Archives sonores et création

Comment l’enregistrement d’un son produit par un brossage de dents, un conflit armé ou le cri d’un phoque peuvent-ils devenir des ingrédients de création musicale ? Le public de la conférence internationale de Europeana Sounds sur le « futur des sons historiques »  a été invité à se pencher sur la question grâce à l’intervention-performance de Matthew Herbert, musicien et compositeur anglais. Documentalistes, ingénieurs, historiens, ethnologues, directeurs de services audiovisuels : nous sommes nombreux à affirmer l’extrême importance du travail de contextualisation pour assurer à un document d’archive une lisibilité ainsi qu’une intelligence et une éthique de diffusion.

Or parfois, nous prouve Matthew Herbert, plonger dans un son avec une méconnaissance totale de son contexte, mais avec une intention esthétique, peut nous conduire à l’écouter avec une toute autre acuité. La découverte, postérieurement à l’écoute, de la situation, de l’objet, de la personne ou de l’époque qui ont été enregistrés, génèrent des prises de conscience (d’ordre politique, selon M.Herbert) et des réflexions qui n’émergeraient pas nécessairement avec des dispositifs d’écoute « clefs en main ».

Preuve en actes : à partir d’un corpus d’enregistrements issus des collections d’Europeana Sounds, Matthew Herbert a proposé au public international réuni à la Bibliothèque Nationale de France sa propre interprétation de la portée créatrice des archives sonores.

Évidemment, cet usage sciemment décontextualisé soulève ses questionnements  : jusqu’où peut-on taire la provenance de certains documents (question éthique) ? Jusqu’où le silence total autour de l’archive sonore permet-il l’expérience sensible (question esthétique) ? A partir de quand le « paratexte » devient-il nécessaire (question sémiologique) ? Il faut aller au bout de la captation de l’intervention de Matthew Herbert (à 50′) pour entrer de plein pied dans ces questions que soulèvent l’usage artistique des archives sonores. On peut regretter qu’elles ne soient pas plus approfondies, mais la question posée in extremis par une des personnes du public permet au moins de les faire émerger.

Pour aller plus loin…
– Sur la thématique création artistique et archives (audiovisuelles, littéraires, photographiques etc.), voir le rapport du groupe de recherche « Archives et création : nouvelles perspectives sur l’archivistique » financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (Programme Savoir, 2013-2016

– Plus spécifiquement sur archives sonores et création, consulter les publications du compositeur, vidéaste et chercheur en Sciences de l’Information Simon Côté-Lapointe (Univ. de Montréal)

Image de Une : « Le corps orchestre« , © Cécile Hug

 


2 réflexions au sujet de « Archives sonores et création »

    1. Bonjour,
      En voici une version collectée par une ancienne salariée du CMTRA en 2001, auprès de Marie-Louise Bret :
      http://www.cmtra.org/pedagogique/chansons.php?action=consulter&id=22

      Ce titre a été édité en 2002 dans l’Atlas Sonore n°17 du CMTRA, consacré aux mémoires musicales du quartier de la Croix Rousse à Lyon :
      http://www.cmtra.org/Nos_actions/Ressources/87_Les_pentes_de_la_Croix-_Rousse.html

      N’hésitez pas à nous écrire pour plus d’informations.

      Cordialement,
      L’équipe du CMTRA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *