Conférence de François Laplantine à Lyon

Processus de métissage et modes de connaissance
Enjeux épistémologiques, éthiques et politiques
 Conférence de François Laplantine (Université Lumière Lyon 2)
Discutant : Laurent Denizeau  (Université Catholique de Lyon)
 
Jeudi 10 mars 2016 – 18h-20h
Amphi Alain Mérieux, Campus Saint-Paul
(10, place des Archives, 69002 Lyon)
Entrée libre sur inscription
À partir d’observations menées principalement au Brésil et au Japon concernant la rencontre et la transformation des langues, des cultures et des formes esthétiques, cette conférence proposera une pensée du métissage qui suppose d’abord une expérience de la désappropriation et de la reconnaissance de l’altérité en nous.

À la lumière de la situation actuelle (nihilisme qui n’a rien d’« islamique », montée symétrique des xénophobies, crise des institutions représentatives) cette pensée est aujourd’hui une pensée de la résistance tant à un universalisme arrêté et à un laïcisme borné qu’à l’exacerbation des particularismes identitaires. Elle ouvre une autre voie de la connaissance qui n’est ni celle de l’homogène ou de l’hétérogène, de la fusion ou de la disjonction, des modèles visant l’intégration totale par dissolution des singularités ou de ceux préconisant le repli sur les origines.

Nous nous demanderons comment désintriquer l’universel de l’universalisme et en particulier de l’universalisme dit « républicain » et nous affranchir du couple de l’universalisation et de la relativisation, de l’indifférenciation et de la séparation ? Comment dire l’universel à l’envers ? Non pas comme donné postulé et a fortiori imposé. Non pas comme principe mais comme processus. Non pas comme être et comme état mais comme devenir et comme éthique.

François Laplantine est anthropologue, Professeur émérite de l’Université Lumière Lyon 2
Laurent Denizeau est enseignant-chercheur en anthropologie à l’Université Catholique de Lyon

Former aux collectes de mémoire

Vendredi 18 mars 2016 / 9h30-17h00
Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris
Entrée libre sur inscription par mail à claire.scopsi@lecnam.net

CONSULTER LE PROGRAMME DÉTAILLÉ DE LA FORMATION

Constituer un réseau d’échange, de réflexion sur les méthodes des collectes de mémoires

Le 10 avril 2014 le projet Mediatore della Memoria, financé par la région Emilie Romagne, a permis d’organiser une première journée d ‘étude consacrée à une rencontre entre chercheurs et associations français et italiens, afin de partager et comparer les expériences et les méthodes de collectes de témoignages oraux. Les textes des deux conférences introductives sont publiés dans le numéro 41 du Bulletin de l’AFAS http://afas.revues.org/2936. Cette première expérience a confirmé la richesse d’une confrontation des expériences françaises et étrangères et la présence d’un public varié d’étudiants, historiens, associations, archivistes ou documentalistes audiovisuels, a montré la pertinence d’une approche plurielle ouverte aux milieux académiques institutionnels et associatifs.

La collaboration se poursuit dans le cadre du projet « Passerelle de Mémoires » qui bénéficie d’un financement de la région Ile-de-France pour la réalisation d’une plateforme web de formation en ligne, destinée aux associations porteuses de projets de mémoire http://passerelle.hypotheses.org/.

Cette seconde session a pour thème « former aux témoignages oraux et collectes de mémoire ». Nous souhaitons y faire le point sur les compétences et méthodes des acteurs des projets de mémoire, en questionnant les programmes des formations universitaires diplômantes, des stages de formation continue et des guides méthodologiques.

En septembre 2015, l’université Paris Est Créteil Val de Marne annonce l’ouverture d’un  Master « Histoire Publique ». Au même moment l’université de Modène et Reggio Emilia annonce l’ouverture du premier Master d’Histoire publique italien. Il nous semble important de profiter de cette occasion pour comparer les deux approches et d’évoquer comment les historiens des deux pays répondent à la demande sociale et médiatique de mémoire. Nous ferons ensuite le point sur les formations destinées aux enseignants, associations et particuliers en Belgique, Italie et France : quelles compétences transférer pour favoriser la collaboration entre les citoyens et les professionnels de la mémoire et du patrimoine ? Quels sont les enjeux d’une transmission éducative auprès des jeunes ?

Chants séfarades de Turquie

Ajda Ahu Giray est une musicienne et chanteuse turque installée à Lyon depuis 2004. Nous l’avons rencontrée en 2008, à l’époque où elle suivait une formation musicale auprès de Marc Loopuyt, à l’ENM de Villeurbanne. Elle interprète pour nous ce jour-là deux chants issus du répertoire séfarade turc.

