Escale Sonore sur les musiques arméniennes

Le CMTRA, en partenariat avec Le Rize – Centre Mémoires et Sociétés de Villeurbanne, organisent le jeudi 3 décembre 2015 à partir de 17h une « Escale Sonore » sur les musiques arméniennes.

En hommage au centenaire du génocide, c’est auprès des musiques arméniennes d’ici que nous ferons escale pour ce dernier rendez-vous de l’année 2015.  De l’art médiéval des bardes jusqu’au jazz en passant par les monodies religieuses et les chants de mémoire et d’exil, les musiques d’Arménie sont à l’image de son histoire et de sa géographie :  à la croisée des langues et des sonorités du Caucase, au cœur des grands rassemblements populaires, et dans l’écho des traumatismes collectifs traversés. Quel rôle jouent-elles dans la transmission d’une histoire et d’une culture communes au sein de la diaspora ? Que sont les musiques traditionnelles d’Arménie d’ici et maintenant, qui les pratique, où résonnent-elles ?

Consulter le programme complet de la soirée ici

Les Escales Sonores sont des rendez-vous trimestriels consacrés aux pratiques et mémoires musicales des habitants de Villeurbanne. A partir de recherches de terrain et d’enregistrements menés par l’équipe du CMTRA, chaque Escale propose un atelier de transmission musicale, un moment d’écoute collective d’un documentaire sonore, des rencontres avec des musiciens du territoire et des concerts.

Crédits illustration :  Maïda Chavak, « Erevan », 2012/2013

Vers un Ethnopôle « Musiques, Territoires et Interculturalité » en Rhône-Alpes

iconePdfDocument préparatoire au Projet Scientifique et Culturel du CMTRA

Depuis près de deux ans, le CMTRA est engagé dans un travail de préfiguration à sa labellisation comme « Ethnopôle« . Ce titre est délivré par le Ministère de la Culture (département du pilotage de la recherche /  Dir. générale des Patrimoines) aux structures promouvant « une réflexion de haut niveau s’inscrivant tout à la fois dans les grands axes de développement de la discipline ethnologique et dans une politique de constitution des bases d’une action culturelle concertée ».

Après vingt-cinq années de collectage musical, de documentation sonore, d’édition plurimédia, d’actions culturelles et artistiques, le CMTRA a le souhait de réformer son projet de structure, afin de peu à peu la constituer comme un lieu de ressources et d’expertise sur la question des patrimoines musicaux et de l’interculturalité à l’échelle régionale et nationale.

Un premier travail de préfiguration a été mené en ce sens par l’ethnologue Talia Bachir-Loopuyt, ayant abouti à la rédaction d’un rapport issu de six mois d’observation participante au cœur des projets du CMTRA tels qu’ils se développent dans le quotidien de la structure, et de retour analytique sur l’évolution de ses pratiques, ses méthodes et ses objets d’engagement depuis 1991, année de sa fondation.

Grâce à ce travail de retour réflexif et analytique sur le travail mené depuis 25 ans, et grâce au soutien du Conseil Scientifique du CMTRA nouvellement constitué, nous avons pu entamer la rédaction du projet scientifique et culturel de la structure à dérouler dans les prochaines années, ainsi qu’un programme d’actions à mettre en place en partenariat étroit avec le monde de la recherche scientifique et des institutions patrimoniales.

Ce document préparatoire est consultable en tête d’article. N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires !

Réunion fondatrice du conseil scientifique du CMTRA

Le vendredi 30 Octobre 2015 se tient la réunion fondatrice du Conseil Scientifique du CMTRA.

Rassemblant une quinzaine de personnes issues de différents champs de la recherche et de l’action culturelle, cette instance est destinée à être une force de proposition, de conseil et d’accompagnement dans la définition et la mise en œuvre du projet scientifique et culturel du CMTRA.

Dans la continuité des échanges qu’il mène depuis près de 25 ans avec des chercheurs de différents horizons, le CMTRA a souhaité en 2015 créer un conseil scientifique afin de pérenniser une réflexion collective associant chercheurs et acteurs culturels autour des  patrimoines musicaux et de l’interculturalité.  Le conseil scientifique est destiné à nous accompagner dans la définition d’un programme d’actions de médiation scientifique et culturelle à dérouler dans les trois prochaines années. La réunion fondatrice du 30 Octobre marque une étape importante dans le processus de réflexion concertée que le CMTRA mène depuis plusieurs années en faveur d’une réelle coopération entre artistes, chercheurs, acteurs culturels et patrimoniaux des « mondes de la musique ».

