Colloque : Une pluralité audible ?

Le CMTRA fait partie du comité scientifique d’un colloque international organisé par le CIEREC et l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne. Intitulé « Une pluralité audible? », il réunira sur deux journées une vingtaine de chercheurs et d’acteurs culturels spécialistes des musiques, langues et environnements sonores en contexte urbain. Ce colloque se tiendra les lundi et mardi 4 et 5 avril 2016 à l’Université Jean Monnet.

CONSULTEZ LE PROGRAMME COMPLET ICI.

Dans le cadre du projet de recherche-action « Comment sonne la ville ?« , le CMTRA propose en marge de ce colloque la visite d’une exposition de portraits sonores des habitants-musiciens rencontrés depuis deux ans sur le territoire stéphanois. En clôture du colloque, le mardi 5 avril à 17h, une visite commentée de l’exposition « Saint-Etienne Cosmopolitaine« , sera proposée par Cyril Longin, conservateur et directeur des Archives Municipales de Saint-Étienne.

Pour plus d’informations sur le colloque, n’hésitez pas à contacter ses organisatrices, Anne Damon-Guillot et Talia Bachir-Loopuyt.

Pour toute question concernant l’exposition de portraits sonores, contactez Mélaine Lefront, chargée de l’action culturelle au CMTRA.
Visuel : Photographie de Daniel Valot (sculpture Sans titre de l’artiste Tanguy, Lyon 4)

Conférence : Archive(s) et constitution d’archive(s)

Le lundi 11 avril 2016, à Paris, l’Institut des mondes africains (IMAF), en partenariat avec le groupement universitaire L’HeSam, organisent une conférence intitulée « Archive(s) et constitution d’archive(s) ; perspectives historiques et anthropologiques. »

De 9h30 à 18h30, 11 intervenants chercheurs se succéderont pour présenter leurs travaux autour des enjeux de la constitution, la conservation et l’exploitation des archives. De quoi alimenter les réflexions du réseau rhônalpin dédié aux archives sonores, où la question du traitement et de la mise en accès des fonds sonores est une problématique cardinale.

CONSULTEZ LE PROGRAMME COMPLET ICI

11 AVRIL 2016
Columbia Global Centers, Reid Hall
4 rue de Chevreuse
75006 Paris

Visuel : Florent Bodart

Adoptions musicales ?

ESCALE SONORE DU JEUDI 31 MARS 2016 AU RIZE
23 rue Valentin Hauy // 69100 Villeurbanne
« Musiques de cœur et d’adoption« 

Depuis 2008, Le Rize et le CMTRA mènent ensemble un projet de recherche-action dédié aux pratiques et mémoires musicales des habitants de Villeurbanne. Les Escales Sonores sont des soirées organisées deux à trois fois par an au Rize, destinées à faire résonner ces musiques collectées dans la vie quotidienne du territoire, et à questionner par leur prisme les parcours de vie des habitants qui les jouent, les entonnent et les transmettent. Si nous avons souvent privilégié une entrée territoriale pour donner à voir et à entendre les patrimoines musicaux de la ville (musiques d’Italie, du Maghreb, d’Espagne, d’Arménie…), nous cherchons de plus en plus à les aborder par un angle thématique permettant de croiser les regards, les pratiques et les répertoires de musiciens issus de différentes aires culturelles. Après les « Musiques sacrées » ou les « Mondes d’amour en musiques« , la prochaine Escale Sonore sera consacrée aux « Musiques de cœur et d’adoption ».  Késako ?

Vous avez forcément déjà croisé un spécimen de cette espèce, peut-être même en connaissez-vous personnellement : un breton qui se met au chant diphonique mongol, une ardéchoise qui adopte  le oud arabo-andalou, un parisien qui se prend de passion pour la samba et vole vers Rio comme on part en pèlerinage, un premier prix du conservatoire de Versailles qui troque la flûte traversière pour les flûtes du Rajasthan etc. C’est à ces figures de l’immersion, de l’adoption, de la conversion musicale que nous nous intéresserons ce JEUDI 31 MARS à partir de 17h30, au Rize.