L’amour à distance : « Fasel de Marmara » 

C’est à son arrivée en France qu’Ajda commence à prendre plaisir à chanter de la musique turque, alors qu’elle ne la pratiquait guère dans son pays d’origine. Son répertoire admet depuis un grand nombre de chants issus de fasil originaires des pourtours de la Mer de Marmara. Les fasil sont des suites instrumentales et vocales parmi les plus représentatives de la musique de cour des Sultans d’Istanbul, au cours desquels se côtoyaient chants populaires, airs de louange au prophète ou lamentations.  Le « Fasil de Marmara » raconte une histoire d’amour entre deux jeunes turcs qu’une grande distance géographique sépare. La langue dans laquelle Ajda interprète ce chant est le ladino, un mélange d’espagnol, d’hébreux et d’influences turques, grecques ou bulgares, aujourd’hui très peu pratiquée, et que le répertoire vocal judéo-espagnol contribue à garder vivace.

Une identité transfrontalière : « Si verias a la rana »

La seconde chanson qu’Ajda nous offre est un air populaire mettant en scène une grenouille, une souris, et leurs familles respectives…

Si verias a la rana
asentada en la hornalla
friendo sus buenas fritas
inspartiendo a sus hermanicas.
Ben seni severim,
Çok seni severim.
Si verias al raton
asentado en el canton
mundando sus muezezicas
inspartiendo a sus hermanicas.

On retrouve dans cette chanson populaire la pluralité des influences culturelles qui ont formé ce répertoire que l’on nomme de façon faussement homogène « la musique sépharade d’Orient ». Celle-ci raconte la trajectoire des Juifs séfarades depuis l’Espagne dont ils ont été chassés en 1492. Ces chansons, ces airs profanes ou sacrés, sédimentent sans que l’on puisse les segmenter, les « emprunts ponctuels » faits aux différents systèmes culturels parcourus depuis cinq siècles. C’est ainsi que le lieu de l’identité culturelle sépharade se dissout sur les cartographies du monde arabe, mais se cristallise autour de sa langue, ce ladino qui, suivant les pays où il résonne, s’appelle djudyo, djidiyo, espanyoliko, tetauni, haketiya ou yahudice.

Aujourd’hui, Ajda est retournée à ses premiers amours…la chanson française qu’elle avait découverte pendant ses études au lycée francophone d’Istanbul, et qui une fois son diplôme de Chimie en poche, l’avait décidé à venir vivre sa passion musicale en France, à Lyon. L’année dernière, elle était invitée par l’Institut Français à Jérusalem pour chanter Edith Piaf, dans le cadre des journées internationales de la Francophonie. Une belle manière de perpétuer la nature « déterritorialisée » de ce monde de musiques…

Consultez ici l’enregistrement complet de la rencontre avec Ajda Ahu Giray.

Pour aller plus loin…
> Un article de Sami Sadak : « Transculturalité et identité musicale dans les répertoires judéo-espagnols« , publié en 2007 aux Cahiers d’Ethnomusicologie
> le livret du cycle de concerts programmés en février 2000, à la Cité de la Musique « Turquie : musiques populaires et classiques. Musiques et danses de la Mer Noire ».
> L’ouvrage Traditions poétiques et musicales juives en Occident musulman d’Haim ZAFRANI, paru en 1998 aux éditions Stavit/Unesco

Visuel :
« Mosquée bleue », photo de « tiff_smd« 

“V’tia la Saint Martin qu’approuche”

Extrait en franco-provençal de la chanson de « La Saint-Martin », interprétée par les chanteurs participants aux Rencontres de Lescheroux, commune de l’Ain. Enregistrement réalisé par Les musiciens routiniers le 15 mars 1981.

Historiquement, la fête de la Saint-Martin, le 11 novembre, est une tradition qui remonterait au Moyen-Âge. Dès le XVIIIe siècle, cette journée est consacré à la louée1 des domestiques. La Saint-Martin célébrait surtout un temps festif : le seul véritable jour non travaillé symbolisant l’émancipation du valet face au maître. Jusqu’à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, cette fête revêtait une dimension sociale singulière. De grandes foires et des bals étaient organisés, les gens de la ville n’y étaient pas conviés et leurs employés n’hésitaient pas à dépenser des mille et des cents pour inviter leurs zettes2. Cirques, grandes roues, marchands ambulants, arracheurs de dents, singes savants, jeux de quilles et de tirs tenus par les bléquis3, étals en tous genres, et, surtout, des flots de vin… constituaient le paysage  de cette célébration qui reste d’actualité dans les campagnes bressanes d’aujourd’hui, sous des formes revues au goût du jour…et du lieu. Défilés de tambours et fifres, fanfares, gastronomie, flots de vin et lampions : de Biarritz à la Bavière, les fêtes de la Saint-Martin s’adaptent aux traditions festives locales.