Consulter la liste des membres du Conseil Scientifique du CMTRA.

Crédits illustration : « Why Mindmap ? » Mindmaps on Mindmapping, ©1993, Prof Rolf A. Faste, Stanford University.

« Des mondes d’amour en musique »

coeur-seulLe jeudi 16 Juillet 2015 a eu lieu la seconde Escale Sonore de l’année, autour du couple « Amour et Musiques ».  Des habitants-musiciens de Villeurbanne et la Chorale Intergalactique coordonnée par le CMTRA nous ont fait voyager à travers une myriade de façons de dire, chanter, jouer et orchestrer les élans de chairs et d’âmes suivant les territoires et les cultures.

Ces rendez-vous trimestriels proposés par le CMTRA et le Rize – Centre Mémoires et Sociétés,  sont nés en 2013 et proposent aux musiciens, étudiants, curieux et passionnés des soirées de découverte d’un répertoire ou d’une thématique originale explorant les patrimoines musicaux des habitants de Villeurbanne. Ces soirées sont ponctuées d’ateliers de transmission, de moments d’écoute collective d’un documentaire sonore, de rencontres avec les musiciens et de concerts.

La soirée « Des mondes d’amour en musiques » a ainsi accompagné la sortie de résidence artistique de la compagnie de théâtre Anda Jaleo, qui pendant son année passée au Rize avait décidé de « mettre de l’amour plein la ville« .

L’écoute collective de « Mère_émoi », un magnifique documentaire sonore de Péroline Barbet,  compagne de longue route du CMTRA, ainsi que les échanges qui ont suivi avec le public nous l’ont bien montré : l’amour peut être un immense terrain d’exploration ethnomusicologique. En attendant la publication dans ces pages d’un petit dossier documentaire à l’issue de cette escale amoureuse, nous vous invitons à lire ce très riche article de l’anthropologue Carmen Bernand : « Le coeur brisé et les larmes noires. Survol sur l’amour en musique », consultable en ligne sur le site ethnographique.org.

Plus largement, sur la thématique « Musiques et émotions », ne pas manquer les écrits de la philosophe Sandrine Darsel. L’ntroduction de son ouvrage De la musique aux émotions : Une exploration philosophique paru aux Presses Universtitaires de Rennes en 2009 est consultable ici.

Enregistrements du Congrès du Caire (1932)

115162107

La BNF, en partenariat avec l’émirat d’Abou Dhabi et sous la direction scientifique de l’ethnomusicologue Jean Lambert, viennent de publier l’intégralité des enregistrements du mythique Congrès de musique arabe du Caire de 1932, en un coffret de dix-huit CD accompagnés d’un livret de 250 pages. Un important travail de restauration, mené par Luc Verrier (expert en numérisation et préservation numérique des documents audiovisuel) a été nécessaire pour rendre publiques ces archives sonores issues d’un des premiers forums d’envergure internationale consacré aux musiques non-européennes. Le Congrès du Caire, commandé par le Roi Fouad et le gouvernement égyptien dès 1929, visait à réunir les plus grands compositeurs et musiciens du monde islamique autour d’un projet de système modal unique qui serait reconnu par toutes les musiques arabes.  Premier congrès musicologique rassemblant des spécialistes et artistes des mondes arabes et européens, il s’agit aussi d’un des premiers rendez-vous internationaux destiné à collecter, enregistrer et archiver des interprétations de référence des musiques traditionnelles du Maghreb et du Proche-Orient. Le Congrès du Caire joua enfin un rôle majeur dans l’invention des contours identitaire d’une « musique arabe ».

Lire l’article de Jean Lambert : « Retour sur le Congrès de Musique Arabe du Caire de 1932. Identité, diversité, acculturation : les prémisses d’une mondialisation« . Actes du Congrès des Musiques dans le Monde de l’Islam, Assilah, 8-13 Août 2007.

Crédit illustration : image de couverture du vinyle édité par les archives sonores de la Phonothèque Nationale (BNF) avec le concours de l’Institut du Monde Arabe en 1988.

Le carnet du CMTRA