Ces histoires de vie sont passionnantes, car elles incarnent à l’échelle d’une vie de musicien tous les petits riens qui composent la rencontre d’une culture qui a priori, n’avait rien à voir avec la notre. Ces trajectoires mettent en lumière toutes les opérations de traduction nécessaires à ce que cette rencontre ait lieu, tous les malentendus, les hasards, les épreuves et les déceptions  qui pavent le chemin de l’imprégnation d’une culture musicale de laquelle rien ne nous est acquis d’avance. Ces histoires nous parlent aussi de transmission et de dialogue interculturel, des gestes, des mots, des odeurs et de toutes les choses indicibles par lesquelles un monde culturel devient perméable et appropriable. Elles nous conduisent à questionner enfin, comme en miroir, nos propres dispositifs de médiation, d’éducation musicale destinés à des publics pluriels.

Au programme de la soirée :
À 17h30 dans la Médiathèque : un atelier chansons des Balkans pour petits et grands, assuré par Juliette Delachaux (violon), Didier Laurencin (bouzouki) et Alexandre Michel (clarinette), tous trois musiciens de la Bande à Balk.

À 18h30, dans l’espace Cafétéria : écoute collective d’un documentaire sonore, suivie d’une discussion avec le public en présence de :
Talia Bachir-Loopuyt (ethnomusicologue),
Arnaud Didierjean (spécialiste du chant Dhrupad),
– Aurélien Galichet (guitariste flamenco),
-Didier Laurencin (ethnologue et musicien, spécialiste des percussions cubaines et du rebetiko grec).

À partir de 20h30, place aux concerts avec le Trio Janela – Semeurs de Samba, et la Bande à Balk.

Venez nombreux ! Et pour toute question n’hésitez pas à nous appeler ou nous écrire :
laura.jouve-villard@cmtra.org // 04 78 70 45 47

 

 

« Mes voisins »

Depuis le 20 septembre 2015, les Archives Municipales de Saint-Etienne accueillent une exposition d’envergure autour de l’histoire culturelle des migrations dans la ville. « Saint-Etienne Métropolitaine. Des migrations dans la ville » dresse son portrait, telle qu’elle a été façonnée par la diversité des habitants qui la composent.

st é cosmopolitaine

Cette exposition a ouvert le champ, pour cette saison  stéphanoise 2015 / 2016, à la diversité des initiatives locales dédiées à une meilleure connaissance et reconnaissance des patrimoines culturels issus de l’immigration, et leur rôle dans l’histoire de ce territoire.

C’est le cas du projet « Mes voisins. Récits de l’immigration et l’installation en France » accueilli par le centre social Le Babet. Une exposition sur la mémoire de l’accueil associatif des étrangers en Rhône-Alpes est installée depuis le 17 mars dans l’espace galerie du centre. Jusqu’au vendredi 25 mars, de 11h à 18h une collecte participative de témoignages et de photographies est proposée par Benjamin Vanderlick, ethnologue-photographe et coordinateur du réseau Traces et par Péroline Barbet, collectrice et réalisatrice sonore. Enfin, une projection-rencontre publique autour des créations multimédias réalisées avec les habitants-collecteurs ayant pris part au projet sera organisée le mercredi 30 mars à 18h.

N’hésitez pas à aller découvrir cette initiative proche de nos actions et préoccupations dans le cadre du projet « Comment sonne la ville« , présenté dans un précédent billet.

Pour toute information sur « Mes voisins », contacter Le Babet :
04 77 33 33 92 ou à secretariat@mqbabet.fr

« Sous le soleil marocain »

« Sous le soleil marocain » est une chanson interprétée par Germaine Panel, habitante du Pilat (Loire), et collectée par Jacques Bardot en 1980.

La chanson a été écrite en 1925 et est aujourd’hui considérée classée au répertoire des chants d’engagement communiste. À cette époque, la France est engagée dans la guerre du Rif (territoire berbère, rural et montagneux du Nord du Maroc), l’un des sombres épisodes sombres de notre histoire qui a bien peu marqué la mémoire collective. Sur le territoire marocain sous protectorat depuis 1912, armées françaises et espagnoles se sont opposées de 1921 à 1926 à l’Armée de libération du monde musulman, mouvement de rébellion rifaine dirigé par Abd el-Krim.

