LA FEMME SOLDAT

En décembre dernier, le CMTRA animait un atelier d’écriture à l’Université de Saint-Étienne, dans le cours de méthodologie d’Anne Damon-Guillot “Sources orales et archives sonores”. Une petite dizaine d’étudiant.es en Master de musicologie s’est prêtée au jeu de la valorisation d’une ou plusieurs archives sonores. Ce billet vous est proposé par Ilonca Laurent et Simon Lecaulle qui se sont penchés sur l’analyse de la figure de la femme soldat dans le répertoire traditionnel en s’appuyant sur des archives déposées au CMTRA et à l’AMTA. 

Si d’un point de vue historique le domaine de la guerre est généralement dévolu aux hommes, il est cependant certain que  les femmes ont été, elles aussi, impliquées dans la guerre, pouvant jouer les rôles d’espionnes, de dirigeantes, de soignantes, de munitionnettes et plus rarement de combattantes. 

Pendant la première guerre mondiale (1914-1918) le théâtre aux armées s’organise afin de remonter le moral des  troupes. C’est ainsi que naît un nouveau répertoire, notamment la chanson « La  Madelon » écrite en 1913 par Vincent Scotto relatant l’importance des infirmières et des  cantinières pour les soldats blessés et fatigués. Ces chansons évoquent les divers problèmes  rencontrés par les poilus (souffrance, éloignement des personnes aimées parents, enfants,  fiancée, épouse etc.), elle deviendra très célèbre et constituera un véritable hymne militaire  pour les soldats.

Le chant a eu un rôle capital pendant les guerres, il a toujours accompagné les hommes, que  ce soit pour les encourager par des chants guerriers et patriotiques ou se rassurer et se  remémorer, par le chant, les êtres aimés. Il existe aussi, entre autre en France, dans le répertoire traditionnel, des chansons faisant état de figures féminines qui ont revêtu  l’uniforme afin d’intégrer un régiment pour rejoindre leurs bien-aimés. De manière générale, ces derniers sont des conscrits appelés sous le drapeau, et ont ainsi dû se séparer de leur compagne. Ces chansons, bien que traitant des guerres, sont surtout considérées comme des chansons d’amour.

Les archives sonores présentes sur le site INFRASONS proposent deux enregistrements en lien  avec cette thématique : 
“Je suis fillette à plaindre” interprétée par madame Chazel et recueillie par Sylvette Béraud-Williams en Ardèche, en 1976 
“La fille soldat” collectée dans le Puy-de-Dôme par José Dubreuil auprès de madame Chambrial en 1988 

Le premier enregistrement, « Je suis fillettes à plaindre »,  est un chant interprété d’abord en occitan puis repris en français, sous la forme d’une bourrée  avec six couplets sur une même mélodie simple, facile à retenir, avec reprise des deux  derniers vers de chaque couplet. 

“Je suis fillette à plaindre” par madame Chazel, 1976, Fonds Sylvette Béraud-Williams

Cette chanson développe le thème de l’amour, de la séparation et de la recherche du bien aimé  parti au régiment. Pour retrouver son amant une jeune femme revêt un uniforme pour passer inaperçue. Elle part à la recherche de son bien-aimé car elle est la seule à ne pas être mariée  dans son village. C’est une chanson qui donne un aperçu des attentes et des usages de cette  époque de même que des contraintes et des difficultés à affronter pour s’y conformer. 

Le deuxième enregistrement, “la fille soldat”, développe aussi le thème de la séparation. L’interprète, Germaine Chambrial, a du mal à se souvenir des paroles et les résume ainsi : une jeune fille dont  l’amoureux est parti au régiment se déguise en soldat pour le rejoindre. Elle combat pendant  un an, est blessée et souhaite quitter l’armée. A travers cette chanson, la jeune femme est esclave  de ses sentiments, elle se met donc en danger pour retrouver son bien aimé.

“La fille soldat” par Germaine Chambrial en 1988, Fonds de l’AMTA : les musiques du paysage

La chanson au sujet des filles/femmes soldats traite du thème récurrent et même universel de  la séparation dans un contexte de guerre ou d’enrôlement militaire. Dans le répertoire traditionnel la femme soldat est surtout la “femme de soldat” : elle  représente l’amour inconditionnel.

Dans d’autres répertoires militaires, la femme soldat est aussi le symbole d’un fantasme masculin :  le soldat parti en guerre fantasme les femmes absentes, les chansons racontent l’incarnation d’un idéal féminin, irréel. La figure de la femme soldat a aussi servi à nourrir un imaginaire sexuel. De la déesse Ishtar à Wonder Woman, au peuple des Amazones, en passant par le répertoire des chants de guerres et des chants de marins, le fantasme de la femme guerrière est tenace. L’image des femmes soldats inspire, encore aujourd’hui, de nombreuses productions, notamment cinématographiques. 

A revers, ces chansons peuvent aussi impliquer une idée de renversement des rapports de forces, présentant  la femme comme une figure combative et courageuse, adjectifs, qui, dans le milieu de  l’armée, de la guerre, sont généralement dévolus à l’homme. 

LAURENT Ilonca 

LECAULLE Simon

Pour aller plus loin, le CMTRA vous propose quelques sources :
“Sexualité et chansons de soldats” par Thierry Bouzard, dans Inflexions n°38, 2018
“De Jeanne d’Arc aux combattantes kurdes, le fantasme de la femme guerrière” par Anabelle Marin et Nonfiction pour Slate, 2016
Chevaleresse, une chevalerie au féminin, par Sophie Cassagnes-Broquet aux éditions Perrins, 2013

Image mise en avant : Jeanne d’Arc à la sortie d’Orléans, repoussant les Anglais, William Etty, | via Wikimedia Commons(domaine public)



Citer ce billet
cmtra (2022, 28 septembre). LA FEMME SOLDAT. MUSIQUES, TERRITOIRES, INTERCULTURALITÉ. Consulté le 17 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mzok

2 réflexions sur « LA FEMME SOLDAT »

  1. Bonjour,

    Je me suis intéressé aux chansons traditionnelles qui ont pour personnage la fille-soldat en Français et rapidement en Breton et en Anglais où des chansons ont des histoires très proches de celles qu’on trouve en Français (même “schéma narratif”).

