Archives sonores et création

Comment l’enregistrement d’un son produit par un brossage de dents, un conflit armé ou le cri d’un phoque peuvent-ils devenir des ingrédients de création musicale ? Le public de la conférence internationale de Europeana Sounds sur le « futur des sons historiques »  a été invité à se pencher sur la question grâce à l’intervention-performance de Matthew Herbert, musicien et compositeur anglais. Documentalistes, ingénieurs, historiens, ethnologues, directeurs de services audiovisuels : nous sommes nombreux à affirmer l’extrême importance du travail de contextualisation pour assurer à un document d’archive une lisibilité ainsi qu’une intelligence et une éthique de diffusion.

Or parfois, nous prouve Matthew Herbert, plonger dans un son avec une méconnaissance totale de son contexte, mais avec une intention esthétique, peut nous conduire à l’écouter avec une toute autre acuité. La découverte, postérieurement à l’écoute, de la situation, de l’objet, de la personne ou de l’époque qui ont été enregistrés, génèrent des prises de conscience (d’ordre politique, selon M.Herbert) et des réflexions qui n’émergeraient pas nécessairement avec des dispositifs d’écoute « clefs en main ».

Preuve en actes : à partir d’un corpus d’enregistrements issus des collections d’Europeana Sounds, Matthew Herbert a proposé au public international réuni à la Bibliothèque Nationale de France sa propre interprétation de la portée créatrice des archives sonores.

Évidemment, cet usage sciemment décontextualisé soulève ses questionnements  : jusqu’où peut-on taire la provenance de certains documents (question éthique) ? Jusqu’où le silence total autour de l’archive sonore permet-il l’expérience sensible (question esthétique) ? A partir de quand le « paratexte » devient-il nécessaire (question sémiologique) ? Il faut aller au bout de la captation de l’intervention de Matthew Herbert (à 50′) pour entrer de plein pied dans ces questions que soulèvent l’usage artistique des archives sonores. On peut regretter qu’elles ne soient pas plus approfondies, mais la question posée in extremis par une des personnes du public permet au moins de les faire émerger.

Pour aller plus loin…
– Sur la thématique création artistique et archives (audiovisuelles, littéraires, photographiques etc.), voir le rapport du groupe de recherche « Archives et création : nouvelles perspectives sur l’archivistique » financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (Programme Savoir, 2013-2016

– Plus spécifiquement sur archives sonores et création, consulter les publications du compositeur, vidéaste et chercheur en Sciences de l’Information Simon Côté-Lapointe (Univ. de Montréal)

Image de Une : « Le corps orchestre« , © Cécile Hug

 

La diffusion des archives sonores

Comment valoriser le patrimoine sonore et le rendre accessible au plus grand nombre, et pourquoi le faire ? Quels types d’informations et de descriptions doit-on attacher aux documents afin que ceux-ci soient les plus lisibles possible, y compris pour le public des siècles prochains ? Les outils numériques comportent des avantages certains pour la mise en accès du patrimoine sonore : en attestent les projets présentés par les intervenants invités à la première table-ronde du congrès « Europeana Sound – Le futur des sons historiques« .

Autour de cette table intitulée « De l’enregistrement à l’écoute : pourquoi et comment donner accès au patrimoine sonore ? » étaient ainsi réunis les représentants de différentes structures.

  • Alexis Rossi, directrice médias et accès au sein du plus grand organisme d’archivage numérique du web : « Internet Archive« .
  • Aude Julien-Da Cruz Lima, chargée des archives sonores du Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM / CNRS).
  • Pascal Cordereix, conservateur et responsable du service des documents sonores  au département de l’audiovisuel à la Bibliothèque Nationale de France.
  • Steen Kaargaard Nielsen, professeur associé au département de dramaturgie et de musicologie à l’Université d’Aarhus au Danemark. Il mène un travail de recherche sur les plus anciens enregistrements sonores danois (la « collection Ruben« , enregistrée à Copenhague dans les années 1890).

De quoi alimenter nos réflexions sur la valorisation des sources du patrimoine oral de la région Rhône-Alpes, question qui occupe particulièrement les membres du réseau documentaire régional que coordonne le CMTRA.

Pour aller plus loin…
– Consulter le rapport de la conférence.
– Lire ou parcourir la véritable Bible de l’historienne Florence Descamps : L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, disponible en accès ouvert sur open edition books.
Suivre assidûment le carnet de recherche de Valérie Ginouvès.

Image de Une :
Dot Records, 1968

« La Liaudainna »

« La Liaudainna », chant en francoprovençal interprété par Benoît Teppe à Marboz, dans l’Ain. Enregistrement réalisé le 29 Octobre 1979 par Agnès et Sylvestre Ducaroy.

