET 

Pour aller plus loin…
>Jorge Diaz fait le récit de son parcours et chante accompagné de sa guitare au cours de deux enquêtes réalisées en 2010 : 1e enquête / 2e enquête.
>
L’article du Rize consacré à Jorge Diaz et au groupe Pueblo Latino.

Visuel: Jorge Diaz et Juan-Carlos Caroca forment le groupe Pueblo Latino. Photo publiée par Le Rize dans le cadre de l’exposition « Musiques! » co-réalisée en 2010 avec le CMTRA

Table-ronde « les communautés en question » le 11/02 au Rize

Dans le cadre de la Semaine des Patrimoines Vivants, le CMTRA et Le Rize organisent ce jeudi 11 février à 18h une table-ronde rassemblant chercheurs et acteurs culturels autour de la notion de « communauté culturelle ».
 
Qu’est-ce qu’une « communauté culturelle » ? Qu’est-ce qui différencie communauté de communautarisme ? Pourquoi avons-nous tendance, en France, à associer le lien communautaire à une entrave à la citoyenneté républicaine ? Cette rencontre a pour principal objectif de mettre en lumière les réalités vécues par les groupes qui se réclament d’une communauté de culture. A travers les récits d’expériences d’acteurs sociaux, culturels et de chercheurs, nous interrogerons la possibilité de traiter sereinement cette notion jugée inquiétante en France, pourtant couramment admise ailleurs. 
 
Nous aurons donc le plaisir d’accueillir autour de cette table-ronde:
Cette rencontre se tiendra dans l’amphithéâtre du Rize – Centre Mémoires et Sociétés et débutera à 18h.
Adresse : 23 rue Valentin Hauy à Villeurbanne
Plan et informations pratiques ici.
Elle sera précédée par un moment musical animé par la classe de musiques sud-américaines de l’ENM (à 17h30), et sera suivie par la projection de Nos Petites Espagnes, un film documentaire de Xavier Baudoin et Ismaël Cobo réalisé en 2012. Entrée gratuite à tous les événements de la soirée.
En espérant vous retrouver nombreux(ses) ce jeudi à Villeurbanne !

Séminaire « lieux et acteurs de l’ethnologie en France »

Le lundi 8 février se tiendra la première séance du séminaire mensuel « Lieux et acteurs de l’ethnologie en France (1945-1975) organisé par Christian Hottin et Yann Potin. Chacune des six séances aura lieu dans la salle du foyer du Ministère de la Culture et de la Communication, et sont toutes dédiées à la mémoire de Daniel Fabre, brutalement disparu le 24 Janvier 2016. La première rencontre sera consacrée à un tableau des institutions de recherches et musées ethnologiques à l’issue du second conflit mondial. Deux intervenants ont été conviés à mener un dialogue croisé :

  • Christine Laurière (chargée de recherches au CNRS, IIAAC/LAHIC) :  « Le musée de l’Homme dans la tourmente de la guerre et de l’Occupation. Conséquences pour la reconstruction d’après-guerre »
  • Arnauld Chandivert (maître de conférences en Ethnologie, Université de Montpellier, CERCE): « « L’histoire en parallèles: du musée de l’Homme au « musée français » (1937-1952) »

Les prochaines séances. auront lieu les 21 mars, 11 avril, 2 mai, 30 mai et 27 juin prochains.

Visuel : Galerie du Musée d’Ethnographie du Trocadéro ©MNHN

“Le Mont Pilat”

La chanson du Mont Pilat est un hymne dédié aux beautés paysagères et environnementales de ce Parc Naturel Régional du département de la Loire. Elle est ici interprétée par Louis Ericher, Josette et Yvonne Chavas, accompagnés par une salle de spectateurs réunis par l’association « Visages de notre Pilat« , dans la commune de Pélussin. L’enregistrement a été réalisé le 27 novembre 1982 par Jacques Bardot.

« De Pilat il faut que je chante
Toute la sauvage beauté
La ferme, les rochers, les sentes,
Les bois, le ruisseau tant coté »

La chanson fait notamment référence au Gier, fine rivière durant l’été, abondant cours d’eau l’hiver qui depuis l’Antiquité abreuve cette vallée historiquement industrieuse, l’une des premières de France. Encadré par les exploitations minières stéphanoises, les industries métallurgiques givordines et les verreries de Rive-de-Gier, le Pilat du milieu du XXe siècle est à l’image des cantons qui le bordent au nord : un territoire à la fois rural et urbain où se côtoient pêle-mêle agriculture, forges, vignes, mines, élevages, verreries, fruits, moulinage, tissage de la soie, artisanat, industrie lourde…

« L’industrie sait lui rendre hommage
Et le traite à l’égal d’un roi,
Car sans lui beaucoup de rouages
Seraient immobiles et sans voix.« 

En cette soirée de novembre 1982, Jacques Bardot s’est glissé parmi les spectateurs du Visage de notre Pilat pour venir y collecter des chants et des mélodies qui font résonner l’histoire locale de ces terres que l’on raconte peu : chansons de Mai, chant de Saint-Martin, chants de carnaval, chants de Joute… Nous aurons l’occasion de revenir dans ce carnet vers ce répertoire aux multiples visages glané par Jacques Bardot. Multi-instrumentiste, membre fondateur de la fameuse Bamboche, il a en effet rassemblé l’une des plus importantes collections sonores sur les  musiques traditionnelles, chants en francoprovençal, airs de joutes, fanfares et fêtes locales du département de la Loire. Ce fonds, déposé au CMTRA, est en cours de catalogage sur le portail rhônalpin du Patrimoine Oral.

Pour écouter d’autres enregistrements de cette soirée à Pélussin, consultez l’enquête complète sur notre base de données !

VisuelVue sur la Vallée de Véranne depuis le Mont Pilat
Photo réalisée par Christophe SZYMCZAK – Flickr.com.