Séminaire « lieux et acteurs de l’ethnologie en France »

Le lundi 8 février se tiendra la première séance du séminaire mensuel « Lieux et acteurs de l’ethnologie en France (1945-1975) organisé par Christian Hottin et Yann Potin. Chacune des six séances aura lieu dans la salle du foyer du Ministère de la Culture et de la Communication, et sont toutes dédiées à la mémoire de Daniel Fabre, brutalement disparu le 24 Janvier 2016. La première rencontre sera consacrée à un tableau des institutions de recherches et musées ethnologiques à l’issue du second conflit mondial. Deux intervenants ont été conviés à mener un dialogue croisé :

  • Christine Laurière (chargée de recherches au CNRS, IIAAC/LAHIC) :  « Le musée de l’Homme dans la tourmente de la guerre et de l’Occupation. Conséquences pour la reconstruction d’après-guerre »
  • Arnauld Chandivert (maître de conférences en Ethnologie, Université de Montpellier, CERCE): « « L’histoire en parallèles: du musée de l’Homme au « musée français » (1937-1952) »

Les prochaines séances. auront lieu les 21 mars, 11 avril, 2 mai, 30 mai et 27 juin prochains.

Visuel : Galerie du Musée d’Ethnographie du Trocadéro ©MNHN

“Le Mont Pilat”

La chanson du Mont Pilat est un hymne dédié aux beautés paysagères et environnementales de ce Parc Naturel Régional du département de la Loire. Elle est ici interprétée par Louis Ericher, Josette et Yvonne Chavas, accompagnés par une salle de spectateurs réunis par l’association « Visages de notre Pilat« , dans la commune de Pélussin. L’enregistrement a été réalisé le 27 novembre 1982 par Jacques Bardot.

« De Pilat il faut que je chante
Toute la sauvage beauté
La ferme, les rochers, les sentes,
Les bois, le ruisseau tant coté »

La chanson fait notamment référence au Gier, fine rivière durant l’été, abondant cours d’eau l’hiver qui depuis l’Antiquité abreuve cette vallée historiquement industrieuse, l’une des premières de France. Encadré par les exploitations minières stéphanoises, les industries métallurgiques givordines et les verreries de Rive-de-Gier, le Pilat du milieu du XXe siècle est à l’image des cantons qui le bordent au nord : un territoire à la fois rural et urbain où se côtoient pêle-mêle agriculture, forges, vignes, mines, élevages, verreries, fruits, moulinage, tissage de la soie, artisanat, industrie lourde…

« L’industrie sait lui rendre hommage
Et le traite à l’égal d’un roi,
Car sans lui beaucoup de rouages
Seraient immobiles et sans voix.« 

En cette soirée de novembre 1982, Jacques Bardot s’est glissé parmi les spectateurs du Visage de notre Pilat pour venir y collecter des chants et des mélodies qui font résonner l’histoire locale de ces terres que l’on raconte peu : chansons de Mai, chant de Saint-Martin, chants de carnaval, chants de Joute… Nous aurons l’occasion de revenir dans ce carnet vers ce répertoire aux multiples visages glané par Jacques Bardot. Multi-instrumentiste, membre fondateur de la fameuse Bamboche, il a en effet rassemblé l’une des plus importantes collections sonores sur les  musiques traditionnelles, chants en francoprovençal, airs de joutes, fanfares et fêtes locales du département de la Loire. Ce fonds, déposé au CMTRA, est en cours de catalogage sur le portail rhônalpin du Patrimoine Oral.

Pour écouter d’autres enregistrements de cette soirée à Pélussin, consultez l’enquête complète sur notre base de données !

VisuelVue sur la Vallée de Véranne depuis le Mont Pilat
Photo réalisée par Christophe SZYMCZAK – Flickr.com.

« Andriamanitra ô »

Nous avons rencontré José Ralaivitanaviro en 2011, soit huit ans après son arrivée en France. Il habite aujourd’hui à Villeurbanne avec sa femme Audrey, animatrice d’ateliers d’éveil à la danse et passionnée de culture malgache (elle y a consacré un mémoire de maîtrise d’anthropologie à l’Université de Lyon 2). De cette enquête chaleureuse scandée de chants religieux et profanes, de commentaires sur le rôle de la musique dans la vie quotidienne et rituelle des malgaches, nous avons extrait une chanson, entonnée à deux voix,  celles de José et Audrey Ralaivitanaviro, et une guitare, celle de leur ami Jean de Dieu.

