Archives de catégorie : LE SON DE LA SEMAINE

« Arriba en la cordillera »

« Arriba en la cordillera« , composée par Patricio Manns et interprétée par Jorge Diaz (guitare) et Juan-Carlos Caroca (chant) lors d’une rencontre avec le CMTRA, enregistrée à Villeurbanne le 23 mars 2010.

L’auteur, Patricio Manns, chanteur-compositeur populaire et également poète-écrivain de renom, est considéré comme l’un des portes-paroles de la résistance chilienne au régime dictatorial d’Augusto Pinochet, depuis le coup d’État de 1973. Après avoir vécu en Patagonie, au Sud du Chili, où il a vu son père se faire assassiner par la police locale, Patricio Manns se réfugie dans la musique. Réfugié, il l’est également par l’exil qu’il a vécu lorsque, contraint très tôt de fuir la guerre civile, il fait escale à Cuba, puis en France, pour finalement s’installer en Suisse.  Malgré cette distance avec son pays d’origine, les chansons qu’il composera durant cette période résonneront jusque sur le sol chilien et dans le cœur de nombreux combattants et exilés, parmi lesquels Jorge Diaz et Juan-Carlos Caroca. Ce dernier se souvient de sa rencontre précieuse et émouvante avec Patricio Manns, ce jour là il chantait ensemble, à Genève.

Arriba en la cordillera – consulter les paroles originales

La souffrance que suscite l’exil, Jorge et Juan-Carlos l’ont tout deux vécue de façon très différente. Ils se retrouvent cependant pleinement dans une expression musicale qui fait revivre, depuis le sol villeurbannais, leurs engagements politiques ainsi qu’une culture chilienne qui ne les a jamais quittés. A eux-deux ils forment le groupe « Pueblo Latino » au sein duquel ils offrent un répertoire sud-américain interprété au chant, à la guitare, aux flûtes et aux percussions.

« Avec beaucoup de poids dans mon cœur, j’ai quitté mon pays. […] Ma façon à moi de retrouver les miens, c’était la musique » Juan-Carlos Caroca. 

Juan-Carlos est le premier à avoir dû fuir le Chili, dès l’instauration de la dictature en 1974. En passant par la Cordillère des Andes il a rejoint l’Argentine. Deux ans plus tard, il s’installe à Lyon et rencontre beaucoup de chiliens, « tous indirectement camarades de cette mauvaise histoire ». Depuis, il n’est jamais retourné dans son pays natal. Juan-Carlos est flûtiste, percussionniste, chanteur, et a étépendant plusieurs années, président d’une association folklorique chilienne à Lyon.

« On est bien loin de chez soi, mais on est nulle part. C’est tant mieux car on a la planète entière. » Jorge Diaz. 

Jorge Diaz a quitté son pays natal plus tard et a donc connu la dictature et la guerre civile, pendant laquelle il a combattu activement.  Il s’estime aujourd’hui particulièrement chanceux d’avoir survécu à cet épisode et admet qu’il existe différentes manières de vivre l’exil. Lui, ne dit pas souffrir du poids de la culpabilité que peuvent ressentir certains autres exilés ayant combattu : « J’ai perdu la guerre, mais c’est tout« . Et la résistance continue, à travers la musique qu’il considère comme une arme de revendication et de mémoire puissante..

CONSULTEZ L’ENREGISTREMENT COMPLET 

Pour aller plus loin…
>Jorge Diaz fait le récit de son parcours et chante accompagné de sa guitare au cours de deux enquêtes réalisées en 2010 : 1e enquête / 2e enquête.
>
L’article du Rize consacré à Jorge Diaz et au groupe Pueblo Latino.

Visuel: Jorge Diaz et Juan-Carlos Caroca forment le groupe Pueblo Latino. Photo publiée par Le Rize dans le cadre de l’exposition « Musiques! » co-réalisée en 2010 avec le CMTRA

“Le Mont Pilat”

La chanson du Mont Pilat est un hymne dédié aux beautés paysagères et environnementales de ce Parc Naturel Régional du département de la Loire. Elle est ici interprétée par Louis Ericher, Josette et Yvonne Chavas, accompagnés par une salle de spectateurs réunis par l’association « Visages de notre Pilat« , dans la commune de Pélussin. L’enregistrement a été réalisé le 27 novembre 1982 par Jacques Bardot.