Quant aux chansons  de la Saint-Martin, elles ont en commun l’amour du vin bien sûr, un art de la caricature et des scénarios récurrents de maris cocus et de valets Don Juan. Notre archive de la semaine illustre bien cette thématique :

« […]Savez-vous ce que je bois,
Sète-vous ce que je bavou,
Quand je suis dans ma maison ?
Quand je sis dans ma mason ?
Le valet puis la maîtresse
Lou vôle et la maitrecha
De bon vin blanc
D’bon vin blanc
Et puis moi de la piquette,
E pi ma de la pequeta,
Pauvre Jean !
Peuvrou Zean !
Tra la la la la…

Savez-vous ce que je mange,
Séte-vous ce que que je mangeou,
Quand je suis dans ma maison ?
Quand je sis dans ma mason ?
Le valet et puis la maîtresse
Lou vôle pi la maitrecha
De bon pain blanc,
D’bon pan blanc,
Et puis moi du pain de seigle
E pi ma de pan de chelia,
Pauvre Jean !
Peuvrou Zean !
Tra la la la la…
[…] « 

Nous avons catalogué à ce jour dans notre base de données sept interprétations de chansons de la Saint-Martin (ci-dessous), pour la plupart enregistrées par l’association des Musiciens routiniers de Bresse, parmi lesquels figure Sylvestre Ducaroy. Spécialiste de la cornemuse, il a consacré son DEA d’ethnologie à l’EHESS à la tradition des conscrits.

Autres interprétations de chansons de la Saint-Martin :

1 La louée : date à laquelle les commis de ferme touchaient leurs gages et se présentaient à des nouveaux patrons potentiels.
2Les « zets » et « zettes » : surnoms donnés aux fiancés bressans, le jour de la Saint Martin la tradition voulait qu’ils circulent en se tenant par le petit doigt.
3Les bléquis : tenanciers forains 

Visuel : Saint-Martin dans une scène de charité, vitrail réalisé par Lucien-Léopold Lobin, à Tours, en 1864. Eglise d’Ingrandes-de-Touraine. 

« Élaboration » des archives sonores à la phonothèque des ATP

La prochaine séance du cycle de conférences SAHIEF – Sources, Archives et Histoire Institutionnelle de lEthnomusicologie de la France – conçu par par Daniel Fabre et proposé par Marie-Barbara Le Gonidec et François Gasnault, aura lieu le jeudi 18 février 2016, de 9h à 12h, salle 9 (2e étage), à l‘EHESS, 105 bd Raspail, 75006.

Le centre de ressources (Phonothèque) et de recherches en ethnomusicologie de la France sous la double autorité de Claudie Marcel-Dubois et de Maguy Pichonnet-Andral (années 1960 – années 1980)

Intervenants : Jacques Cheyronnaud (Centre Norbert Elias), Denis Laborde (Centre Georg Simmel) et Jean Raisky
Discutant : Gérard Nougarol

Avec cette séance se terminera une première série de conférences qui ont porté sur la mise en oeuvre d’un ambitieux programme d’enquêtes ethnomusicologiques, conçu par Claudie Marcel-Dubois et Maguy Pichonnet-Andral, et sur les opérations dites « d’élaboration » mises en oeuvre au retour des terrains.
L‘angle d’approche se déplacera cependant sur la « fabrique » parisienne articulant une structure de conservation et – en théorie plus qu’en pratique – de diffusion d’archives sonores, la phonothèque, et un laboratoire d’étude et de systématisation où devait s’édifier le « corpus des musiques ethniques françaises ».

Les trois intervenants, Jean Raisky, Jacques Cheyronnaud et Denis Laborde, ainsi que Gérard Nougarol, qui avait déjà été le discutant lors de la précédente séance, ont été, plus ou moins longuement, les collaborateurs des responsables du département d’ethnomusicologie ; J. Cheyronnaud puis D. Laborde en ont également assuré la direction, au cours des années 1980. Observateurs-acteurs d’une méthode et d’une pratique, affrontés à la problématique de la relève et d’un infléchissement – voire d’une refondation – du projet épistémologique dans un musée-laboratoire désormais dirigé par Jean Cuisenier, ils apporteront un témoignage critique sur cette entreprise, à la fois institutionnelle et scientifique, qu’on se propose de soumettre à une triple appréhension critique en termes d’ambition, de management et de rayonnement.

Visuel : Claudie Marce-Dubois et Samuel Baud-Bovy au Département d’ethnomusicologie du Musée ATP, Paris, 1978 (photographie issue de l’article de Jacques Cheyronnaud, « Une vie consacrée à l’ethnomusicologie. Claudie Marcel-Dubois (1913-1989) » consultable ici.

Le carnet du CMTRA