    Je trouve que l’analyse que vous faites de cette chanson est très empreinte d’un regard masculin et hétéro/cisgenre (male gaze) et que vous passer à coté d’autres sens de la chanson.

    Selon mon regard, dans la plus part des chansons, la qualité du personnage principale n’est pas d’être une femme-objet, source de la convoitise d’un soldat, esclave de ses désirs, ou objet de fantasme sexuel. Je ne sais pas comment vous en arrivez à cette conclusion ?
    En effet, c’est elle le personnage principale de la chanson et sa féminité n’est pas au centre de sa personnalité, ni de son histoire, ni de ses relations. Car en prenant les habits d’un soldat, ce n’est pas en soldate qu’elle s’habille, ce n’est pas sur sa profession qu’elle dupe les autres personnages de l’histoire, mais c’est en homme qu’elle s’habille et c’est sur son genre qu’elle les dupe (de fait, quand elle se fait reconnaitre à la fin des chansons, c’est en tant que femme). Elle va d’ailleurs dans certaines versions vivre en temps qu’homme pendant 7 ans.
    A mon sens, le coeur de l’histoire est justement là, un personnage contraint dans le genre qu’on lui a assigné et qui utilise les code du genre masculin pour parvenir à ses fins à elle : être avec son amant / se venger de lui de l’avoir abandonner / combattre à la guerre.

    Je décrierais plutôt la femme soldat comme un personnage pour qui le genre n’a pas de sens identitaire, mais qui en connait les ressort et l’utilise comme un outil pour avoir la mobilité et d’une femme et d’un homme dans une société où le genre empêche les hommes de faire des choses de femmes et les femmes de faire des choses d’hommes (quand elle veut aller à l’armée, elle se fait passer pour un homme, et quand elle veut quitter l’armée, elle se fait reconnaitre comme femme).
    C’est un personnage désirant, qui a ses propres objectifs, et qui les réalisent sans s’encombrer des normes de genre. Elle brave avec courage et avec amour les normes de sa société.

    Que dire de son amant ? Déjà, il n’est pas présent dans toutes les chansons qui ont pour personnage la fille soldat. Ce n’est pas le personnage principale de l’histoire et l’histoire de la fille-soldat n’est pas là pour le mettre en action ou en valeur lui. Il l’abandonne et c’est elle qui par amour à le courage de le rejoindre (par amour sauf quand c’est par vengeance dans les chansons où elle le rejoint pour se venger de l’avoir abandonner et où elle le tue). Dans bien des versions, la femme soldat lui cache qu’elle est son amante et qu’elle est une femme pendant plusieurs années. Une nouvelle relation de camaraderie, d’amitié et parfois d’amour se cré avec elle en tant qu’homme.
    Par exemple dans une version en Breton, la fille soldat se fait reconnaitre comme femme auprès de son amant, puis ils rentrent dans leur village d’origine tous les deux en hommes et demandent à être marier, le recteur dit qu’il doit vérifier s’il a le droit de marier deux hommes. On peut en déduire que son amant ne fétichise pas la féminité de la fille soldat, que ce n’est pas pour sa féminité qu’elle l’intéresse, puisqu’il est prêt à l’aimer avec une expression de genre féminine comme avec une expression de genre masculine. Aujourd’hui, on emploierait le mot pansexuel.

    Quelle sens avait cette chanson pour les gens qui la chantaient et l’écoutaient les siècles passé ? Je ne suis malheureusement pas compétent pour le déduire. Mais en voyant le foisonnement de chansons qui ont un personnage de femme qui se travesti pour entrée dans l’armée et toutes les possibilités narratives que la chanson traditionnelle a pu déroulé à partir de ce motif (la fille-soldat qui se venge de son amant, la fille-soldat héroïque, la fille-soldat qui reconquiert son amant etc etc.) je doute qu’elle ait été entendu comme une chanson évoquant la femme fantasmé et sexualisé, qui patiente au pays..?

    Tout ça pour dire qu’au final je ne crois pas que ce qui soit notable dans cette chanson, ce soit que ce soldat soit une femme, mais bien que le genre, que le fait d’être une femme, est une contrainte et une épreuve pour se personnage et que la féminité existe chez elle surtout comme une chose extérieur, imposé, et qu’il l’indiffère comme identité. Je crois que cette chanson ne dit pas grand chose sur la féminité.

    Si ça vous intéresse , il y a des historien-ne-s qui s’intéressent au genre à travers l’histoire : https://podcloud.fr/podcast/la-poudre/episode/episode-99-genres-et-moyen-age-avec-clovis-maillet

    1. Bonjour Elzéard et merci pour le partage de ces informations qui complètent le travail des étudiants en M2 de musicologie. Les étudiants ont fait le choix de s’appuyer sur quelques articles scientifiques mais n’avaient effectivement pas tout le bagage que vous mentionnez. Le blog est fait pour pouvoir échanger et enrichir les articles, vous avez donc bien fait de laisser un commentaire. Nous serions ravis d’avoir votre point de vue, si vous souhaitez participer à la rédaction d’un article autour du répertoire traditionnel de votre choix, nous l’accueillerons avec joie ! N’hésitez pas à nous écrire en ce sens : collections@cmtra.org
      Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.