« De Pilat il faut que je chante
Toute la sauvage beauté
La ferme, les rochers, les sentes,
Les bois, le ruisseau tant coté »

La chanson fait notamment référence au Gier, fine rivière durant l’été, abondant cours d’eau l’hiver qui depuis l’Antiquité abreuve cette vallée historiquement industrieuse, l’une des premières de France. Encadré par les exploitations minières stéphanoises, les industries métallurgiques givordines et les verreries de Rive-de-Gier, le Pilat du milieu du XXe siècle est à l’image des cantons qui le bordent au nord : un territoire à la fois rural et urbain où se côtoient pêle-mêle agriculture, forges, vignes, mines, élevages, verreries, fruits, moulinage, tissage de la soie, artisanat, industrie lourde…

« L’industrie sait lui rendre hommage
Et le traite à l’égal d’un roi,
Car sans lui beaucoup de rouages
Seraient immobiles et sans voix.« 

En cette soirée de novembre 1982, Jacques Bardot s’est glissé parmi les spectateurs du Visage de notre Pilat pour venir y collecter des chants et des mélodies qui font résonner l’histoire locale de ces terres que l’on raconte peu : chansons de Mai, chant de Saint-Martin, chants de carnaval, chants de Joute… Nous aurons l’occasion de revenir dans ce carnet vers ce répertoire aux multiples visages glané par Jacques Bardot. Multi-instrumentiste, membre fondateur de la fameuse Bamboche, il a en effet rassemblé l’une des plus importantes collections sonores sur les  musiques traditionnelles, chants en francoprovençal, airs de joutes, fanfares et fêtes locales du département de la Loire. Ce fonds, déposé au CMTRA, est en cours de catalogage sur le portail rhônalpin du Patrimoine Oral.

Pour écouter d’autres enregistrements de cette soirée à Pélussin, consultez l’enquête complète sur notre base de données !

VisuelVue sur la Vallée de Véranne depuis le Mont Pilat
Photo réalisée par Christophe SZYMCZAK – Flickr.com.

« Andriamanitra ô »

Nous avons rencontré José Ralaivitanaviro en 2011, soit huit ans après son arrivée en France. Il habite aujourd’hui à Villeurbanne avec sa femme Audrey, animatrice d’ateliers d’éveil à la danse et passionnée de culture malgache (elle y a consacré un mémoire de maîtrise d’anthropologie à l’Université de Lyon 2). De cette enquête chaleureuse scandée de chants religieux et profanes, de commentaires sur le rôle de la musique dans la vie quotidienne et rituelle des malgaches, nous avons extrait une chanson, entonnée à deux voix,  celles de José et Audrey Ralaivitanaviro, et une guitare, celle de leur ami Jean de Dieu.

Andriamanitra est littéralement un « prince parfumé ». Ce terme désigne la divinité, l’Être Suprême, les morts ou les manifestations mystérieuses en général. La référence olfactive proviendrait d’une croyance séculaire, selon laquelle une odeur suave et sucrée se ferait sentir par les prophètes, juste avant qu’une manifestation divine ne s’impose à eux. Andriamanitra serait un Dieu sans nom propre, sans image, une énergie primordiale. Le chant « Andriamanitra ô », s’il appartient au répertoire des chants chrétiens protestants, est connu de toutes et tous. Il accompagne fêtes, mariages, enterrements, réunions familiales et représente une adresse à cette divinité totale. José Ralaivitanaviro en traduit quelques vers : Dieu je t’appelle, je voudrais te rencontrer, viens m’assister, j’ai soif de toi, je t’attends, tu es mon rayon de soleil qui se lève le matin ».

D’autres chants sont interprétés par Audrey, José et Jean lors de cette collecte réalisée à leur domicile le 14 avril 2011. N’hésitez pas à la consulter en entier !

Pour aller plus loin…
> Dieu dans la tradition malgache, Pietro Luopo, éditions Karthala, 2006 (cf le compte-rendu d’ouvrage).> « Faire danser les morts« , un reportage passionnant consacré aux musiques du sud de Madagascar et aux travaux de Julien Mallet, ethnomusicologue spécialiste du Tsapiky.
> Une interprétation de « Andriamanitra ô » par le groupe malgache « Vetson_Kira ».