Figure d’opposition aux impérialismes, le Parti Communiste Français (PCF) a, au début de la même décennie, signé son adhésion à la IIIe Internationale dont l’une des conditions était de soutenir les mouvements de rébellion anticolonialiste. Toutes les gauches, françaises et espagnoles, s’unissent en 1925 autour d’un vaste mouvement de grèves et de manifestations, particulièrement suivi par la jeunesse, alliant soutien à Abdelkrim et anticapitalisme, en France autour du « comité central d’action contre la guerre du Rif et les impôts Caillaux. ».

« Sous le soleil marocain » est écrite dans ce cadre militant en 1925, année de l’entrée de l’Espagne dans le conflit du Rif, alors déjà bien entamé. La chanson fait partie d’un corpus attribué au PCF, dans lequel l’on en retrouve d’autres aux titres encore plus explicites, tels que « Le Maroc aux marocains ». Exigeant le retour à la paix, l’indépendance de la République du Rif et le retrait des troupes françaises, ces chansons populaires antimilitaristes constituent un trouble à l’ordre public pour le gouvernement. Les arrestations sont nombreuses et les chansons les plus ouvertement engagées contre la guerre du Rif, censurées aussitôt connues du public.

On retrouve dans les paroles de « Sous le Soleil Marocain » les trois piliers phares du PCF de l’époque : anticapitalisme, antimilitarisme, anticolonialisme. L’anticapitalisme est présent dès le premier couplet par la référence à la misère économique extrême du personnage central. L’antimilitarisme apparaît à travers le personnage d’un jeune soldat engagé de force par son père, séparé de sa compagne et de leur enfant. La souffrance est tachetée d’espoir au premier couplet, de tristesse au second, d’inquiétude de ne jamais connaître son fils qui vient au monde en son absence ; de tragédie au troisième, lorsque le jeune soldat perd la vie, loin des siens, sur un sable sur lequel il n’a jamais souhaité se battre.

Mais des burnous blancs
Et des coups de feu
Alertent le camp
Quand fermant les yeux
Le petit soldat
Tomb’ le cœur troué
En r’voyant là-bas
Ceux qu’il va quitter
Et c’est pour eux, dans un dernier soupir,
Qu’il dit encore, déjà près de mourir.

Sous le soleil marocain
Adieu ! adieu ! mon enfant, ma jolie
Au pays des rifains
Sans vous revoir, je vais quitter la vie
Dans le sable sans fin
Sans vos baisers, je connais l’agonie
Seule une croix, demain sera mon destin
Sous le soleil marocain

Alors que le souvenir de la guerre du Rif a été, dès la fin du conflit, volontairement occulté, « Sous le soleil marocain » a perduré dans le répertoire français. Certainement la chanson était-elle relativement tolérée bien que produite par une idéologie qui était loin de faire l’unanimité. Paradoxalement et par déformation, vidée de sa dimension politique, la chanson a pu être rangée dans le répertoire des « chansons coloniales » ou « exotiques » car usant effectivement d’un registre quelque peu stéréotypé qui rappelle des chants pro-coloniaux servant pourtant la cause opposée. André Perchicot, le chanteur qui rendra populaire cet air, interprétera quelques années plus tard: « Ah! que c’est beau l’exposition« , louant l’exposition coloniale de 1931, pourtant ouvertement pro-colonialiste et boycottée par le PCF.

Pour aller plus loin…

>Consultez La chanson française et son histoire, par Dietmar Rieger.
>L’article scientifique « Magnifier, rigoler, oublier, protester… Complaintes de soldats sous les tropiques », par Alain Ruscio.
>Celui de Jacques Cremadeills pour Les cahiers de la Méditerranée, sur la position du PCF pendant la guerre du Rif 

Visuel : Partition « Sous le soleil marocain » par Perchicot