Andriamanitra est littéralement un « prince parfumé ». Ce terme désigne la divinité, l’Être Suprême, les morts ou les manifestations mystérieuses en général. La référence olfactive proviendrait d’une croyance séculaire, selon laquelle une odeur suave et sucrée se ferait sentir par les prophètes, juste avant qu’une manifestation divine ne s’impose à eux. Andriamanitra serait un Dieu sans nom propre, sans image, une énergie primordiale. Le chant « Andriamanitra ô », s’il appartient au répertoire des chants chrétiens protestants, est connu de toutes et tous. Il accompagne fêtes, mariages, enterrements, réunions familiales et représente une adresse à cette divinité totale. José Ralaivitanaviro en traduit quelques vers : Dieu je t’appelle, je voudrais te rencontrer, viens m’assister, j’ai soif de toi, je t’attends, tu es mon rayon de soleil qui se lève le matin ».

D’autres chants sont interprétés par Audrey, José et Jean lors de cette collecte réalisée à leur domicile le 14 avril 2011. N’hésitez pas à la consulter en entier !

Pour aller plus loin…
> Dieu dans la tradition malgache, Pietro Luopo, éditions Karthala, 2006 (cf le compte-rendu d’ouvrage).> « Faire danser les morts« , un reportage passionnant consacré aux musiques du sud de Madagascar et aux travaux de Julien Mallet, ethnomusicologue spécialiste du Tsapiky.
> Une interprétation de « Andriamanitra ô » par le groupe malgache « Vetson_Kira ».

Visuel : Nasa Visible Earth

RÉINTERPRÉTER LES ARCHIVES MUSICALES

Comme nous l’avions détaillé dans un précédent billet, la BNF, en partenariat avec l’émirat d’Abou Dhabi et sous la direction scientifique de l’ethnomusicologue Jean Lambert, ont récemment publié l’intégralité des enregistrements du mythique Congrès de musique arabe du Caire de 1932, en un coffret de dix-huit CD accompagnés d’un livret de 250 pages.

Après une présentation de ce coffret par Jean Lambert, Chérif Khaznadar (président de la Maison des Cultures du Monde), et Pascal Cordereix, directeur du services des documents sonores à la BNF, le chanteur syrien Hamam Khairy accompagné de trois musiciens(oud, qanûn et contrebasse) ont proposé une réinterprétation contemporaine de ces musiques anciennes. De quoi nous  convaincre entièrement que le souci de perpétuation de répertoires et de pratiques musicales est indissociable des campagnes de numérisation…mais pas seulement ! Reste leur réappropriation et leur diffusion en livre, en ligne, en scène.

Image de Une : captation d’une archive photographique du Congrès du Caire diffusée par Chérif Khaznadar pendant sa présentation (à 10’40)

Archives sonores et création

Comment l’enregistrement d’un son produit par un brossage de dents, un conflit armé ou le cri d’un phoque peuvent-ils devenir des ingrédients de création musicale ? Le public de la conférence internationale de Europeana Sounds sur le « futur des sons historiques »  a été invité à se pencher sur la question grâce à l’intervention-performance de Matthew Herbert, musicien et compositeur anglais. Documentalistes, ingénieurs, historiens, ethnologues, directeurs de services audiovisuels : nous sommes nombreux à affirmer l’extrême importance du travail de contextualisation pour assurer à un document d’archive une lisibilité ainsi qu’une intelligence et une éthique de diffusion.

Or parfois, nous prouve Matthew Herbert, plonger dans un son avec une méconnaissance totale de son contexte, mais avec une intention esthétique, peut nous conduire à l’écouter avec une toute autre acuité. La découverte, postérieurement à l’écoute, de la situation, de l’objet, de la personne ou de l’époque qui ont été enregistrés, génèrent des prises de conscience (d’ordre politique, selon M.Herbert) et des réflexions qui n’émergeraient pas nécessairement avec des dispositifs d’écoute « clefs en main ».

Preuve en actes : à partir d’un corpus d’enregistrements issus des collections d’Europeana Sounds, Matthew Herbert a proposé au public international réuni à la Bibliothèque Nationale de France sa propre interprétation de la portée créatrice des archives sonores.

Évidemment, cet usage sciemment décontextualisé soulève ses questionnements  : jusqu’où peut-on taire la provenance de certains documents (question éthique) ? Jusqu’où le silence total autour de l’archive sonore permet-il l’expérience sensible (question esthétique) ? A partir de quand le « paratexte » devient-il nécessaire (question sémiologique) ? Il faut aller au bout de la captation de l’intervention de Matthew Herbert (à 50′) pour entrer de plein pied dans ces questions que soulèvent l’usage artistique des archives sonores. On peut regretter qu’elles ne soient pas plus approfondies, mais la question posée in extremis par une des personnes du public permet au moins de les faire émerger.

Pour aller plus loin…
– Sur la thématique création artistique et archives (audiovisuelles, littéraires, photographiques etc.), voir le rapport du groupe de recherche « Archives et création : nouvelles perspectives sur l’archivistique » financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (Programme Savoir, 2013-2016

– Plus spécifiquement sur archives sonores et création, consulter les publications du compositeur, vidéaste et chercheur en Sciences de l’Information Simon Côté-Lapointe (Univ. de Montréal)

Image de Une : « Le corps orchestre« , © Cécile Hug