Visuel : Nasa Visible Earth

« La Liaudainna »

« La Liaudainna », chant en francoprovençal interprété par Benoît Teppe à Marboz, dans l’Ain. Enregistrement réalisé le 29 Octobre 1979 par Agnès et Sylvestre Ducaroy.

On pourrait dire de ce chant traditionnel en francoprovençal qu’il est l’hymne de la Bresse, ce « pays » rural à cheval entre l’Auvergne, Rhône-Alpes et la Bourgogne. Le francoprovençal est une langue régionale presque méconnue du territoire français. Elle n’appartient ni aux langues d’Oc ni aux langues d’Oïl, mais constitue une autre famille des langues gallo-romanes dérivées du latin, possédant sa propre histoire et sa propre évolution. Langue transfrontalière, le francoprovençal est parlé dans la plupart des départements de la Région Rhône-Alpes (Ain, Loire, Rhône, Isère, Savoie et Haute-Savoie) mais également en Suisse Romande et, au-delà des Alpes, en Val d’Aoste. Elle constitue l’un des seuls marqueurs culturels commun aux différents « pays » de la région.

Au sein des communautés et collectifs de patoisants, la musique a toujours été un moyen privilégié de transmettre les idiomes régionaux et les pratiques culturelles qui l’accompagnent. Dans le pays bressan, les fêtes des conscrits (historiquement originaires de Villefranche-sur-Saône) ont grandement participé à garder vivace un répertoire de chants et d’airs instrumentaux propres à ce territoire. La Liaudainna (« Ma Claudine« ) déroule sur cinq couplets les déboires d’un jeune homme amoureux voyant l’élue de son cœur partir vers les bras d’un autre. Aussi bien chantée que jouée, La Liaudainna se retrouve immanquablement dans les fonds sonores de tous les collecteurs qui se sont intéressés aux répertoires bressans. Sylvestre Ducaroy, spécialiste de la cornemuse, a consacré son DEA d’ethnologie à l’EHESS sur la tradition des conscrits. Combien de Liaudainna a-t-il enregistré tout au long de sa trajectoire de chercheur-musicien ? Ici au CMTRA, nous en dénombrons pour l’heure pas moins de 12 interprétations…et il reste plus de la moitié de sa collection sonore à documenter et à mettre en ligne. En voici quelques-unes issues de la campagne de documentation 2015, pour laquelle nous avons reçu une aide de la BNF (dans le cadre du programme pôle associé BNF / FAMDT)

Pour aller plus loin…
Voir l’Atlas Sonore « Les Conscrits en Bresse : tournées, banquets et défilés » réalisé par Eric Montbel, produit par l’ADDIM de l’Ain et le CMTRA en 1993.

Visuel : Jean-Luc Maréchal, site web « Bresse-Revermont ».

« Fais dodo »

En renseignant dans notre base de données en ligne, le portail rhônalpin du patrimoine oral, une partie de la collection sonore du musicien et collecteur Jacques Bardot, nous sommes tombées sur ces quelques notes de cette illustre berceuse enjoignant Colas à faire dodo pendant que maman est en haut, papa en bas,  en promesse du chocolat…on connaît la chanson. Mais justement, les quelques notes entonnées par Germaine Panel dans le micro de Jacques Bardot s’échappent du « si-la-sol-sol-la-sol-la-si » que nous avons presque tous eu la joie de souffler dans notre flûte à bec d’écoliers :

Le Fais Dodo de Germaine Panel, habitante de Véranne dans la Loire, enregistrée le 14 février 1984 par Jacques Bardot, s’éloigne franchement de la mélodie familière dès la 4e note. À la fin du deuxième vers, on est passés en mode mineur. S’agit-il d’une variante du traditionnel « Fais Dodo » comme la plupart d’entre nous le connaissent ? D’une deuxième voix prévue pour une interprétation polyphonique ? La suite ne nous renseigne pas car Mme Panel passe aussitôt à l’interprétation de « Dodo Ninette » (ou »Berceuse pour petites filles sages ») : une curieuse berceuse traditionnelle où il est question de catherinette, d’amandes et de marteau, qui mériterait que l’on s’y attarde dans un prochain billet.

Visuel : « Fais dodo Colas mon p’tit frère » (détail), peinture de Louis-Maurice Boutet de Montvel (1851-1913)