On pourrait dire de ce chant traditionnel en francoprovençal qu’il est l’hymne de la Bresse, ce « pays » rural à cheval entre l’Auvergne, Rhône-Alpes et la Bourgogne. Le francoprovençal est une langue régionale presque méconnue du territoire français. Elle n’appartient ni aux langues d’Oc ni aux langues d’Oïl, mais constitue une autre famille des langues gallo-romanes dérivées du latin, possédant sa propre histoire et sa propre évolution. Langue transfrontalière, le francoprovençal est parlé dans la plupart des départements de la Région Rhône-Alpes (Ain, Loire, Rhône, Isère, Savoie et Haute-Savoie) mais également en Suisse Romande et, au-delà des Alpes, en Val d’Aoste. Elle constitue l’un des seuls marqueurs culturels commun aux différents « pays » de la région.

Au sein des communautés et collectifs de patoisants, la musique a toujours été un moyen privilégié de transmettre les idiomes régionaux et les pratiques culturelles qui l’accompagnent. Dans le pays bressan, les fêtes des conscrits (historiquement originaires de Villefranche-sur-Saône) ont grandement participé à garder vivace un répertoire de chants et d’airs instrumentaux propres à ce territoire. La Liaudainna (« Ma Claudine« ) déroule sur cinq couplets les déboires d’un jeune homme amoureux voyant l’élue de son cœur partir vers les bras d’un autre. Aussi bien chantée que jouée, La Liaudainna se retrouve immanquablement dans les fonds sonores de tous les collecteurs qui se sont intéressés aux répertoires bressans. Sylvestre Ducaroy, spécialiste de la cornemuse, a consacré son DEA d’ethnologie à l’EHESS sur la tradition des conscrits. Combien de Liaudainna a-t-il enregistré tout au long de sa trajectoire de chercheur-musicien ? Ici au CMTRA, nous en dénombrons pour l’heure pas moins de 12 interprétations…et il reste plus de la moitié de sa collection sonore à documenter et à mettre en ligne. En voici quelques-unes issues de la campagne de documentation 2015, pour laquelle nous avons reçu une aide de la BNF (dans le cadre du programme pôle associé BNF / FAMDT)

Pour aller plus loin…
Voir l’Atlas Sonore « Les Conscrits en Bresse : tournées, banquets et défilés » réalisé par Eric Montbel, produit par l’ADDIM de l’Ain et le CMTRA en 1993.

Visuel : Jean-Luc Maréchal, site web « Bresse-Revermont ».

Comment l’Auvergne a fait danser Paris

Quel est le point commun entre la cabrette auvergnate, l’accordéon italien et les bals musette de Bastille ? La réponse en un nom : Antonin Bouscatel, un illustre cabretaïre originaire du Cantal qui avec ses amis musiciens de la communauté auvergnate du Paris des premières heures du XXe siècle, va durablement marquer l’histoire de la vie nocturne et de la scène musicale de la capitale.

Ecouter en ligne le documentaire sonore

C’est cette histoire qu’a entrepris de nous raconter l’auteure d’un documentaire sonore de 53 minutes, diffusé par  « La Fabrique de l’Histoire » sur France Culture et consultable en podcast. Péroline Barbet, les auteurs de ce carnet la connaissent bien : réalisatrice et archiviste sonore, elle a été responsable de la conservation et de la valorisation du centre de ressources du CMTRA pendant près de 10 ans. Elle a réunit ici un très riche matériel documentaire fait d’archives sonores et manuscrites, de recherches bibliographiques pointilleuses et d’entretiens récents. Parmi ces témoignages nous retrouvons ainsi la voix d’Eric Montbel, l’un des fondateurs du CMTRA en 1991, collecteur-musicien, spécialiste de la cornemuse à miroir du Limousin.

Se dessine donc entre les lignes de vie de ce fameux “Bousca” une vie culturelle parisienne tanguant entre expansion urbaine et immigrations rurales. La capitale des musiques du monde commence peut-être ici, avec l’invention de métissages culturels alors inédits. Lorsque la cabrette de Bousca rencontra l’accordéon des italiens, ce que nul musicien n’avait fait avant lui, ainsi que les banjos et les rythmes tziganes, s’esquissait alors la naissance de ce qui nous apparaît aujourd’hui comme ce que la France compte de plus “traditionnel” : le bal musette.

Pour aller plus loin…
Voir le livre d’André Ricros et Eric Montbel publié par l’AMTA, 2015 :
Bouscatel – Le Roman d’un Cabretaïre

Image de une : « Bal des trois colonnes au 51 rue de Lappe », collection personnelle André Ricros.

Une petite sieste musicale ?

Dans le cadre du cycle « Jardin du Monde » proposé par le CCO de Villeurbanne, le CMTRA organise le mardi 9 février à 17h30 une sieste musicale afterwork :  une berceuse sénégalaise, un chant judéo-espagnol, une chanson de mariage venue d’Algérie… tous ces morceaux ont été collectés à Villeurbanne. Des comptines, des chansons d’amour, en français, espagnol, bambara et en turc forment un paysage sonore insoupçonné à découvrir.

Elle sera suivie par une « discussion de transat » sur le thème protéiforme des musiques roms et tsiganes, puis par une soirée de concerts à prix libres.

Programme complet et infos pratiques ici.